Tous les articles par Francoise

Les billets sont des réactions personnelles aux émissions que j'écoute. Les propos des interlocuteurs sont rapportés entre guillemets.

Benoit Hamon vs Pascal, les Chemins de la Philosophie

photo de ma fille: Reflet..

Lien: https://www.franceculture.fr/emissions/petit-precis-de-philosophie-lusage-des-candidats/benoit-hamon-vs-pascal-une-question-de

Un petit  exercice philosophique certes mais de décodage sémiotique qui est amusant, accessible et joliment présenté. Je vous l’ai transcrit dans sa totalité en ce dimanche car j’avais le temps. Cela fera un bon exercice didactique pour mes collègues de l’Institut Français de Londres pourvu que le sujet leur plaise!

« Benoît Hamon qui veut « faire battre le cœur de la France » et nous rappelle alors une certaine pensée de Pascal sur le cœur et ses raisons. »France Culture

Quand je lis l’introduction de l’émission qui concerne les propos des candidats de la Primaire de Gauche, je dois constater que c’est une approche enrichissante. Je n’aime pas la Primaire, ce procédé compétitif de la course au pouvoir mais à tort dans le cas qui suit, car oui cela me rappelle que la Primaire est aussi une plateforme d’expression.

En effet certains n’ont aucune chance d’être élus car ils ne se glissent pas dans le moule du personnage présidentiel et pourtant tout est si imprévisible en politique. Toutefois ces mêmes candidats ont l’opportunité de s’exprimer et de faire entendre leur opinion à toute la France et ainsi peut-être de modeler la nôtre. 

Dans le cas de Benoît Hamon je vois un homme sincère, humaniste même utopique par ses poursuites mais je lui sais gré d’être présent pour éclairer notre lanterne. Ses propos dont le cœur est au centre nous manquent profondément dans la politique d’aujourd’hui. Un peu de chaleur humaine dans ce monde déshumanisé de la finance et de la réussite ne fait que du bien.

Benoît Hamon: « Si on se laisse guider par l’air du temps on pourrait croire que le cœur de la France s’est arrêté, on finirait presque par oublier que quand on regarde la France en face, le cœur de la France est bien robuste. Le problème de la France, ce n’est pas que son cœur se soit arrêté, le problème de la France c’est que ce cœur ne gouverne plus. C’est pourquoi je défends une vision résolument optimiste et volontariste de notre avenir. »

Géraldine Mosna-Savoye:  » Le cœur en politique est comme le cœur en philosophie. Il n’est jamais absent mais il reste quand même tenu à distance. C’est que le cœur renvoie aux passions, à ce qui est irrationnel et relève a priori de la pure passivité. C’est que surtout et comme  dit la célèbre pensée 423 de Pascal: »Le coeur a ses raisons que la raison ne connaît point. »

« De quoi effrayer chefs politiques et savants en tout genre, ces têtes pensantes qui préfèrent la raison au cœur. Alors pourquoi un tel appel au cœur de la part de Benoît Hamon? S’il serait malvenu et faux d’en déduire qu’il n’est pas une tête, pourquoi lui qui prétend diriger,qui prétend se hisser à la tête d’un pays, veut-il tant faire battre ce cœur? »

Benoît Hamon:  » A mes yeux le cœur de la France c’est déjà la Justice Sociale, et la Justice Sociale ce sera demain le revenu universel d’existence, la Sécurité Sociale du XXIe siècle, qui changera notre rapport au travail et éradiquera la pauvreté. Le cœur de la France c’est la fraternité qui s’incarnera dans une République métissée, qui fera vivre la Démocratie et donnera véritablement du pouvoir à chaque citoyen. »

Géraldine Mosna-Savoye: « Donner du pouvoir à chaque citoyen, voilà ce que signifie faire battre le cœur de la France selon Benoît Hamon. Il veut que le cœur de la France gouverne le pays, c’est-à-dire que chacun de ces citoyens à égalité et avec justice en constitue ainsi la tête. Il inverse ainsi la donne ou mieux égalise la donne, entre la tête et le cœur, le chef et la masse. mais faire gouverner le cœur de la France est-ce aussi gouverner avec le cœur? L’ enjeu est important car il s’agit de savoir si le cœur et ce qu’il comprend de force et aussi d’élans incontrôlables est capable de gouverner et de conduire un pays dont le droit est bon chemin.

Pour Pascal le cœur est justement loin d’être une source d’errance et d’émotion vague. Alors certes il est le siège de l’affectivité, mais il est aussi cette faculté qui donne à la pensée humaine ses principes et c’est la 110 ème pensée cette fois qui nous l’indique, je cite:

 » Nous connaissons la vérité non seulement par la raison mais encore par le cœur. C’est de cette dernière sorte que nous connaissons les premiers principes, et d’ajouter, le cœur sent et les principes se sentent. »

Benoît Hamon: » Le cœur de la France c’est enfin la tempérance,ce qui nous permettra de construire un modèle de développement qui ne sera plus obsédé par la croissance, sera tourné vers la construction européenne mais engagera résolument la transition écologique et la transition énergétique. »

Géraldine Mosna-Savoye: »En déclarant que le cœur de la France est aussi la tempérance, ce qui permet de construire un modèle raisonné et durable, Benoît Hamon retrouve ainsi le sens pascalien du cœur, comme fond de la raison et de la volonté à rebours des Romantiques mais reste toutefois cette question, si le cœur de la France est à la fois pour le candidat du revenu universel, les citoyens et leur mode d’action, si c’est à la fois la matière et la manière, c’est qu’il identifie encore le peuple au cœur, au sens et aux sentiments, à l’intuition et à l’instinct. Certes le peuple n’est plus opposé à la tête, au gouvernement et à la raison, il y est même associé mais en reste-t-il pas quand même bien distinct? »

Adèle Van Reeth: » Alors quel conseil donnez-vous à Benoît Hamon Géraldine? »

Géraldine Mosna-Savoye: » Eh bien je lui conseillerai d’aller jeter un coup d’œil à un autre philosophe qui a donné une place de choix au cœur dans la République, Platon qui fait du cœur bien éduqué, non pas seulement l’allié de la raison, mais ce qui fusionne et enthousiasme la tête. »

Le choix de Platon est bien astucieux Géraldine et pour conclure je citerai les 2 phrases suivantes qui apportent de l’eau au moulin de Benoît Hamon:

“L’homme est la mesure de toute chose”

“L’ essentiel n’est pas de vivre, mais de bien vivre”

Bon dimanche chers Lectrices et Lecteurs,

Françoise

@Fran75GB

 

 

 

 

 

 

 

Après Obama Care..la santé sous Trump

Photo iphone: The road ahead is going to be a tough one..

Extraits de l’émission, The Documentary du BBC World Service: « After Obama Care – Health under Trump »

Philippa Thomas raconte que quand elle a travaillé aux Etats-Unis pour BBC News, elle s’est rendu compte que le coût des frais de santé pouvait vous mettre sur le carreau.

En fait c’est la première cause de faillite aux Etats-Unis.

Et voilà que le premier décret de Trump, dans l’heure qui a suivi son investiture, c’est d’avoir aboli Obama Care.

Je suis révoltée, je ne m’attendais pas à mieux mais j’ai lu tout le discours ce matin, discours d’une démagogie infinie, promettant au peuple américain de faire ce que nul n’a fait avant lui, en lui redonnant le pouvoir etc.. Et le premier acte impopulaire, le premier crime contre l’humanité, contre la compassion a laissé une marque indélébile.

lien: http://www.bbc.co.uk/programmes/p04py5dw

Philippa est donc retournée aux Etats-Unis et a discuté avec des patients:

Meena: »J’ai parlé au médecin et il m’a dit vous avez une tumeur. Je lui ai demandé de quel type de tumeur il s’agit, une tumeur maligne? Qu’est-ce que c’est? »

« Meena se souvient du moment où on lui a dit qu’elle avait le cancer à l’âge de 25 ans. » « Philippa Thomas est dans l’Etat de West Virginia et elle pose la question que va-t-il se passer si Trump révoque la réforme de la santé promulguée par Obama. »

Meena: « Il m’a dit sa taille, où elle était située et que c’était probablement une tumeur maligne. J’étais seule à la maison et c’était dur. Je faisais du footing tous les jours et ils m’ont dit c’est probablement une lésion due au footing, reposez-vous. Mais la douleur et l’inflammation ne partaient pas, alors..Quand ils m’ont dit vous avez bien fait de venir quand j’ai fini mon irm, j’ai tout de suite pensé que j’avais déchiré un ligament, jamais je n’avais pensé au cancer. Tous vos plans d’avenir s’envolent, le temps s’arrête. »

Philippa: » La famille de Meena avait pris une assurance sous le couvert de The Affordable Care Act, connu sous le nom d’Obama Care, loi votée en mars 2010. »

Meena: « Ma famille m’a dit que j’étais couverte par eux jusqu’à l’âge de 26 ans. Et j’ai bien eu besoin de cette assurance car j’ai eu 5 opérations, on m’a mis un genou artificiel, j’ai eu une année de chimio et beaucoup de médicaments..ça a coûté quelque chose comme 200 000 dollars. Mes parents s’en sont occupé car j’étais très tendue. Une fois j’ai vu le prix d’une de mes piqûres, il s’agissait de 2000 dollars et ça m’a choquée. »

Philippa: »Rien que le mot d’Obama Care a divisé le pays, est-ce que ça a changé vraiment quelque chose? Les opposants disaient que ce ne devait pas être un service procuré par le gouvernement.  »

Len Nicholls, professeur à George Mason University, en Virginie: » La première chose que je dirais à votre auditoire, c’est de se souvenir que les Etats-Unis croient en l’individualisme et le libéralisme économique, tout un chacun est seul. Nous n’avons pas la même conscience solidaire que l’Europe. Donc nous pensons que nous devons nous débrouiller seuls.

La plupart d’entre nous en fait obtiennent l’assurance médicale à travers leur employeur, ce qui est subventionné par notre code fiscal. La cotisation patronale et salariale pour l’assurance médicale n’est pas imposable. 70% d’entre nous obtiennent leur assurance médicale ainsi.

Aucun assureur ne veut couvrir quelqu’un qui est agé et malade, donc les retraités ont vu que ce marché ne fonctionnait pas pour eux. Par conséquent on a dit on va faire comme les Britanniques un système pour les personnes âgées, Medicare, qui d’ailleurs fonctionne bien pour les gens au-dessus de 65 ans et les invalides. Puis on a dit il y a des gens en situation de précarité qui n’ont pas les moyens de payer pour leurs soins, donc on a subventionné leur accès à l’assurance. »

Philippa: » Obama Care a subventionné 38M d’Américains qui passaient à travers le filet, les bas salaires. Avant Obama Care les assureurs faisaient ce qu’ils voulaient, arrêtaient leur couverture, choisissaient leurs soins etc.. »

Je vous laisse écouter le reste mais nous avons compris l’essentiel: 38M d’Américains vont se retrouver sans couverture médicale. Et je peux vous dire que je sais de source sûre que les assureurs avaient déjà commencé à manipuler la situation dès l’élection de Trump. Certains malades chroniques avaient reçu préavis de la suppression de leur prise en charge ou l’augmentation de leurs médicaments.

My heart bleeds..

Bonne soirée

Françoise                     @Fran75GB

 

 

 

 

Pessimisme?

photo iphone..Neige et Brouillard..

Olivia Gesbert reçoit Pierre Haski de Rue89 dans la Grande Table de France Culture.

lien: https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-2eme-partie/la-france-peut-elle-renouer-avec-la-fierte

Pierre Haski: » On va plutôt  bien individuellement et mal collectivement. C’est l’impression que donne la France. Les études qui montrent que les Français sont plus pessimistes que les Afghans alors que les Afghans sont en guerre depuis 40 ans! C’est un peu surréaliste mais j’ai l’impression qu’individuellement les gens ont des stratégies de survie qui sont plus efficaces. »

Une belle introduction..Nous sommes nourris par les déclinistes, certains écrivains, philosophes, médias qui nous décrivent comme une nation morose. Pourtant nous sommes un pays de survivants, l’histoire nous l’a prouvé, nous avons survécu face à l’adversité de la guerre, des attentats et nous le ferons encore.

Même si individuellement je vous avoue que je me sens amputée. Oui plus que blessée par les morts inutiles de mes concitoyens et autres visiteurs de la France, par la désolation de la précarité des gens qui dorment dans la rue l’hiver et ne trouvent pas refuge, par la souffrance de ces femmes, hommes, enfants qui cheminent sans fin, qui attendent l’asile et l’acceptation mais font face aux murs et au rejet.

La douleur, la tristesse restent présents au fond de moi, c’est ainsi. Mais j’ai confiance nous avancerons blessés. 

Pierre Haski: » Je suis parti de ce regard décalé, j’ai beaucoup vécu à l’étranger et quand on regarde la France de l’étranger, d’abord on a des étrangers qui nous disent pourquoi la France va mal, elle a tellement d’atouts et de qualités, surtout comparé à nous disent-ils quand ils sont dans des situations un peu plus troublées que la nôtre.

Et puis surtout on a l’impression qu’on ne comprend plus ce qui nous arrive, c’est cette part d’incompréhension qui provoque le désarroi, les peurs, la recherche aussi de boucs-émissaires pour nos problèmes et que c’est au cœur de cette équation-là que nous nous trouvons depuis 10 ans, c’est-à-dire 2005.

C’est une année fatidique, le non au traité européen et les émeutes de banlieue qui ont aussi marqué fortement les esprits, puis c’est la fin de la période Chirac molle, et c’est le début des 2 présidents suivants qui, il faut bien le dire, n’ont pas laissé une trace forte, en tout cas dans la capacité à rebondir et à repenser l’avenir. »

Ahhhh le bonheur..j’ai trouvé une jolie citation tirée de Harry Potter! Eh oui la vérité vient de la bouche des enfants, non?

« On peut trouver le bonheur même dans les moments les plus sombres… Il suffit de se souvenir d’allumer la lumière. »

Je vous laisse écouter la suite?

Bonne soirée

Françoise

@Fran75GB

 

 

 

 

 

Michel Onfray et l’Occident..

Photo iphone: My thoughts exactly! Je déteste le déclinisme!

Michel Onfray, invité des Matins de France Culture. Des extraits.

lien: https://www.franceculture.fr/emissions/linvite-des-matins/loccident-est-il-son-meilleur-ennemi

Michel Onfray: » Oui j’ai l impression que c’est une culture de cartes postales, on sait que les civilisations sont mortelles, on pense que son voisin est mortel mais on ne pense pas qu’on soit mortel.

L’égorgement du Père Hamel, c’est plus important que Mai 68. La raison sert à justifier la foi jusqu’à la découverte du manuscrit de Lucrèce. Mai 68 est un grand moment de déchristinisation. Je suis un défenseur de Mai 68. Il s’agit d’une décadence à gauche. Un moment de négativité qui fait que les…profs ne parlent plus de la même façon à leurs élèves, mais cela n’a proposé aucune valeur. L’idée du consumérisme sexuel, est-ce que c’était une meilleure chose? On boit, on se drogue, on prend des psychotropes donc on se dit non ce n’était pas une grande idée.

Cette idée est essentielle, celle exprimée par Paul Valéry et elle est anti-marxiste, le schéma chrétien ça devient celui de la Révolution Française et que la vision marxiste c’est que nous allons vers un monde de progrès. On a justifié le goulag par cette vision du progrès, on a décapité pour cette vision du progrès. Le progrès suppose des moments de négativité.

L’histoire de l’Islam est inséparable de celle de l’Occident…il y a une relation dialectique, récurrent depuis le 7e siècle et nous retrouvons un nouvel épisode avec cette relation aujourd’hui. Il y a un Islam de minorité agissante et un Islam de majorité silencieuse. Ce n’est pas la même chose. Notre rapport à l’Islam n’est pas pacifié.

Il y a dans tous les textes sacrés manière à trouver le meilleur et le pire. Il y a un déisme catholique chez Hitler. Le prélèvement des versets du Coran pourra justifier l’un et l’autre.

En parlant de Rushdie il dit le romancier a le droit à tout car on est dans la fiction, et l’occident ne l’a pas défendu. »

Très documenté comme toujours. Il a sa théorie qu’il poursuit. Moi je suis athée et je n’ai aucune éducation judéo-chrétienne car mes parents étaient athés. Donc tout ce propos sur les origines chrétiennes du monde ne m’a jamais intéressée. En fait je me sens ainsi préservée du monde dans lequel baigne son discours, celui de la religion et donc il m’est difficile de visualiser la décadence de ce monde qui pour moi n’a jamais existé.

Il a ses dates et ses monstres..réduire Mai 68 à un dialogue libéré et un consumérisme sexuel me semble une déformation historique, L’égorgement du Père Hamel tout à fait condamnable, mais quoi de neuf, il a oublié Sétif bien que ce ne fût pas sur le sol français en effet mais pour lui c’est une marque de décadence alors que moi j’ai été plus choquée par Charlie, le Bataclan et le camion de Nice. Pour moi ce sont les atteintes à la liberté d’expression et à la vie des Français qui me choquent.

Son rationnel tend à l’inéluctable et ceci est une croyance. Une contradiction en soi. Il est le produit de sa civilisation et de sa création. 

Voila quelques réflexions personnelles, je vous laisse écouter la 2eme partie.

Bonne journée

Françoise

@Fran75GB

Michéa ce matin sur France Culture..

Photo iphone: Neige..

L’invité des Matins de France Culture est le philosophe Jean-Claude Michéa. Quelques extraits.

lien: https://www.franceculture.fr/emissions/linvite-des-matins/la-gauche-contre-le-peuple

« Tous les animaux sont égaux mais certains sont plus égaux que les autres. » Animal Farm, George Orwell

Jean-Claude Michéa: » Orwell restait un socialiste populiste jusqu’à la fin de sa vie et combattait sur deux fronts, la tendance des révolutionnaires à confier le pouvoir à une oligarchie, une élite, et une critique du mythe du progrès, le mouvement de l’histoire qui doit nous conduire du petit au grand, de la petite boulangerie à la Silicon Valley. Moi j’ai toujours voulu être un passeur et peut-être que nous sommes dans une époque où l’on se pose des questions face à ces mythes. »

Il est certain que l’appât du pouvoir change les révolutionnaires et autres..Socialistes qui oublient leurs promesses par exemple et font une politique de droite en réduisant les cotisations des entreprises du CAC 40, qui viennent de faire 57% de profits alors qu’il y a 12M de Français qui ne peuvent pas se chauffer! Merci la social-démocratie!

Quant au mythe du progrès c’est plutôt le mythe de l’ascenseur social. Le progrès est un moteur et en soi n’a rien de négatif au contraire. La Silicon Valley dont il se sert de non-exemple nous a donné l’accès à l’information. C’est l’utilisation et l’exploitation politique et économique de la notion de progrès qui me parait plus critiquable. 

Jean-Claude Michéa: »D’abord face à la génération à laquelle j’appartiens le mot de populisme était employé de manière positive, le populisme russe du marxisme. Je ne me suis jamais défini une seule fois comme conservateur, ce que je dis c’est qu’il y a un moment conservateur dans le socialisme. L’ ennemi du socialisme c’est la société moderne. Or, le capitalisme et le libéralisme sont aussi un produit de la philosophie des Lumières. Je suis anti-anti-conservateur.

Etre un radical à mon époque était de critiquer le monde que nous avions sous les yeux. Aucun enthousiasme pour le monde que nous prépare la Silicon Valley.  L’ affaire Dreyfus est un moment de décadence comme le disait Rosa Luxembourg, Jaurès avait raison d’intervenir pour défendre le Capitaine Dreyfus mais en décidant de rentrer dans la gauche, le parti socialiste perdrait sa spécificité, le mouvement ouvrier et il serait fagocité par elle. Cette idée est plus actuelle que jamais depuis la crise des sub-primes de 2008. »

Rosa Luxembourg avait repris les idées marxistes-léninistes, il n’y a rien de nouveau ici.  

Lénine rappellerait à ces couci-couça du socialisme que  » Là où il y a une volonté, il y a un chemin. » 

Bonne journée

Françoise

@Fran75GB

 

Ahh l’Arôme d’une bibliothèque..

Photo iphone: lire un bon bouquin..comme un poisson dans l’eau

Les Matins de France Culture invitent Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France:

lien: https://www.franceculture.fr/emissions/linvite-des-matins/bnf-elle-est-livre-dans-sa-tete

Laurence Engel:  » Tolbiac, une bibliothèque ouverte à tous comme le voulait François Mitterrand ! Richelieu une bibliothèque de recherche..On remonte au XIVe siècle. Le Roi: « tout ce qui se fait je veux que ce soit garder pour les générations futures ». On a lutté contre le manque de place depuis toujours, il y a la photographie, les estampes, jusqu’aux jeux vidéos qui sont conservés. A Richelieu on trouve les collections spécialisées, les manuscrits, les trésors royaux, le département des Arts du Spectacle, il y a le portrait de Sarah Bernard, des manuscrits de musique, des mondes.

Espace public, parce que ce qui était fermé sur soi, va devenir ouvert à tous, on va pouvoir le visiter, traverser cet ensemble de la rue Vivienne jusqu’à la Rue Richelieu. On va retrouver des salles d’exposition, des manuscrits de Proust, des estampes de Degas..

Le numérique transforme la vie des bibliothèques. Un endroit public et des collections accessibles à tous grâce au numérique, 4M de documents accessibles sur internet, bnf.fr

L’une des batailles s’est faite avec quelques polémiques, celle de passer par Google! Lorsque Google numérise ils peuvent récupérer les fichiers et les données associées à ces fichiers et donc les commercialiser. Ainsi on a voulu envoyer un message fort, celui de garder notre patrimoine.

Il y a des papyrus mais tout n’est pas numérisé. On a 800 000 lecteurs qui viennent dans ces murs mais 16M de lecteurs sur Internet. On fait l’usage le plus démocratique qui soit de la numérisation, mais on a besoin de voir de toucher et d’être présent.

Il n’y a pas que le dépôt légal mais il y a des achats, des acquisitions comme le manuscrit de Nadia de Breton, c’est toute l’histoire de cette oeuvre car les photographies qu’a choisies Breton ne sont pas celles qui sont publiées par exemple.

Le Trésor National laisse le temps de se mobiliser pour pouvoir acheter les documents qui sont importants pour nous. »

Quelle merveille! Je vais y aller! Pas vous? Deuxième partie avec Pierre Nora,historien! Bonne écoute!

Françoise

@Fran75GB

Pour une justice sociale.

Photo iphone, Port d’Hyères

France Culture consacre sa journée aux inégalités croissantes. L’observatoire des Inégalités nous le rappelle: http://www.inegalites.fr/spip.php?page=analyse&id_article=1372&id_rubrique=207&id_mot=30&id_groupe=9

Quelques mots extraits de l’émission des Matins de France Culture..

Lien: https://www.franceculture.fr/emissions/linvite-des-matins/cartographie-des-inegalites-francaises avec Daniel Cohen, directeur du département d’économie de l’ENS et en deuxième partie la philosophe Monique Canto-Sperber 

Daniel Cohen: » La France raisonnait dans les années 60 en terme de classe, de travail/capital, en terme de pouvoir (Foucault).Les rapports de classe sont devenus moins visibles. Ce rapport est très présent dans le monde anglo-saxon. Thomas Piketty a expliqué aux Américains, le fait que le 1% ait capté les 50% de la richesse..oui les E-U ont été obligés d’y réfléchir et donc nous aussi.

Thomas Piketty a renouvelé les instruments d’analyse économique, et avec Tony Atkinson son co-auteur, ils ont vu qu’il fallait totalement reprendre la mesure et regarder les enquêtes fiscales, comme un zoom sur les très hauts revenus.

La forme la plus visible est les tres hauts revenus dans le cas des Américains aussi, les dirigeants dans les années 50, 60 étaient des employés comme les autres..dans les années 80 on leur a dit vous êtes des actionnaires et cela a changé complètement les incitations et comme la bourse a été multipliée par 10 et donc tous ceux dont les rémunérations étaient liées à la bourse ont vu leur salaire multiplié par 10. C’est très paradoxal car seuls les 1/3 des profits sont expliqués par la gestion des entreprises des patrons. »

En ce qui me concerne je ne vois pas pourquoi la lutte des classes n’existe plus?Justement elle est multipliée par 10! Ils ont voulu changer les instruments d’analyse d’accord mais ont-ils tenu compte des paradis fiscaux parce que analyser les déclarations d’impôts c’est une chose, or on sait très bien que c’est un instrument faussé, donc qui sait si c’est une multiplication par 10 ou par 50..

Pour moi le pouvoir reste une question centrale..Regardez Trump, le capital au pouvoir..Regardez May dont le mari dirige un hedge fund..ne nous trompons pas..le pouvoir reste dans la main des riches.

Je vous conseille d’écouter cette émission et de vous faire votre opinion.

Bonne journée

Françoise

@Fran75GB

 

 

 

 

 

 

Heureuse année 2017!

Ce matin j’écoutais l’émission #hashtag sur Etre Charlie:

lien: https://www.franceculture.fr/emissions/hashtag/etre-charlie-cest-continuer-vivre-comme-avant-malgre-la-peur

Plusieurs idées ont été soulevées: celle de la peur, celle de continuer à vivre. On ne peut vivre comme si rien ne s’était passé. #JesuisCharlie restera une tragédie de notre histoire. Il faut une certaine force de caractère pour résister. 

4 mn sur ce vécu et ce qui vivent encore les journalistes de Charlie Hebdo. Je vous conseille cette émission ainsi que les écrits de la page de France Culture.

Voyons-nous la France différemment depuis les attentats, France de la liberté d’expression, ne laissons pas les étroits d’esprit remettre nos libertés en question. 

Nous sommes dans une année d’élections présidentielles, on ne peut l’oublier, on ne nous laisse pas l’oublier, #JesuisCharlie est le symbole d’une France solidaire, La France comme j’aime.

Françoise

@Fran75GB

 

Le fil Albert Camus: Abd Al Malik

D’après La Matinale du samedi 26 novembre 2016 avec Caroline Broué.

lien: https://www.franceculture.fr/emissions/linvite-culture-de-la-matinale/abd-al-malik-je-suis-un-resistant

Abd Al Malik: »Souvent Camus parle de ce rapport de solitude de l’écrivain et toujours cette idée de solidarité. Il le dit ce combat, c’est-à-dire finalement se battre pour la vérité et la liberté sans cesse et pour moi tout est là, c’est le rôle de tous ceux qui écrivent, c’est le rôle de tous ceux qui considèrent qu’avoir une voix nous donne une responsabilité.

Y a ça qui concerne le fond et puis y a la forme: comment on va faire que: tout ce qui est dit là va être lisible par tous, comment on va faire que: est-ce qui est dit là va être compréhensible par tous, comment nos combats sont toujours pour tous et Camus non seulement le dit merveilleusement mais il l’incarne merveilleusement et ça c’est fabuleux, ça a été un modèle exemplaire pour moi. »

Caroline Broué: »L’ art et la culture, vous disiez tout à l’heure, changent les vies, vous avez expliqué comment la lecture d’un ouvrage de Camus avait changé la vôtre et puis ceux qui ont suivi, donc vous en êtes un exemple, mais est-ce qu’on peut encore y croire aujourd’hui, est-ce que ça va franchement avec l’époque, est-ce que tout ce que vous véhiculez aujourd’hui; cette idée de solidarité, cette idée de bienveillance, cette idée de s’adresser à tout le monde, est-ce qu’on peut continuer d’y croire tout simplement? »

Abd Al Malik: » Non seulement on peut mais j’ai envie de vous dire qu’on doit et si on reste dans la démarche camusienne, ce dont on parlait tout à l’heure, voilà si un homme nous dit que le monde est absurde, on doit continuer à exercer au mieux son métier d’homme, son métier d’être humain, voilà un homme qui dans ses écrits, dans une première période il parle de l’absurde de l’existence, dans un deuxième temps il parle de la révolte, il faut se révolter, dans le troisième cycle qu’il n’a pas pu mener à bout il dit que finalement c’est l’amour. L’absurde, la révolte, l’amour.

Et je pense que là, la question que vous posez c’est le fait de parler de cette différence entre la qualité et la quantité, c’est-à-dire que, en matière de savoir, l’essentiel c’est la qualité, parce qu’un seul être peut tout bouleverser en fait, mais comme on vit à l’ère, à l’heure du  règne de la quantité, on se dit finalement s’il y a une minorité de personnes qui pensent de cette manière, est-ce qu’ils peuvent véritablement changer les choses, alors que oui et c’est à nous de trouver cet équilibre entre l’être et la matière,  cet équilibre entre le fait que les chiffres, les nombres ne prennent pas tout, et qu’on remette finalement l’être humain au centre et l’être humain n’a pas besoin d’être une multitude, c’est la sincérité et l’authenticité de notre action qui peut mener au changement, au véritable changement.

On peut voir son rôle, de voix, d’écrivain ou de chanteur comme porteur de message, on peut le voir comme une responsabilité et un devoir, moi je vois plus le fait que j’écrive sur le blog comme un échange et un acte de partage, une liberté d’expression et de pensée. Mais le message que « l’Art et la Culture changent les vies » est une déclaration d’espérance. D’ailleurs on le voit dans toutes les dictatures, que ce soit Daech qui a détruit Palmyre ou Erdogan qui s’en prend à cette jeune femme écrivaine son homonyme, Asli Erdogan, et l’emprisonne, tous les régimes totalitaires veulent faire disparaître l’Art et la Culture, car les deux sont à la fois immortel et insaisissable face au contrôle paranoïaque du pouvoir.

Nous sommes dans une période vulnérable de notre histoire. On sent un tournant politique autoritaire et il faut être vigilant. Il est bon d’entendre un jeune rappeur, admirateur de Camus expliquer comment sa vie a changé et comme il porte en lui le combat de la révolte de Camus.

Vous finirez le podcast chers Lectrices et Lecteurs? et bonne fin de journée..

Francoise

@Fran75GB

 

 

« Admirateur revendiqué de Margaret Thatcher »?

D’après les Matins de France Culture du 22 novembre 2016, avec Guillaume Erner et Philippe Manière.

lien: https://www.franceculture.fr/emissions/linvite-des-matins-2eme-partie/quelle-politique-economique-pour-francois-fillon-2eme

Très précise introduction de Philippe Manière: « J’ai regardé un certain nombre de chiffres sur un certain nombre de réformes faites dans certains nombres d’autres pays et on voit bien que tout est relatif et il n’y a pas de quoi se relever la nuit. » J’attends la suite, quels chiffres, quelles réformes, quels pays..

Guillaume Erner: « François Fillon propose la suppression de 500 000 postes de fonctionnaires..est-ce souhaitable? »

Philippe Manière:  » ..En  France on a vu dériver la quantité des agents publics et leur proportion dans la population dans des proportions qu’on n’a pas vues ailleurs… » Ah je le vois venir.. »C’est assez probable qu’on est allés trop loin.. »Eh bien voyons. » Nous avons un niveau de dépense publique qui est considérable, qui est supérieur à ce qu’on voit partout ailleurs dans le monderapporté à la richesse nationale, »  Mais où donc parce que pour l’instant tout est d’un vague..

« et comme chacun sait, l’essentiel de la dépense, c’est la même chose dans le privé que dans le public, c’est les rémunérations, donc si vous voulez ramener la sphère non-marchande à quelque chose de plus raisonnable par rapport à l’ensemble de l’économie, vous êtes obligés de tailler dans les effectifs, c’est ce qui a été fait partout ailleurs.. »

TAILLER DANS LES EFFECTIFS! eh oui j’ai bondi, c’est-à-dire renvoyer des gens de leur emploi, en faire des chômeurs, on parle d’êtres humains qui vont finir à faire la queue à Pole Emploi ou sdfs, non mais je ne comprends pas que l’on ait si peu de compassion, surtout quand on parle de François Fillon, soi-disant champion du catholicisme, il y a contradiction entre le principe de charité et le libéralisme économique.

Plus loin Philippe Manière parle du chiffre de 500 000 fonctionnaires et nous rappelle que ce n’est que 10% de l’effectif à tailler, mais 500 000 foyers Monsieur Manière..

Je ne vous imposerai pas plus chers Lectrices et Lecteurs, oui il citera finalement comme exemple David Cameron, qui l’on sait a fini en héros, n’est-ce pas..pas avant d’avoir appauvri son pays à un point digne d’un Eton boy..La NHS est en ruine et on veut faire de même avec la Sécu..enfin j’en pleure déjà..

Mais j’ai écouté jusqu’au bout, il le faut pour savoir ce que nous prépare la droite aux élections, quoique rien de nouveau sous le soleil..les mêmes clichés..

Un anglicisme en vaut un autre Monsieur Manière, je dirais à la Gauche, « Time to stand up and be counted. »

Francoise

@Fran75GB