Drinkies..

D’après Thinking Allowed, 1st June 2016, BBC Radio 4, « Ale drinkers and Northern Accents »

Lien: http://www.bbc.co.uk/programmes/b07cx2cq

photo: thekiwihaslanded.com

« Laurie Taylor parle avec Thomas Thurnell-Read, Professeur de Cultural Sociology à the University of Loughborough.

Quand on va à un festival de bières comme the Octoberfest , il s’agit de déguster différent types de bières et de rester sobre. Le sociologue a fait une recherche sur les buveurs de bières. Ils boivent une grande quantité de bières mais ne perdent jamais le contrôle.

C’est une passion et un passe-temps, les buveurs de bières sont des connaisseurs, ils recherchent les nouvelles brasseries et les styles de bières qui les intéressent. Certains d’entre eux sont des étudiants mais pas tous. Il y a peu de femmes surtout des hommes de 18 à 70 ans.

Aller au pub en Angleterre est un acte culturel et social, le soir après le travail ou le vendredi pour fêter la fin de la semaine. Les habitués connaissent le patron et l’identité régionale du pub et de la brasserie. Manchester est considéré comme une ville où l’on boit de la bonne bière. Les médecins anglais recommandent un maximum de 21 unités d’alcool et la plupart de ces  passionnés de « real ale » ou bière authentique, faite maison par une brasserie qui met de la bière en fûts dépassent largement le nombre d’unités. Ils ne se considèrent pas comme des alcooliques. »

Etes-vous un buveur de bière, un connaisseur? Avez-vous fait un tour dans les pubs anglais? A vous de raconter votre histoire dans les commentaires ci-dessous. 

« La deuxième partie de l’émission étudie les accents du nord. Dans le temps on prenait des leçons de diction si on voulait « arriver ». Laurie Taylor qui venait de Liverpool et voulait faire du théâtre a fait 9 trimestres de leçons de diction! Il s’adresse à Alex Barrata, professeur de Linguistique à l’ Université de Manchester. Ce dernier a découvert qu’il y a des professions qui ne tolèrent pas les accents régionaux. Ils sont rejoints par Paul Kerswill, professeur à  l’Université de York.

Souvent les universitaires disent aux professeurs de garder leur accent mais de ne pas avoir un accent régional prononcé. Plus d’un tiers des professeurs interrogés pensaient qu’ils avaient perdu de leur identité, de leur personnalité. Il n’y a rien d’écrit dans le règlement officiel. Par exemple un professeur des Midlands qui va enseigner dans le sud de l’Angleterre aura du mal à être accepté par les élèves. « Bath, Bus » peuvent être prononcés différemment.

Quand Laurie Taylor insiste sur le fait que nous avons tous 2 accents, son accent professionnel à  la BBC et quand il rentre à  Liverpool il prend son accent « scouse ». Il se demande si cette discrimination scolaire affecte les professeurs. Alex Barrata répond que la plupart des professeurs interrogés disent qu il y a le moi de chez soi et le moi au travail. En linguistique on dit souvent que l’on a des identités linguistiques multiples qui changent selon le contexte. Mais être obligé à parler avec un certain accent pour des raisons professionnelles c’est une forme de discrimination. »

Qu’en pensez-vous chers Lectrices et Lecteurs? En ce qui me concerne oui j ai cette empathie..c’est un automatisme..il ne manquerait plus maintenant que je parle avec l’accent du Canton de Vaud^^..

Bonne soirée!

Francoise

@Fran75GB

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *