Cynthia Fleury aux Matins de France Culture

Photo iphone: Pivoine rouge de Printemps

« Dernières réflexions avant le vote, avec Cynthia Fleury ». C’était Nicolas Martin et non Guillaume Erner ce matin.

lien: https://www.franceculture.fr/emissions/linvite-des-matins/dernieres-reflexions-avant-le-vote-avec-cynthia-fleury

Nicolas Martin: » Avez-vous le sentiment que cette campagne, et la configuration à quatre auquel elle aboutit, circonscrit les limites d’un système politique? »

« Cynthia Fleury: » En tout cas elle donne à voir pas mal de choses, alors inédites et qui renforcent quand même des choses qu’on sait depuis 2007. Il y a plusieurs choses:

D’abord je dirais qu’on a eu une campagne très particulière qui a monopolisé des sujets en commun au final assez peu nombreux. Il y a eu une petite polémique autour du nombre de fonctionnaires, la gestion du service public; en deuxième temps autour du revenu universel, donc le rapport au travail; un autre temps sur Europe, euro etc; et la Sécurité sociale. »

Et quel regret de voir si peu de sujets traités dans cette atmosphère de télé-réalité..

« En gros c’est ça qu’il y a eu en commun mais qu’est-ce qui a unifié la campagne sinon la question de la boite noire de la vie institutionnelle et parlementaire au travers des affaires mais pas que c’est une vraie question sur qu’est-ce qui est légal, qu’est-ce qui est légitime et comment on fait évoluer cela, ce manque de transparence de la vie publique et ça a unifié grandement la campagne. »

Oui sur cette question de transparence nous sommes à la traîne en France et la corruption qui va avec! Nous gardons au pouvoir et parmi nos élus des gens corrompus qui n’y ont rien à faire! Merci pour l’exemplarité!

« En deuxième temps je dirais qu’il y a deux grandes conceptions du pouvoir qui s’affrontent, une conception jupitérienne du pouvoir, prime au leader charismatique ou en tout cas la volonté de ressembler à ça et une autre conception plus mature mais qui peine se faire entendre, sur une gouvernance, une idée de gouvernance plurielle, donc deux manières de comprendre la manière d’incarner le pouvoir, est-ce que c’est la personnalisation ou est-ce que c’est quelque chose de différent. »

Je fais partie de ceux qui n’aiment pas cette personnalisation du pouvoir exécutif surtout. Je trouve que c’est dangereux oui. 

« Vous avez également quelque chose de nouveau mais qui est pas si nouveau que ça aussi, l’arrivée d’un troisième homme, d’une troisième voie qui n’a jamais été aussi cartographiée en France donc ça c’est quand même étonnant. »

Il y avait eu Jean Lecanuet fut un temps..Il y a eu cette troisième voie, d’ailleurs si Macron se fait soutenir par Bayrou c’est bien pour la représenter telle qu’elle a toujours été, mi-figue mi-raisin..

Nicolas Martin: » Il y a quelque chose d’inédit malgré tout, c’est qu’on assiste à une sorte de faillite des deux partis traditionnels. Ça, c’est indiscutable. »

Cynthia Fleury: » C’est indiscutable. On a encore une fois une re-cartographie. En même temps on a une polarisation qui se dit différemment, que gauche et droite n’ont pas disparu loin de là. Ils sont même assez réaffirmés avec en même temps une troisième voie et en même temps une demande de la part des Français d’avoir de nouveaux représentants. La gauche et la droite sont toujours là mais est-ce que c’est tel grand parti qui a le monopole de cette gauche ou de cette droite non. Donc ça, ça se reconfigure. »

Nicolas Martin: » Si on additionne les intentions de vote pour les deux grands partis de gouvernement, évidemment ce sont des sondages donc il faut faire attention, à savoir les Républicains et le Parti Socialiste, on arrive péniblement à 30% même un peu moins. Aujourd’hui plus de 2/3 des électeurs vont se prononcer en dehors des grands partis de gouvernements. C’est quelque chose pourtant de très inédit dans la Ve République. »

Ça ne fera pas de mal je me suis dit..que du bien qu’ils se remettent en question tous ces carriéristes..

Cynthia Fleury: » Ce n’est pas nécessairement inédit, je veux dire par là qu’il y a depuis toujours une prime à l’abstention et à l’abstentionnisme non plus comme désintéressement mais presque pour montrer que l’on s’intéresse aux politiques et que l’on refuse ce qui est présenté comme le choix, donc si vous voulez c’est un nouveau rôle de l’abstention et d’ailleurs vous avez de nouveau encore eu un grand nombre de personnalités qui ont défendu la question du vote blanc, comptabilisation du vote blanc et voire même comptabilisation de l’abstention, considérant qu’on ne peut pas valider une élection présidentielle avec autant d’abstentions, c’est que ça dit quelque chose sur les prémices de ce qui est proposé, et ça pour l’instant nous n’y répondons pas et bien évidemment ça fait des crises ensuite, une scission pour celui qui va gouverner parce que de fait il n’est pas ressenti comme légitime par 2/3 des votants. »

Si le vote blanc avait été comptabilisé, j’aurais pris la décision de voter blanc mais une abstention c’est un refus mais aussi un renoncement, un abandon du système démocratique et je n’en suis pas là.

Non, je suis dégoûtée par le cirque de cette campagne, empirée à mon avis par les Primaires. Et ça dure depuis si longtemps, je ne regarde plus la télévision, je n’en peux plus. Suis-je la seule? Non mais franchement je ne peux plus voir les mêmes têtes et entendre les mêmes discours, c’est de l’endoctrinement.

Puis je n’ai plus confiance. D’abord je ne vois rien de concret, et surtout de faisable dans cette mondialisation du capitalisme avec en plus le spectre de Trump et sa soif de guerre qui se profile. Ensuite je ne répéterais pas ce que j ai dit sur le Président, mais en fait il n’y a que Mélenchon qui refuse ce titre et souhaite une constituante bien que je ne voie pas que cela puisse se faire en ces temps où de plus nous avons une montée de l’extrême-droite.

Par conséquent en bonne citoyenne je voterai. Eh oui principalement parce que je ne veux pas que le Front National passe au 2e tour. Ce sera mon seul accomplissement et quelle tristesse de vous l’avouer, ce vote contre: Je me refuse à voir ce parti au pouvoir dans mon pays natal, mon pays de cœur. Jamais.

Lien de la 2e partie: https://www.franceculture.fr/emissions/linvite-des-matins-2eme-partie/dernieres-reflexions-avant-le-vote-avec-cynthia-fleury-2eme

Bon lundi chers Lecteurs et Lectrices. Ecoutez la sage Cynthia Fleury et son analyse et ce cher Nicolas Martin.

Françoise

@Fran75GB

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *