Archives pour la catégorie BBC (Grande-Bretagne)

Podcasts Pot-au-feu..Woman’s Hour

Photo:Pub de Dove

Plus joli que Potpourri non? Voilá des podcasts de Woman’Hour de la BBC Radio4 à rattraper:

Jane Garvey présente les 2 émissions que j’ai choisies. Elle est toujours excellente dans son questionnement et sa présentation de sujets si divers et pro-femmes.

  1.  Le 25 avril 2016, Jane Garvey parle à Robin Wright, Golden Globe winner et activiste pour changer la vie des femmes victimes de violence au Congo pas seulement actrice dans House of Cards. Elle et son amie Karen ont créé une compagnie de pijamas!
  2. Puis l’anniversaire du tremblement de terre au Népal et Dr.Kate Yarrow qui a ouvert sa propre NGO Doctors au Népal. L’argent récolté est arrivé depuis un bon moment mais vient d’être distribué. Elle a commencé à travailler avec MSF, elle a vu une femme qui a marché 9 jours pour atteindre un dispensaire pour accoucher de son bébé. L’hôpital n’avait ni électricité ni eau potable.
  3. Combien de partenaires sexuels ont les jeunes femmes de nos jours?
  4. Les femmes forment plus de 50% des étudiants universitaires..

A écouter: http://www.bbc.co.uk/programmes/b 0783lds

  1. Jane Garvey parle du nouvel album de Beyonce le 26 avril 2016. De Destiny’s Child à Beyonce.. »Formation » est sur le Black Lives Movement et ses opinions politiques.
  2. Bonnie-Sue Hitchcock et son roman »The smell of other people’s houses » qui se passe en Alaska en 1970. Elle lit un extrait du roman. Elle insiste sur le fait qu’elle n’a rien à faire avec Sarah Palin!
  3. Hillsborough en 89 et la campagne, Margaret a perdu son fils James de 19 ans et Jenny a perdu ses 2 filles Sarah de 19 ans et Victoria de 15 ans. Elles n’ont jamais abandonné la lutte pour la vérité pendant 23 ans.
  4. Les femmes de Rojava, une région autonome le long de la frontière nord de Syrie, gérée par les femmes kurdes qui ont leur armée et combattent ISIS.
  5. Des femmes écrivaines qui ont souffert dans leur enfance, dans leur vie adulte et elles ont écrit sur la différence sociale du genre..homme et femme. Elles ont écrit des livres utopiques tel Charlotte Perkins Gilman, décédée en 1935 qui a écrit « Women and Economics »,  « Her Land » qui explore le point de vue masculin de la production féminine et Shulasmith Firestone a écrit » The dialectics of sex », sa vision de l’avenir concerne l’éducation des enfants.

A écouter: http://www.bbc.co.uk/programmes/b0783lh4

Bonne soirée chers Lectrices et Lecteurs..Enjoy!! Beaucoup de plaisir á écouter Woman’s Hour. A quand une émission féminine sur nos chaines françaises qui ne concernent pas que le régime estival ou la chirurgie esthétique??

Francoise

@Fran75GB

Brexit, to be or not to be..

D’après the Woman’s hour de @BBCRadio4 du 13 mai 2016, » Harriet Harman and Gisela Stuart on the EU referendum »

lien: http://www.bbc.co.uk/programmes/b079m0v0

Deux députés travaillistes, deux femmes au point de vue opposé, on peut se demander ce qui fait qu’à l’intérieur d’un même parti, une élue soit pour Britain Stronger in Europe et l’autre soit présidente du mouvement Vote to Leave..

J’ai toujours pensé que le référendum était une idée ridicule, d’abord pour la manière avec laquelle la question est posée, elle n’est jamais claire, ce n’est jamais un plébiscite, d’autre part dans une démocratie parlementaire à  quoi sert la représentation alors, eh bien nous voyons que dans un même parti politique de gauche, comme chez nous, les divergences peuvent prendre ces proportions. 

Harriet Harman insiste sur le fait que les femmes perdront leurs droits dans le monde du travail si la Grande-Bretagne quitte l’UE:

« Les droits de la femme ont bien avancé les dernières trente années, que ce soit le droit au travail partiel, la parité des salaires, les droits au congé de maternité ou contre le harcèlement sexuel. Il y a eu un progrès certain grâce à notre propre parlement et aussi au parlement européen.  »

Jenni Murray, présentatrice, insiste sur le fait qu’Harriet Harman « a parlé avec force et exprimé des vues personnelles, qu’elle a dit que ceux qui veulent quitter l’UE, veulent que les femmes restent au foyer, et ne fait pas du tout confiance à Boris Johnson, Iain Duncan Smith ou Nigel Farage et encourage les femmes à ne pas leur faire confiance non plus.

Et avec raison, Alexander Boris de Pfeffel1 Johnson, issu de familles royales diverses et cousin de David Cameron ne porte pas le peuple dans son coeur. Pourtant on aurait pu croire que son éducation à l’Ecole Européenne de Bruxelles lui aurait donné une ouverture mais Eton a probablement complété son éducation de grand bourgeois, un homme capable de dire:« Si vous votez Tory, votre femme aura de plus gros seins et vous augmenterez vos chances d’avoir une BMW » et pourtant il a été élu maire de Londres..

Iain Duncan Smith, Ecossais, d’ éducation militaire, de Sandhurst, qui a épousé une baronne, souvent ministre, souvent démissionnaire, chouchou de Margaret Thatcher. Sans oublier le Betsygate, un homme qui déclarait sa femme  comme secrétaire pour booster ses frais généraux.

Nigel Farage, qui ne rime pas avec image, et dont le travail soit disant leader du parti eurosceptique, mais dont les vues sont  plutôt fondées sur la haine de l’Autre, vote anti-immigration et d’extrême droite. Courtier à la City, puis membre du parti conservateur et pour finir a fondé ce parti UKIP, lui aussi nostalgique de Thatcher et je vous confie ma pensée profonde, il a un grain. Il s est fait remarqué plusieurs fois pour avoir critiqué les gens avec violence au Parlement Européen et a reçu une amende quand il a critiqué la Belgique, selon lui un « non-pays » sans parler des horreurs qu’il a dit à dit Van Rompuy.

Eh bien quel tour d’horizon de l’Euroscepticisme mes amis, mais ils ont une écoute style le Pen, un fou attire les fous..

Harriet Harman réitère que « ce ne sont surement pas eux qui défendront les droits de la femme dans le pays suite à un éventuel Brexit. Mais c’est vrai que l’Union Européenne est dominée par les hommes. Toutefois ils doivent suivre le Traité de Rome. »

Jenni Murray indique que « 1,5 millions d’immigrants de plus sont entrés en Grande Bretagne depuis que le pays a rejoint l’UE. La campagne contre l Europe dit que cela fait baisser les salaires. »

Harriet Harman conteste « les statistiques et démontre que LSE, The London School of Economics, a fait une étude sur les augmentations de salaire et les immigrants et a montré que les salaires ont augmenté au contraire quand les immigrants européens sont arrivés mais la crise financière a éclaté donc les chiffres sont faussés par ce fait car c’est la crise qui a atteint l’emploi et les salaires.  »

Jenni Murray parle « d’enfants seuls qui sont entrés dans le pays et de la pression sur l’Education et les Services Sociaux et la Santé ».

Harriet Harman proteste  » qu’il y a plus d’employés européens qui travaillent pour le secteur de la Santé et travaillent auprès des patients que de patients européens, et il y a des récoltes agricoles effectuées par des travailleurs européens que nous vendons à l’UE.  »

Jenni Murray demande pourquoi les femmes paraissent plus sceptiques à l’idée de rester en Europe que les hommes. Harriet Harman dit que les sondages montrent que moins d’un tiers des femmes ont pris une décision et donc elle se doit d’expliquer comment les droits des femmes se sont améliorés dans le pays.

Voila chers Lectrices et Lecteurs, je laisse les anglophiles écouter la suite de ce podcast et je me dis que ce remue-ménage populiste de droite a fait bien du mal à la cause de l’Humanité. Nous verrons ce que les Britanniques décident, déjà je vois certains pays européens virer à l’extrême-droite, l’Autriche en dernier et ça fait peur. Parlons haut et fort mes amis, rappelons les faits historiques qui nous ont conduits à la dernière guerre mondiale, éduquons.

J’ai toujours vu cette UE comme une Europe du capital et c’est parce qu’elle est gérée ainsi que nous en sommes arrivés là. Maintenant est-elle toujours un écran contre cette extrême-droite, contre une répétition des horreurs de la guerre, je ne saurais dire mais nous voyons les monstres s’impliquer dans notre pays et faire leurs petits pas..Beware my friends!

Francoise

@Fran75GB

 

l’Election de Sadiq Khan met fin au règne du parti conservateur durant huit longues années!

D’après le Financial Times d’aujourd’hui et Global news du BBC  World Service: http://www.bbc.co.uk/programmes/p03tblt5 ainsi que News Hour: http://www.bbc.co.uk/programmes/p03snhs8

Sadiq Khan, le premier maire musulman de Londres et même d’une capitale européenne, fils d’un chauffeur de bus pakistanais, né à Londres , et âgé de 45 ans, député travailliste et avocat de profession, spécialiste des droits de l’homme  a gagné les élections malgré la campagne de dénigrement du parti conservateur à son égard. 

Les conservateurs ont tout fait pour l’allier aux extrémistes islamistes et se sont ridiculisés de manière éhontée. Toutefois ils ont perdu la bataille de l’intolérance et Londres a survécu. Cette élection montre que les électeurs londoniens ont un sens de la diversité, de l’acceptation culturelle qui manque ailleurs. 

 » Un musulman sur huit vit à Londres et on y parle 300 langues vivantes. Il n’y a que 45% de « white British »( si l’on veut employer la classification de discrimination positive dont les Anglosaxons sont friands.) »

Sadiq Khan s’est présenté ainsi: »Je suis Londonien, Européen, Britannique, Anglais, Musulman, d’origine asiatique, d’héritage pakistanais, un père de famille et un mari. » Puis il a ajouté pendant sa campagne: »Nous ne faisons pas que nous tolérer à Londres, nous nous respectons. »

« C’est aussi un homme qui a fait carrière dans le parti travailliste depuis son adolescence. Les attentes des Londoniens seront pesantes puisqu’il veut s’attaquer au problème du coût du logement et des logements sociaux »

Et ce ne sera pas facile car Londres est une ville extrêmement chère, on parle de plus en plus de la gentrification de l’est de Londres, « The East End » traditionnellement  populaire et les classes défavorisées sont repoussées à la périphérie.

« L’autre point à considérer sera la relation entre Sadiq Khan et le parti conservateur ainsi que les minorités ethniques, les minorités musulmanes de Londres. Les conservateurs devront y faire face. »

« Sadiq Khan a prêté serment dans la cathédrale de Southwark, le choix de l’endroit et des orateurs avait été planifié, il y avait la Baronne Lawrence, d’origine jamaïcaine, la mère de Steven Lawrence, assassiné dans une attaque raciste en 1993. »

« La Baronne Oona King est aussi travailliste et elle a travaillé auprès de Sadiq Khan pendant une dizaine d’années, voici sa réaction suite à la victoire: » Je me réjouis parce que nous avons une telle ambiance anti-pluraliste dans le monde en ce moment  entre Trump aux Etats-Unis, et la crise des réfugiés qui a fait ressortir tout ce qu’il y a de haineux chez certains en Europe et donc avoir Londres qui élit un maire musulman est une cause de réjouissance. « 

« Nous avons su gérer la diversité mieux que d’autres bien que nous soyons loin d’être un modèle. J’ai été élevée et considérée comme une métisse en Angleterre et les autres enfants me disaient de retourner dans mon pays mais j’étais une citoyenne britannique. Quand je suis allée à Paris et en Belgique où j’ai vécu 5 ans, avoir une peau noire ou brune n’était jamais acceptée. Donc nous avons de l’avance sur les autres pays. »

« S’agit-il d’une question de classe sociale? On a beaucoup dit de ce conte de fée, le fils du chauffeur de bus face au fils du millionnaire? Non je ne pense pas parce que sinon Boris Johnson,  n’aurait pas été élu pendant 8 ans. Mais il faut avoir une histoire, une narration, en politique et Sadiq Khan né dans un HLM dans un quartier désaffecté de Londres, d’une famille de 8 enfants qui a eu la capacité de devenir avocat, député et maire de Londres, ceci est un grand accomplissement pour la capitale. »

 » La campagne de dénigrement dans les journaux qui montraient la photo de Sadiq à coté du bus qui avait explosé lors des attentats de 7/7 était honteuse, simplement parce qu’il était musulman, s’est retournée contre le candidat multimillionnaire. Les gens ont peur partout et faire peur ainsi aux Londoniens est odieux mais ils ne l’ont pas acheté. Ils ont décidé de choisir le candidat qui allait leur apporter des améliorations dans les transports, le logement, la sécurité, la santé et les gens ont voté pour Sadiq. »

 » Sadiq est un homme posé, stratégique, il n’a rien à voir avec Boris Johnson qui était populaire pour son excentricité. Mais à la fin de la journée les gens veulent savoir comment ils vont payer leur loyer, comment ils vont survivre dans une ville qui est la plus inégale de la planète. Il y vient organisé avec son équipe. « 

 » On a l’impression que c’est un fait historique, peut-être aurons-nous un jour un  premier ministre black à Downing Street? Absolument il ne faut jamais sous-estimer le pouvoir du symbolisme. »

Eh bien good luck Sadiq Khan, nous avons bien besoin d’exemple de tolérance de l’Autre dans l’Europe d’aujourd’hui..

Bonne soirée chers Lectrices et Lecteurs et tomorrow is another day..

Francoise

@Fran75GB

« L’Etat devrait-il promouvoir le bonheur? »

 

 

Photo: Cosmopolitan.fr

Chanson de Barbra Streisand pour me faire plaisir: https://youtu.be/x9NpWs5gM84

D’après l’émission de Thinking Allowed de BBC Radio 4 présentée par Laurie Taylor le 20 avril 2016. Invités Danny Dorling, Halford Mackinder professeur de géographie à l’ Université d’Oxford et Paul Ormerod, économiste.

lien: http://www.bbc.co.uk/programmes/b077gt3g

Laurie Taylor nous explique que Danny Dorling a fait une enquête:  » Dites quels sont les 4 événements qui ont été les plus importants cette année pour vous ou votre famille? » La plupart ont répondu que rien d’important ne leur était arrivé, d’autres ont dit qu’ils avaient débuté ou terminé une relation amoureuse, étaient allés en vacances, avaient déménagé, avaient eu des problèmes de santé, ou la mort d’un proche. »

« Puis Danny Dorling a associé ce résultat avec ce que les gens révélaient sur leur ressenti du bonheur. Il pouvait donc lier les événements de la vie avec un bonheur relatif et ainsi découvrir ce qui importait le plus dans la vie des gens, et par extension quels actes de politique publique pourraient être mis en place pour les rendre plus heureux et rendre ces événements qu’ils trouvaient tristes moins tristes. »

Oh j’entends la droite anglaise s’écrier contre le Nanny State ou la droite française nous donner une leçon sur l’Assistanat ou encore les ingrats me traiter de Bisounours^^

Danny Dorling:  » J’ai lu ce document en 2010… sur le fait que les choix économiques personnels et non seulement les gènes avaient une importance pour le bonheur. Et j’ai pensé oh cela correspond aux résultats de l’enquête. Ce que nous avons trouvé c’est que les ruptures ou la mort de proche affectaient le bonheur durant l’année, et les autres événements comme les naissances et débuter une relation amoureuse avaient un effet énergisant sur les choses matérielles comme se payer des vacances de luxe. L’année dernière l Office des Statistiques Nationales a produit les résultats suivants montrant que le montant de richesses qu’avaient les gens en actions, en immobilier ou en retraite n’augmentait pas le bonheur mais les petites épargnes oui car cela permettait d’avoir une liberté économique. »

Voilà l’extrême richesse n’apporte que des complications, la peur de la perte, de la crise financière, on compte plus qu’on respire, on se lamente..Charles Fourier le disait en 1819, cela en fait des Scrooge, c’est malsain, indécent mais je ne sais pas si cela fait le malheur de tous, pas de tous ces philanthropes qui essaient de se rattraper en s’achetant des Grâces ou des réductions d’impôts, la bonne conscience a un prix…

J ai adoré le tweet de Pizza Hut UK au rappeur Kanye West: » Stop telling everyone you need dough and try kneading some dough. We got your C.V. today. You start at 9am tomorrow. » C’est un jeu de mots parce que « dough » c’est de la pâte à pain mais aussi du fric en argot donc  » Arrête de dire à tous que tu as besoin de fric et viens pétrir la pâte. On a ton cv et tu peux commencer demain matin à 9h ». Bon on pourrait se dire qu’au royaume des aveugles les borgnes sont rois puisque Pizza Hut est une subsidiaire de Yum! Brands l’entreprise de fast food la plus riche au monde..

Laurie Taylor:  » Il y a eu de nombreuses études sur le bonheur matériel ces dernières années, les gouvernements divers se sont penchés sur la question,  où se situe votre étude? »

Danny Dorling: » Notre travail est différent parce que nous observons des événements individuels. Nous avons déterminé 34 événements qui pouvaient affecter le bonheur en un an, par exemple réussir son permis de conduire.

« L’Etat pourrait corriger certains des effets négatifs de ces événements dans la vie des gens, par exemple il y a 6000 enfants qui meurent chaque année, une des mortalités les plus élevées d’ Europe, les effets sur la personne sont dévastateurs, donc cela vaudrait la peine que l’Etat s’attache à réduire la mortalité infantile, pas seulement pour le bonheur de la Nation mais aussi pour l’importance de l’action en elle-même. En ce qui concerne la Santé nous sommes le pays d’Europe de l’Ouest qui dépense le moins, les Suisses dépensent le plus, deux fois plus que les Allemands qui dépensent 50% de plus, pourquoi est-ce que nous sommes le pays qui dépense le moins alors que nous avons une NHS très efficace qui ne peut pas accomplir plus avec un budget si réduit. »

Laurie Taylor à Paul Ormerod: » Quelle est votre évaluation générale de cette étude? »

Paul Ormerod:  » Les économistes accueillent positivement les études sur le bien-être, plus que le simple PIB pour mesurer la richesse d’un pays, ce qui n’a jamais été l’objectif quand il a été créé pour la première fois après la Grande Dépression des années 30. Un des points, en ce qui concerne la politique publique ce n’est pas très utile car nous avons un retard de 50/60 ans sur le bonheur populaire, mais cela ne change rien, en fait la plupart du temps les gens sont assez contents de leur vie. La chose qui a changé le plus dans les dix dernières années, est ce qui est appelé « life evaluation » (l’évaluation de la vie quotidienne littéralement, je pense plutôt au ressenti que nous avons de notre vie en général) eh bien c’est lié au revenu, plus les gens gagnent plus ils sont heureux.. »

Vous croyez que c’est spécifique aux Anglosaxons ou aux économistes de nous livrer cette notion du bonheur?? J’attends vos développements et vos commentaires chers Lectrices et Lecteurs..

Danny Dorling contredit: « Mais quand le revenu des gens augmente ou qu’ils sont promus, leur bonheur augmente moins que le malheur qu’ils ressentent quand leur revenu baisse. Donc une société plus stable avec moins de précarité, avec des gens qui n’ont pas à recevoir des augmentations suivies de baisses de revenu serait une société plus heureuse. Et les gens s’adaptent très facilement alors dans l’année où ils sont promus quand leur revenu augmente, le niveau de bonheur augmente également mais les gens s’y adaptent très rapidement, et voila pourquoi notre ressenti du bonheur n’a pas tellement changé durant cette décennie car notre niveau de vie a augmenté mais pas notre ressenti du bonheur.

L’autre point important c’est qu’il y a un équilibre incroyable entre ce qui nous rend malheureux et ce qui nous rend heureux. Donc on peut dire que ces événements s’équilibrent dans le temps mais l’Etat pourrait beaucoup faire pour atténuer le malheur et prendre en considération le bien-être du peuple. Il y a des gens qui considèrent que gagner la loterie serait un plus mais il a été prouvé que cela ne change pas votre condition de vie alors qu’avoir de l’argent de coté, ne pas avoir à emprunter de l’argent a un effet énorme sur le bien-être.  »

Vous savez je pense que l’on nous propose tout le temps la mobilité sociale comme solution au chômage sinon on nous traite de fainéants mais je vois les familles décomposées et les problèmes des jeunes parents qui n’ont plus l’entourage familial proche pour les conseiller quand ils élèvent les enfants, il n’y a plus cet attachement familial aux grands-parents et cette transmission qu’ils apportaient et qui me semble toujours essentiel. Cet héritage se perd et je trouve cela bien dommage. Je lis ces sondages sur la morosité des Français et je vois que nous ne sommes pas les seuls, est-ce la mondialisation et l’institution du capitalisme qui en est la cause je vous laisse votre réponse si vous m’avez lue vous connaissez la mienne. Je vous encourage à finir l’écoute du podcast si vous le désirez.

Bonne soirée chers amies et amis lecteurs et merci de vos commentaires, de vos tweets et de vos mails. Ce blog existe pour vous et j’espère que vous êtes nombreux à nous lire.

Francoise

@Fran75GB

 

 

 

 

 

Free Speech and The Media

Toujours d’après Analysis, émission de BBC radio 4, épisode 4, avec Professor Timothy  Garton  Ash.

Lien: http://www.bbc.co.uk/programmes/p03rqqzm

 » Athènes n’avait pas de média dans l’ Antiquité! Qui veut adresser l’Assemblée demandait le héraut? N’importe quel adulte pouvait parler à des milliers de citoyens. » Nuit debout? : « Parler librement, examiner les faits, peser le pour et le contre »

« La liberté d’expression en Grande- Bretagne est garantie depuis la chartre de 1689 . De nos jours il y a trop de monde pour monter sur scène et exprimer son point de vue donc nous avons les médias. Mais avons- nous les medias dont nous avons besoin pour une démocratie efficace? »

Je me permets de répondre avant d’écouter la suite^^Nous avons des médias qui cherchent la petite bête, qui prennent un fait de peu d’importance pour en faire toute une maison et nous le rabâcher toute la journée. Ce sont les médias que j’évite! De la polémique pure qui attise la colère et souvent relève du faux. Il y en a beaucoup trop ainsi. Heureusement nous pouvons compter sur une radio et une presse de qualité, il faut choisir juste parmi l’offre.

« Mon principe c est que nous avons besoin de médias  non censurés, divers, dignes de confiance, de façon à ce que nous puissions être bien informés pour prendre des décisions dans la vie politique.  Tout d’abord non censurés, on associe la censure à la dictature mais je me souviens d’un article que j’ai écrit et qu’un journal polonais m’a censuré en 1989. »

« De nos jours la Chine a le plus grand appareil de censure depuis le début de l’Humanité. Les consignes du PC Chinois sont exposées dans un site du nom de China Digital Times, du style n’enquêtez pas sur l’accident du train et n’en parlez en aucun cas.,Nous n’avons rien de tel au Royaume Uni mais les médias doivent se plier à des réglementations, comme celles de l’organisme Ofcom. Des révélations d’écoutes téléphoniques ont conduit à une enquête judiciaire et une nouvelle réglementation. Les tabloids privés ont alors tous crié à la censure. »

« Tout ce qui donnerait aux partis politiques un contrôle direct des médias doit absolument être évité. Ainsi le nouveau conseil d’administration de la BBC devrait être entièrement nommé par un organisme indépendant. »

Ah si seulement on faisait la même chose en France, ne me dites pas que Mathieu Gallet et Delphine Ernotte aient été nommés par un organisme totalement indépendant CSA ou pas!

« En Allemagne le citoyen a un droit de réplique quand un journal a publié quelque chose de faux. Puis il y a la diversité, au Royaume Uni la presse appartient à quelques propriétaires privés, des corporations qui ne se soumettent pas à l’examen public et proposent les idées qu’elles veulent favoriser. Cela peut paraître marxiste pour certains mais le fait que la propriété des médias appartienne à peu de corporations concentre une puissance extraordinaire entre les mains de quelques-uns. Les journaux peuvent avoir trop de pouvoir vis-à-vis des hommes politiques. Il ne s’agit pas seulement du soutien que les médias peuvent leur apporter pendant une campagne électorale ou un référendum mais aussi de la peur du scandale dans la presse populaire. Au tribunal un des journalistes du Sun a déclaré qu’il y avait au journal un coffre plein de documents scandaleux prêts à être employés au moment opportun!! »

Je pense que cette presse anglosaxonne qui exporte leur Closer et autre presse à scandale a contaminé l’ambiance.. Bon on a eu IcI Paris, France Dimanche, Voici qui colportaient des râgots mais se développent des émissions qui dévouent leur temps à remuer des scandales inintéressants et à nous faire perdre le sens de ce qui est important dans notre vie citoyenne. Heureusement que nous avons les réseaux sociaux où nous pouvons nous exprimer bien que le message doit être concis sur Twitter c’est un grand plus. Maintenant je vois que Nuit Debout a son app! C’est un exemple que je cite bien sûr. J’approuvre cette ouverture de la liberté d’expression. « 

Comme répète et conclut Professor Garton Ash : » les médias qu’il nous faut pour la démocratie doivent être non censurés, divers et dignes de confiance. Pour l’accomplir nous devons tous être des citoyens actifs, comme les Athéniens de l’Antiquité. Nous devons observer nos médias aussi prudemment qu’ils nous observent et quand ils font des erreurs, parlez-en à voix haute! »

Bon dimanche chers lectrices et lecteurs!!

Françoise

@Fran75GB



 

Avoir 90 ans..

D’après « Woman’s Hour » le 21 avril 2016 @BBCRadio4, « Being 90 » et quelques souvenirs personnels.

A l’occasion des 90 de la Reine Jenny Murray interviewe Jackie Markus de 90 ans et Honour Harlow de 99 ans.

« Honour quel est votre secret pour rester active à votre âge? »

 » Rester intéressée par tout ce qui nous entoure. J’ai eu une belle enfance à la campagne. Mon père était fermier. Ma mère venait d’une famille de 17 enfants alors j’ai beaucoup de cousins, bien qu’il ne m’en reste plus tellement. Rester intéressée et éveillée. »

« Et Jackie, quel est votre secret? »

« Prendre la vie comme elle vient et faire de son mieux pour le bien de tout le monde. Ça fait 70 ans que je vis en Angleterre et je suis seule avec mes 4 enfants depuis 45 ans. Je me tourne vers le passé et je me dis que j’ai eu des joies et des peines et  que j’ai essayé de prendre la vie comme elle m’est apparue. »

« Jackie vous êtes née à Bruxelles, comment était l’Angleterre quand vous êtes arrivée en 45? Mariée à votre mari anglais? »

 » C’était très différent paisible, c’était anglais. Il n’y avait que la nourriture qui laissait à désirer. J’étais décidée à faire de mon mieux. Mon mari était là, c’est tout ce qui comptait.  »

« Honour, vous avez eu aussi un très heureux mariage pendant 30 ans, mais vous êtes veuve depuis très longtemps, depuis 31 ans, comment avez-vous géré? »

« J’étais en bonne santé, j’avais le soutien de mes 3 filles, leurs familles et petits-enfants. Je fais partie de la société de théatre amateur, j’ai eu plusieurs bons rôles, nous avons une production en mai et je joue au bridge, un bon jeu de société, et je vais au keep fit et au cours de cuisine française! »

« Jackie et vous comment avez-vous géré le décès de votre mari? »

 » j ai eu Mandy quand j avais 40 ans, et un fils de 24 ans. J ai voulu rendre à l’Angleterre ce qu’elle m’avait donnée, j’ai travaillé avec les personnes âgées pendant 24 ans.

Elles ont conclu que le bridge était essentiel pour garder toute leur tête!

lien: https://itunes.apple.com/gb/podcast/womans-hour/id130950322?mt=2#episodeGuid=urn%3Abbc%3Apodcast%3Ab0770qtx

La première fois que je suis allée en Angleterre je devais avoir 10 ans. C’était chez mon oncle à Plumley dans le nord de l’Angleterre. Il s’était battu dans l’armée anglaise contre Rommel et avait reçu la nationalité anglaise et une bourse d’études à l’université de Manchester. Je me souviens qu’ils faisaient aussi du théatre amateur. Et du tea-time, ce pain de mie blanc avec de la confiture et des gateaux..

Puis j’y suis retournée mais cette fois à Deal dans le Kent une ville contrastée, une ville de mineurs et au bord de la mer le golf et les résidences secondaires. C’était un voyage scolaire, le prof d’anglais du lycée organisait ça, on avait cours le matin puis l’aprem j’allais à la mer avec les copines, on revenait brûlées car le vent de la Manche couvrait la chaleur du soleil et le soir on allait au youth club, les gars buvaient de la bière entre eux et nous on dansait entre filles, j’ai fumé ma première cigarette et j’ai fait trou dans le rideau de ma chambre j’avais honte, ils n’ont pas voulu me reprendre l’année suivante haha no regrets ainsi j’ai connu les Brown et Nanny Brown, ils vivaient à Mill Hill dans le quartier des mineurs. Ils ont changé ma vie.. La suite next time..

Francoise

@FranGB75

 

Free Speech 1.: la liberté d’Expression

D’après Analysis de BBC Radio 4, « Free Speech, Oxygen of Freedom », transcription du podcast et quelques ajouts personnels.

lien: http://www.bbc.co.uk/programmes/p03qvxgb

« Professor Timothy Garton Ash présente le thème de la liberté d’expression attaqué dans un monde connecté par internet dans sa première émission. »

J’écoute les débats médiatiques sur Nuit Debout, sur leur existence, sur les interventions des uns et des autres condamnant cette expression spontanée sur nos places de France et je remercie Professor Garton Ash de nous rappeler les fondamentaux de la liberté d’expression.

Il commence par Nina Simone:

« I Wish I Knew How It Would Feel To Be Free »

« I wish I knew how
It would feel to be free
I wish I could break
All the chains holding me
I wish I could say
All the things that I should to say
Say ’em loud say ’em clear
For the whole round world to hear

I wish I could share
All the love that’s in my heart
Remove all the bars
That keep us apart
I wish you could know
What it means to be me
Then you’d see and agree
Everyone should be free

I wish I could give
All I’m longin’ to give
I wish I could live
Like I’m longin’ to live
I wish I could do
All the things that I can do
Though I’m way overdue
I’d be starting anew.

I wish I could be like a bird in the sky
How sweet it would be
If I found out I could fly
I’d soar to the sun
And look down at the sea
And I sing ’cause I know »

 » La liberté d’expression est vitale, Nina Simone le dit mieux que moi avec la chaleur et la mélancolie de cette voix merveilleuse. La liberté d’expression est essentielle pour l’individu, sans elle nous ne pourrions être pleinement nous-mêmes. La liberté d’expression est un droit pour celui qui parle et celui qui écoute. Si je ne peux m’exprimer vous ne saurez ce que veut dire être moi et je ne saurai ce que veut dire être vous. »Nina Simone, une enfant noire qui est née sous la Ségrégation du sud des Etats-Unis avant le triomphe du Civil Rights Mouvement le savait mieux que tous. »
« Comment pouvons-nous vivre bien dans un monde divers de plus en plus connecté? A moins que je ne sache d’où vous venez. La liberté d’expression nous aide à vivre dans la diversité. Nous avons aussi besoin de la liberté d’expression pour bien gouverner, comment pouvons-nous faire de sages choix politiques si nous ne possédons pas tous les faits et entendre les alternatives.
Et il y a un autre argument essentiel: cela nous aide dans la recherche de la vérité, dans sa polémique contre la Censure, John Milton a écrit: » Though all winds of doctrine were let loose to play upon the earth, so truth be in the field, we do injuriously by licensing and prohibiting to misdoubt her strength. Let her and falsehood grapple, who ever knew truth put to the worse, in a free and open encounter. »

« Dégrisé par un siècle de mensonges totalitaires et par des conseillers en communication qui nous trompent par des dossiers louches, nous ne pouvons plus partager la confiance magnifique de Milton en la Vérité avec un V majuscule. La Liberté d’expression reste essentielle dans la recherche de la connaissance, ce sont des arguments classiques mais ils doivent maintenant être appliqués dans de nouvelles circonstances extraordinaires, car la combinaison d’immigration de masse et la venue d’internet signifie que nous sommes tous voisins maintenant. Dans une ville comme Londres, nous vivons à coté de gens provenant de tout pays, toute culture, toute foi. Et si vous ne les rencontrez pas dans le tube (métro) vous les verrez sur youtube.
Cette année j’ai visité un centre de réception de réfugiés à Berlin, la plupart des réfugiés avaient peu de possessions, ce qu’ils avaient pu porter de leur voyage de Syrie, Irak ou Afghanistan, mais tous avaient un smartphone. On dit qu’on utilise 3 milliards de smartphones en ce moment et bientôt ils seront utilisés par la moitié de la population mondiale, ceci apporte des opportunités sans précédent pour la liberté d’expression mais également des dangers sans précédent…
Chers Lectrices et Lecteurs je vous laisse finir ce podcast qui fait partie d’une série de cinq, j’essaierais de vous en relater quelques-uns.
Bonne journée!
Francoise

 

Pardonner 2.

Photo: BBC

D’après Late Night Woman’s hour, BBC Radio 4 du 24 Mars 2016,  » Forgiveness », présenté par Laurence Laverne qui rencontre 3 femmes et leur histoire.

lien: http://www.bbc.co.uk/programmes/b07466ly

Une histoire personnelle, fascinante que j’ai essayée de traduire..Je vous laisse juger et commenter chers Lecteurs et Lectrices..

« Zrinka Bralo, s’est échappée de Sarajevo pendant la guerre de Bosnie. Elle raconte son histoire: » Avant que la guerre commence, j’avais une vie privilégiée, j’étais journaliste, j’avais une vingtaine d’années, j’avais été en Allemagne pour acheter des disques. Mon émission radio s’appelait « Welcome to the Terrodome » d’après la chanson de Public Enemy. Le mur de Berlin était tombé, je pensais que je faisais partie des années 90, le monde avait l’air tellement mieux que dans les années 80. Je n’étais pas consciente de ce qui se passait en politique, c est comme ici maintenant, on vit sa vie, on relève ce qui se passe dans les nouvelles mais on n’y paie pas vraiment attention. »

« Puis je dois dire que la guerre est arrivée brusquement et là  je m’en suis rendue compte tout à coup. Car, même si la guerre se passait déjà  en Croatie et à  la campagne, je préparais les nouvelles en anglais pour les troupes des Nations-Unies. Et les Nations Unies avaient choisi Sarajevo comme la ville la plus stable ou sécurisée de la région pour y baser leur mission de casques bleus pour la Croatie qui était à  près de cent cinquante kilomètres donc Sarajevo était la ville logistique et cool. Leur campement était littéralement entre la maison et ma station de radio. On se sentait en sécurité, le monde n’allait pas laisser les choses se développer. »

 » Donc le matin du 6 avril je me suis réveillée car j’ai entendu des échanges de tirs. Mon frère et moi, nous avons regardé entre les rideaux de la fenêtre et nous nous sommes dits personne ne va nous voir. Il y avait des hommes armés qui couraient sans uniforme donc on ne savait pas de qui il s’agissait. Deux jours après ce début d’instabilité et de guerre civile, la ville était assiégée. Et nous nous sommes adaptés à  la situation de façon stupéfiante. Rapidement nous avons compris où il ne fallait pas se rendre et comment il fallait communiquer. On parle de 1992, pas de portable et pas d’internet. Les jours suivants il y avait des bombardements, et la ville était encaissée, un obus tiré des collines pouvait blesser trois cents personnes. Toute vie humaine perdit valeur et je me sentais constamment une cible. »

« Je ne veux pas faire de commentaire sectaire, mais il y avait une partie de la population qui pensait que leur identité ethnique devait être protégée et ils le firent au nom de la nation. C’étaient les Serbes et ils le firent avec le soutien de l’armée yougoslave, puissante et bien armée, payée par mes impôts et les impôts de mes parents. Les gens étaient manipulés par ce discours d’ethnicité et d’identité. Personnellement je ne pouvais m’y faire car je vivais sur mon nuage de Public Enemy..J’ai eu de la chance que peu de gens que j’ai aimés soient passés de l’autre coté. Mais j’en connais certains. Quelquefois il y avait une rumeur qu’un camarade d’école primaire nous tirait dessus. »

« Immédiatement ils ont coupé le téléphone, l’électricité..on n’avait ni nourriture ni nouvelles ni rien. Il y a eu toute une préparation de cette guerre pendant que j’écoutais ma musique et je me suis dit comment ai-je pu être tellement aveugle! Si on ne cherche pas particulièrement la méchanceté chez les gens on ne va pas la voir. Et je n’avais aucune raison de penser que certains camarades d’université pouvaient ressentir une identité nationale si forte qu’elle les conduirait à  vouloir me tuer.  »

Laurence Laverne:  » En 1993 vous vous êtes échappée vous êtes venue vivre à  Londres. Qu’avez-vous ressenti? »

ZB: » Je me sentais fiévreuse, quand je passais devant l’immeuble de Channel 4, je pensais oh ça ne va pas tenir c’est fait en verre. Je mesurais le monde autour de moi selon des standards de vie qui étaient complètement différents. Quand je suis arrivée à Londres c’était Guy Fawkes night et je n’avais aucune idée de ce qui se passait. A Sarajevo quand les bombardements commençaient on mettait notre matelas dans le couloir intérieur et on dormait là protégés par les murs intérieurs. Et c’est ce que j’ai fait j ai tiré mon matelas dans le couleur intérieur alors que je savais que j’étais à Londres en sécurité. Voila mon ressenti à l’époque ainsi qu’un immense sentiment de culpabilité. Mon entourage compatissait, ils savaient ce qui se passait à Sarajevo et voulaient en savoir plus, ce qui était super car c’était comme une thérapie et il y avait une sorte de reconnaissance de mon humanité. Pourtant je me disais j’ai de la chance je suis ici, j’ai de la chance je n’ai pas été blessée, j’ai de la chance je n’ai pas été violée. C’était fou de penser ainsi mais je me comparais à des gens qui étaient passés par tout ça, qui étaient blessés ou morts ou avaient perdu leurs proches et les femmes, des milliers de femmes qui avaient été violées et je me sentais tellement coupable. Puis je me suis dit qu’est-ce que je fais de toute cette culpabilité, comment je vais gérer. Mais je n’ai pas cherché de l’aide parce que je pensais que j’avais de la chance j’ai décidé de faire quelque chose d’utile, d’être utile, j’ai survécu, comment rendre, que faire de cette vie maintenant? Pendant 3 ans je me suis sentie comme invincible et après avoir fait de la thérapie je comprends mieux par quoi je suis passée. »

Laurence Laverne:  » Nous parlons de pardon ce soir, qu’est-ce que cela évoque pour vous? »

ZB:  » D’abord j’ai essayé de me pardonner pour avoir été stupide et naïve, et vu que j’avais été élevée comme une féministe, sans peur et sans reproche, cela m’a sauvé la vie parce que j’ai pu prendre la responsabilité de ma survie. Mais une fois que j’ai survécu, j’ai pris trop de responsabilité pour le trauma par lequel je passais. Trouver ce pardon a été très difficile, j’ai essayé de faire de la thérapie plusieurs fois jusqu’à  ce que je comprenne que je m’effondrais. Je suis catholique mais je ne suis pas pratiquante donc j’ai fait une psychanalyse. Et j’ai adoré ma colère, j ai compris que je n’étais pas comme eux même si on m avait tout enlevé mon identité, mon pays, je n’allais pas tuer. La colère peut être constructive, ce peut être une force. Et si on l’accepte comme une émotion légitime, il s’agit de voir ce que l’on peut en faire. Je ne cherche pas la vengeance mais je veux qu’on me rende justice. Même si les gens ne vous demandent pas directement pardon mais reconnaissent avoir commis ces actes, votre expérience peut se transformer en réalité. Toutefois les gens qui ont commis ces actes dans mon pays disent qu’ils l’ont fait pour des raisons légitimes. »

C’est un peu ce que je disais hier je voudrais qu’on me rende justice. Eh bien finalement 20 ans après, le 28 mars 2016, Radovan Karadzic a été jugé coupable, jeudi, de génocide, de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité. J’espère que cela apportera à  Zrinka Bralo un certain soulagement car peut-on oublier et pardonner de tels événements chers Lectrices et Lecteurs, vous aurez votre réponse..

Francoise

@Fran75GB

 

 

 

Pardonner..1

Photo de la BBC.

D’après Late Night Woman’s hour, BBC Radio 4 du 24 Mars 2016,  » Forgiveness », présenté par Laurence Laverne qui rencontre 3 femmes et leur histoire.

lien: http://www.bbc.co.uk/programmes/b07466ly

« Lesley Bilinda est un pasteur de religion anglicane dont le mari, un prêtre rwandais, a été tué dans le génocide du Rwanda. Elle était partie avec une ONG comme infirmière et sage-femme, puis elle a épousé Charles en 1993 et quelques mois après le génocide commençait. En 1994 ils se sont séparés, elle est partie au Kenya pour voir sa sœur et ne pouvait plus rentrer dans le pays et est restée quelques mois à attendre des nouvelles. »

« 3 mois après le génocide je suis retournée dans le pays on pouvait sentir l’odeur de la mort et de la destruction. Tous mes collègues avaient été tués, il ne restait plus personne dans son village. J’ai cherché mon mari, vu ma belle-sœur qui m’ a dit malheureusement nous n’avons aucune nouvelle et donc j’ai dû me faire à l’idée que j’étais veuve. Je suis restée un mois sur place, puis suis allée dans le camp de réfugiés en Tanzanie et ai retrouvé des amis. C’était devenu mon pays j’y avais vécu 5 ans et j’y suis retournée plusieurs fois pendant les années qui suivirent. »

« Puis en 2004 on m’a demandé de partir faire un reportage pour essayer de trouver qui avait été responsable de tuer Charles et ils voulaient savoir si je pouvais faire face à  ses assassins et leur pardonner. En fait on a passé un mois dans ce pays et on n’a rien découvert. J’ai été déçue de ne rien avoir découvert et de ne pas avoir su ce qui lui était arrivé. Mais dix ans plus tard je ne suis plus en colère je n’ai pas besoin de les rencontrer, j ai lâché prise. »

« Puis je suis devenue pasteur et dans la religion à cette époque de l’année à  Pâques le pardon a une place importante et moi aussi je dois me pardonner, j’avais abandonné mon mari à  cette époque et je n’ai jamais pu lui demander pardon de l’avoir quitté. »

« Quelquefois je rencontre des gens qui ont souffert et sont en colère et sont déterminés à  se venger puis passent leur vie dans l’amertume. Je pense que l’assassin de Charles m’a fait beaucoup de mal et je ne vais pas le laisser continuer à  détruire ma vie. Ainsi je peux continuer de vivre avec l’aide de Dieu, puisque je suis croyante. Je vais retourner au Rwanda dans quelques mois et qui me dit que quelque chose ne va pas déclencher ce ressentiment, donc il faut apprendre à  gérer. »

Difficile pour moi de commenter puisque je ne suis pas croyante et donc je n’ai pas la même perception du pardon. Dans ce cas je me serais battue pour et j’aurais demandé justice, et peut-être que là  il y aurait eu une fin mais ne pas pouvoir retrouver des traces de son mari ni l’histoire de son assassinat doit être un poids pour cette femme difficile à oublier. Vous me direz chers Lectrices et Lecteurs ce que vous en pensez.

 

 

 

Is Faster better?..tout va plus vite..est-ce mieux??

Photo: quotehd.com (haha j’ai trouvé cela bien amusant, so grumpy, pour les grincheux joyeux!!)

D’après l’émission de BBC radio 4, Start of the Week, du 21 mars 2016. Andrew Marr interviewe Robert Colvile sur notre rythme de vie, (livre: THE GREAT ACCELERATION: HOW THE WORLD IS GETTING FASTER, FASTER)

lien: http://www.bbc.co.uk/programmes/b0741kp8

Quelques idées que j’ai relevées:

RC:  » Nous marchons plus vite que nos grands-parents, 10% de plus.! »

RC:  » Cette auto-destruction programmée, qui permet à une entreprise d’en remplacer une autre, si on ne le fait pas soi-même, quelqu’un le fera à votre place »

Madame El Khomry aurait dû lire ce livre..flexicurité programmée^^

« AM: Notre fonctionnalité multitâche, on saute d’un outil numérique à un autre, de l’iphone à l’ordinateur, à la tablette, d’un écran à un autre..c’est l’événement le puissant de ce siècle..doit-on l’applaudir, l’accueillir, ou en avoir peur?  »

RC: » Evidemment si on passe la journée sur twitter ou autre réseau social ce sera négatif car on n’aura pas le temps de réfléchir…on travaille tous tellement que l’on est stressé et on n’a pas le temps de vivre en famille, pourtant les statistiques nous prouvent qu’une vie plus rapide est plus heureuse car nous sommes plus productifs et plus riches. Et nous voulons ce divertissement. »

Je vois pourquoi il est journaliste au Daily Telegraph^^, un fan du libéralisme anglo-saxon.

AM: » Donc vous nous dites de profiter du nouveau rythme de la vie moderne mais assurez-vous de gérer ce processus, comme fermer vos outils, ne pas toujours les avoir à votre portée et ralentissez votre rythme de vie sinon vous allez vous surmener. »

Vous le faites chers Lectrices et Lecteurs, vous abandonnez vos outils technologiques, vous les oubliez à la maison..de vrai??

L’écrivain Sarah Dunant commente: » Votre livre était très intéressant. Vous dites que c’est une bonne chose mais j’ai ressenti un sentiment de détresse, de votre détresse car vous dites qu’en effet on ne peut pas y faire grand-chose, la nouveauté est programmée, et les êtres humains sont aussi manipulés pour vouloir des nouveautés, pas qu’ils en aient besoin mais beaucoup d’argent est investi dans l’idée de nous en donner le besoin. Il y a la vitesse mais aussi le profit. »

« Détresse »..hmmm oui n’a-t-on pas l’impression qu’on n’a raté quelque chose quand on s’est déconnecté? Ces derniers temps je ne suis pas toujours le feuilleton et je me dis mais j’ai dû manquer un épisode..oh ce n’est pas si important non? « Détresse » je suppose si c’est votre métier et que vous devez rendre des comptes sinon pour le commun des mortels de rater le dernier épisode de la loi du travail ou de Molenbeek est-ce essentiel? Qu’en pensez-vous? Devrais-je me sentir coupable? Devrions-nous nous sentir coupables?..juste pour aller un peu plus loin.. 

AM: » Et la politique? Est-ce qu’elle va aussi plus vite? »

RC: « Oui mais là je suis plus sceptique, la technologie dépasse la biologie mais dépasse assurément la bureaucratie! Dans notre vie de tous les jours, nous cliquons pour obtenir des infos, pour avoir le service à la clientèle et télécharger des apps puis nous entrons en contact avec le gouvernement et c’est un autre monde.. »

AM: » Est-ce à cause de la connexion entre les nouvelles technologies et les médias? Prenons l’exemple de Ian Duncan Smith qui donne sa démission vendredi soir et hier il est à la télé pour expliquer pourquoi il a donné sa démission puis aujourd’hui le Premier Ministre va répondre, c’est une série d’événements très rapide, et entre tout ceci il y a de nouveaux sites médiatiques qui écrivent des articles et les commentaires des réseaux sociaux de nombreux partis politiques et conservateurs rivaux. Fut un temps, tout ceci se serait passé dans les journaux et aurait pris moins de proportion dramatique. Est-ce que nous sommes pris dans un cercle vicieux? »

RC: » Je pense que oui. Les membres du gouvernement disent toujours si nous avons le temps de considérer le problème et  de prendre les bonnes décisions mais ils révèlent qu’ils vivent un enfer quand ils sont pris dans un orage médiatique. Maintenant il y a tous les jours au moins 3 ou 4 faits politiques qu’ils doivent commenter sinon on lira dans les journaux « Downing Street refuses to comment. »

Oui je pense que les médias mettent la pression, sans parler des chaines infos dont c’est le « bread and butter », le pain et le beurre ou la nourriture terrestre qui augmente leur audience etc.. 

Est-ce la question de la dissert bateau? mais quelquefois je ressens cette pression oui et vous?

Francoise

@Fran75GB