Archives pour la catégorie France Culture (France)

« Précarités: signes des temps »

photo iphone: Genève, Suisse, le jet d’eau

La Précarité 1/5, une série des Nouvelles Vagues présentée par Marie Richeux avec Mustapha Belhocine, travailleur social. Extraits.

Lien: https://www.franceculture.fr/emissions/les-nouvelles-vagues/la-precarite-15-precarites-signes-des-temps?xtmc=La%20pr%C3%A9carit%C3%A9%201/5&xtnp=1&xtcr=1

C’est vrai « que de nos jours on dit « précaire » pour ce qu’on appelait « prolétaire » il n’y a pas si longtemps. » Et on accepte ce terme comme on accepte son vécu: on passe devant les sdfs couchés par terre en ressentant une impuissance et une culpabilité mais on accepte ce quotidien. Eh bien non.

Mustafa Belhocine a écrit un recueil de nouvelles « Précaire » . « Ces petites nouvelles ce sont mes expériences de travailleur précaire. Une définition de la précarité? Il y a un consensus autour des revenus, de l’emploi mais il y a aussi beaucoup d’autres choses qui recouvrent la précarité. Ce qu’appelle Robert Castel, le précariat, c’est-à-dire, le va-et-vient entre des périodes d’emploi et des périodes de non-emploi.

Moi ce que je trouvais le plus violent, c’était la non-reconnaissance des compétences, la possibilité d’être autonome dans son emploi. Alors au-delà du salaire, on peut être payé au SMIC, et si on est reconnu dans son emploi on peut un peu s’y retrouver. Ce qu’on appelle la souffrance éthique. Porter un carton d’un point A à un point B. C’est aussi ça la précarité, ce n’est pas forcément la manutention très dure, c’est aussi ça, la souffrance aussi physique mais en ce qui me concerne il y a le manque de liberté aussi. »

Marie Richeux parle d’  » entretiens qui durent trois heures pour un emploi de manutentionnaire, d’être obligé de mentir sur ses compétences et ses diplômes, sur ses capacités intellectuelles jusqu’à se perdre en fait. »

Mustafa Belhocine:  » On en arrive à farder son cv, on fait des entretiens qui durent des heures, on se demande comment on va s’habiller, si on met un costume pour un poste de manutentionnaire dans un poste où on va porter un bleu de travail. Il y en a qui disent qu’un chômeur vit sur le dos de la société, quand on cherche un emploi c’est aussi s’acheter des titres de transport, penser à s’habiller. Il y a tous les petites choses du quotidien que l’on ne raconte pas souvent par pudeur et qui font partie de la précarité. »

Je me suis souvenue de mes débuts en Angleterre en l’entendant parler. Quand j’étais allée au Job Centre pour la première fois j’avais parlé de mon baccalauréat, j’avais 18 ans. J’avais dit c’est équivalent aux A’levels. A cette époque dans cette région minière le chômage était à 12.5% et l’employée m’a regardée comme si je venais d’une autre planète, elle m’a dit alors j’ai qu’un poste qui peut vous convenir c’est nettoyer les salles de bains et les toilettes à l’Hotel Royal pour £5.50 par semaine et j’ai dit d’accord. Après je mentais aussi sur mes qualifications. Je disais j’ai fait l’école et j’ai travaillé dans un grand magasin, dans les bureaux d’une usine de générateurs, aux docks dans le magasin de duty free des aéroglisseurs..Parce que pendant ce temps-là je faisais mes études et je devais prendre un mois pour rentrer en France chaque année faire mes examens terminaux. J’ai mis 5 ans pour faire un DEUG comme étudiant travailleur. 

Mustapha Belhocine: »  Je n’ai pas cherché à opposer les regards. Ce bouquin ce n’est pas une commande, une enquête sociologique, c’est une écriture réflexive. J’écrivais pendant que je traversais ces moments, à l’aéroport sur des sachets de vomi, sur des coins de serviette, sur des petits carnets, des moleskines je me prenais pour Hemingway..Il y a une forme de vengeance, de revanche sociale, inverser le rapport de domination..montrer à un cadre, à un chef de service, je sais écrire, je sais parler, tourner les choses à mon avantage, survivre tous les jours à un déclassement social. Ecrire aide à ne pas péter un câble. Tous ces écrits je ne savais pas ce que j’allais en faire. Après j’ai repris des études et avec différentes rencontres ça s’est transformé en un ouvrage. Il y en a d’autres qui prennent des substances ou de l’alcool. Quand on a déchargé un camion de 7h à 14h sans aucun respect de la législation, des règles.

Un jour j’ai interrogé un de mes camarades, ça fait 17 ans que tu fais ça tu es payé à €1100 par mois mais comment tu fais? Y a pas d’enjeu je ne me pose pas de question, je déplace ce fameux carton d’un point A à un point B, mon sens c’est personne va me prendre la tête,  y a pas à réfléchir et voilà. J’ai des potes qui galèrent malgré les grandes écoles. Alors la manutention c’est pratique aussi, je me suis dit je ne serai plus sociologue et voilà. La précarité c’est le thème mais c’est aussi des rencontres littéraires comme Bukowski alors je me suis dit voilà il y a des gens comme moi, quelqu’un qui peut écrire. Ca m’a encouragé à continuer. »

Oui il n’était pas comme son camarade manutentionnaire, lui avait une porte de sortie..en l’entendant je me suis dit ça..moi aussi quand je me suis fait renvoyer pour ne pas bien faire briller les robinets de salles de bains de cet hôtel après 15 jours, j’avais dû montrer de la suffisance, je le faisais en me disant je vaux mieux que ça..c’est ce que je m’étais dit pour me consoler mais je ne m’étais probablement pas assez appliquée..après je n’ai plus refait cette erreur, j’ai essayé de bien faire pour pouvoir ressentir une satisfaction du travail accompli quel qu’il soit. Il fallait admettre oui j’étais en état de précarité, comme tant d’autres..Il y avait une lueur au bout du tunnel mais je pouvais basculer..

Chers Lectrices et Lecteurs je vous laisse terminer ce podcast..toute la série m’a beaucoup apporté..

Bon dimanche

Françoise

@Fran75GB

 

 

 

Le Front National s’est-il banalisé ? Les Matins de France Culture

lien: https://www.franceculture.fr/emissions/linvite-des-matins/le-front-national-sest-il-banalise

Guillaume Erner reçoit « Valérie Igounet, historienne, spécialiste du négationnisme et de l’extrême droite en France et Vincent Jarousseau, photographe et documentariste. »

Sur 3 mairies FN, extraits

Valérie Igounet: « .. ce qui nous a sauté aux yeux c’est surtout cette désillusion politique que la grande grande majorité des personnes soulignaient. »

 » Ce qui est assez frappant c’est la politique de proximité, la propreté, la ville fleurie et plusieurs manifestations qui ont fait revivre ces villes qui étaient en déshérence. Comment ces élus municipaux mènent leur politique..en gros ce sont des personnes qui travaillent, qui dénoncent les mandatures précédentes et qui ne cessent d’avoir des relations assez proches avec les gens dans la rue. C’est ce que les gens nous ont dit. Ils aiment qu’on leur serre la main et on les appelle par leur prénom. »

Jusque là je me disais propreté, fleurettes, enfin tout est parfait dans le meilleur des mondes??? La proximité, les carriéristes de tout bord l’ont oubliée, il est certain que quand on parle de vraie représentativité, elle n’a plus le même appel de nos jours..que le front national aille là où il y a des lacunes c’est un fait..enfin ils ne parlent pas à tout le monde ainsi?, j’aurais voulu poser cette question, ils parlent à qui dans ces villes exactement? Aux gens qui chantent on est chez nous..

« Mais il n’y a pas que ça car il est évident que les marqueurs du front national ressortent aussi dans leurs propos. Il faut bien souligner il y a cette attente de ces habitants mais il y a aussi ce que le front national leur réserve. »

De  quels marqueurs parle Valérie Igounet?..On y vient..

Vincent Jarousseau: »Ce qu’il faut préciser c’est que ces maires sont à la tête de petites villes souvent assez endettées et au pouvoir extrêmement limité puisqu’ils sont en minorité dans les communautés d’agglomération et donc ces faibles pouvoirs réels finalement sont compensés par une hyper-présence sur le terrain, une proximité extrêmement forte avec la population, où il y a une demande de reconnaissance de « l’enfant du pays ».. »

Guillaumer Erner mentionne « la fête du cochon et le fait que ce ne soit pas que de l’animation socio-culturelle, le front national. »

Valérie Igounet: »Il y a des marqueurs qui sont présents. Il est clair qu’on ne vote pas FN que pour des fleurs. « Elle dit que l’élu qui a mis en scène la fête du cochon  » a voulu mettre un caractère islamophobe dans sa politique et a voulu aussi provoquer. Le front national avance aussi par la provocation. » Elle évoque aussi « la débaptisation de la rue du 19 mars 62, ..le caractère nationaliste et xénophobe de la politique du FN. »

Guillaumer Erner parle de « Beaucaire, ville de l’élu FN Julien Sanchez.. ville touchée par le chômage ..les commerces fermés..les cafés des immigrés frappés par un décret qui leur demande de fermer plus tôt le soir. La municipalité FN a été attaquée pour discrimination. »

Valérie Igounet: »Voilà. On est en plein dans la politique du front national. Julien Sanchez a publié un arrêté municipal par rapport à ces commerces et cet arreté a été mis en vigueur le premier jour du Ramadan, donc vous voyez on est là-dedans quoi. Plus on va avancer dans les années plus on va rentrer (dans cette politique), là le front national s’installe. Sanchez c’est aussi une vitrine du FN, on montre là. »

Chers Lectrices et Lecteurs je vous laisse finir l’écoute de cette émission qui révèle, comme nous le savons, que la politique du FN ce n’est pas la vie en rose et je me demande comment les gens peuvent être dupes mais en fait il y en a peu qui sont dupes. Il faut constater qu’une partie des Français sont nationalistes et xénophobes et donc adhèrent aux marqueurs du FN et c’est bien triste que de le constater. Le constater ne veut pas dire l’accepter..surtout ne pas l’accepter ni conter fleurette..

Bonne soirée

Françoise 

@Fran75GB

 

Voir le monde à travers les Droits de l’homme

photo iphone: L’ arbre qui résiste à l’hiver..

Les Discussions du soir avec Frédéric Worms: Voir le monde à travers les Droits de l’homme sur France Culture. Extraits

Invitée: Christine Lazerges, Présidente de la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH)

Lien: https://www.franceculture.fr/emissions/les-discussions-du-soir-avec-frederic-worms/voir-le-monde-travers-les-droits-de-lhomme

Sinistre histoire de ce jeune Théo qui ne demande rien à personne, qui passe son chemin, qui se fait agresser verbalement et physiquement par 4 représentants de la police et se fait violer, torturer de manière brutale par un agent de 27 ans.

En France, le pays des Droits de l’Homme! Eh bien pas tous les jours! Non, la France, 23e pays du monde en ce qui concerne la Corruption et pour les Droits de l’Homme, vu que nous sommes en Etat d’Urgence j’imagine que nous sommes loin. Est-ce que cet Etat leur donne des ailes à ces fous?

Ainsi il faut revoir ses connaissances, pour ne pas sortir de clichés, pour ne pas laisser grandir la colère comme l’a conseillé Théo le sage qui a envoyé ce message de son lit d’hôpital aux habitants d’Aulnay..et pourtant..

Frédéric Worms:  » Comment êtes-vous saisie par l’actualité, ou saisie d’une question qui rentre dans le cadre des Droits de l’homme d’une manière générale et dans le cadre de votre commission d’une manière particulère, comment est-ce que ça communique? »

Christine Lazerges: » Ça communique bien, même trop bien car il y a tant de sujets sur lesquels on peut parler, émettre des idées, une argumentation en lien avec les Droits de l’homme que nous avons plutôt l’embarras du choix. La loi sur la CNCDH, texte de 2008, indique que nous intervenons en conseil du gouvernement et du parlement, donc la voix officielle de saisine c’est par un membre du gouvernement, mais il arrive souvent qu’un membre du gouvernement sur un sujet qui est au cœur de nos préoccupations ne nous saisisse pas et donc nous nous auto-saisissons.

Si je prends un exemple tout récent, sur les successifs textes de l’Etat d’Urgence nous n’avons jamais été saisis et nous nous sommes systématiquement auto-saisis. Ce n’est pas tout à fait exact ce que je dis parce que le Président de la Commission des Lois nous avait quand même, non pas saisis sur l’Etat d’Urgence, mais demandé d’assurer le suivi dans un premier temps. Donc cette demande du Président de la Commission des Lois de l’Assemblée Nationale et non d’un Ministre nous a conduits à être extrêmement vigilants.

Notre commission c’est une commission dont la mission peut être résumée par un mot: Vigilance.  »

Frédéric Worms: « Vigilance, mais justement vigilance qui en même temps vient de quelqu’un et vous arrive et auquel vous répondez ou vient de vous-même.

Si on prend l’exemple que vous évoquez le gouvernement français prend une mesure qui est l’Etat d’Urgence pour répondre à une certaine situation. Il peut décider de lui-même que cette mesure ou sa prolongation ou son renouvellement voire au fond un renouvellement tel qu’il tende à devenir permanent. Il peut décider que cette mesure-là pose un problème relevant des Droits de l’homme ou bien non et à ce moment-là c’est vous-même qui décidez que ça en relève et vous pouvez vous-même dire cette mesure-là, eh bien oui elle relève de notre compétence. »

Christine Lazerges: »Tout à fait. Et ce pouvoir d’auto-saisine nous donne une très grande indépendance. Nous ne sommes pas liés par les desiderata d’un gouvernement quel qu’il soit et ce qui nous caractérise, il y a 3 mots en fait, j’ai dit Vigilance, le deuxième mot c’est Indépendance et le troisième mot c’est Pluralisme… »

Chers Lectrices et Lecteurs je vous laisse finir d’écouter cette discussion bien enrichissante et je dois ajouter que j’ai twitté la Commission en lui demandant de s’auto-saisir du cas de Théo. Il est possible qu’elle ne m’avait pas attendue :))) Je le souhaite en tout cas.

Bonne soirée

Françoise

@Fran75GB

 

 

 

Affaires Etrangères: L’Europe face à Trump

photo iphone: Pluie romande..

Horripilant d’avoir à vous parler de Trump. Tous les jours ma TL est pleine du visage de Trump 🙁 et moi-même je tweete les articles concernant les décrets successifs et les réactions internationales à ces décrets.

Pourtant je ne suis pas du tout pour faire de la pub à Trump et je dis toujours que même la pub négative c’est de la pub quand je parle du Fhaine entre autres..

Mais je ne peux m’empêcher de réagir aux événements que cet odieux personnage provoque: Par exemple la destruction de l’Obamacare, on se demande s’il va y arriver. Mes amies américaines, souffrantes de la LAM, maladie pulmonaire chronique pour laquelle je suis soignée en France, se disent qu’elles ne pourront plus payer les médicaments ou obtenir les greffes dont elles ont tant besoin..

Puis l’#immigrationban des 7 pays musulmans: Comment peut-on être assez stupide pour rendre des peuples ou des religions entières responsables d’actes terroristes, je répète stupide car cela montre un manque de raisonnement et de discernement. Cet homme souffre de démence sénile, ou autre forme de démence:  Lui a-t-on fait les tests neuropychologiques nécessaires avant qu’il rentre à la Maison Blanche??

En tout cas merci au juge de Seattle qui a objecté à ce geste anti constitutionnel! Je le répète je fais confiance au peuple américain pour faire basculer Trump et sa politique.

Il est vrai que la haine politique peut être sans limite..Les Nazis nous l’ont prouvé il n’y a pas si longtemps..oui je dis Nazi car cet homme parle de la torture en toute impunité. Enfin écoutons l’émission et nous pourrons en savoir plus sur ce que l’Europe peut ou ne peut pas faire à cet égard..

D’après Affaires Etrangères, émission de France Culture avec

Lien: https://www.franceculture.fr/emissions/affaires-etrangeres/leurope-face-donald-trump
Enrico Letta: « Le verre à demi-plein, c’est que les Européens ne veulent pas faire le 3ème après les Républicains et les Démocrates américains, c’est-à-dire ceux qui ont passé leur temps à commenter ce que Trump disait, ce que Trump faisait sans être en condition de mettre sur la table leur propre agenda.  Et Trump a gagné parce qu’il était au centre de la scène et les autres se limitaient à réagir, commenter, être d’accord, pas d’accord, s’indigner. Il faut que les Européens évitent de faire le 3e temps de ce désastre.
La seule possibilité est celle d’agir d’une voix commune. Je prends un exemple. Trump crée ce chaos avec le Mexique. C’est un grand problème. Le Mexique va perdre beaucoup et le monde va perdre beaucoup. Eh bien je pense que l’Europe a fait un bon choix, celui, sans trop de polémique, de mettre en discussion et entamer la discussion sur un nouvel accord commercial entre Europe et Mexique. Alors moi je pense qu’il faut absolument éviter de laisser à Trump le centre de la scène, il faut réagir mais il faut surtout agir.
Il faut d’une voix unie sur les grands sujets, le commerce, la politique étrangère, le choix des finances, des grandes questions qui sont liées aux migrations, le fait que Trump accuse les Européens sur les réfugiés c’est quelque chose d’incroyable. La plus grande partie des réfugiés viennent d’Irak, d’Afghanistan et Syrie, donc ce sont les guerres ratées par l’Occident et premièrement par Bush, donc le prédécesseur républicain de Trump. Donc que ce soit maintenant l’Europe qui est en train de payer l’addition de tout ça, c’est de la folie.
Donc j’aurais préféré que Trump ne soit pas là mais je le dis franchement c’est une grande chance pour l’Europe, parce que l’Europe peut trouver avec une menace extérieure si difficile, si forte des raisons réelles pour comprendre que seulement unis on est plus forts. »
Jacques Rupnik: » C’est une situation sans précédent, un Président américain qui ouvertement encourage une désagrégation de l’Europe, la façon dont il a applaudi le Brexit, la façon dont il a accueilli Theresa May. Je dois dire qu’avec Bush, on a eu pour la première fois, avec la guerre en Irak et Vieille Europe contre Nouvelle Europe, l’idée qu’on faisait de la division européenne une vertu dans la relation transatlantique. C’était déjà un premier pas.
Là on va bien au-delà et nous sommes ouvertement dans une entreprise de désagrégation, Brexit d’un coté, on se tourne vers Poutine de l’autre. Implicitement avec la politique très dure qui a été adoptée avec la question migratoire, il y a quelques jours. Il a choqué une partie de l’Amérique qui est donc divisée et il a choqué une partie des Européens qui sont à la fois choqués mais aussi divisés parce qu’il y a toute une série de partis populistes qui ont fait de la question migratoire, leur thème central et on voit au sein de l’UE des pays qui approuvent: Viktor Orban, Premier Ministre hongrois qui dit moi j’ai construit la clôture, lui veut construire le mur, il me donne raison, nous sommes avec lui; le Président tchèque et le Premier Ministre polonais disent la même chose, c’est le droit de chaque pays de décider librement qui ils laissent rentrer sur leur territoire. Et donc explicitement ils donnent raison à Donald Trump.
Donc les Européens, c’est là qu’est la difficulté, car un défi c’est la question migratoire et la question des frontières et là on voit qu’ils sont divisés et Trump bien sûr il appuie là où ça fait mal. Les Européens ont quelques enjeux majeurs auxquels ils doivent répondre. Et il faut espérer qu’à Rome les Européens seront capables de répondre. Si ce n’était pas le cas, le scénario Trump serait menaçant. »
Mark Leonard: »Les Européens ont commencé à avoir de vraies discussions et après l’enjeu de Theresa May qui est allée à Washington toute seule et qui a essayé d’avoir un accord spécial pour le Royaume Uni pour les citoyens de double nationalité, il y a un danger que tout le monde aille faire son deal séparément.
Je pense qu’il y a une prise de conscience que Trump représente une énorme menace au projet européen, à l’ordre de sécurité européen, à l’architecture et aux institutions de la gouvernance mondiale sur le commerce, sur le climat. Même s’il y a des politiques très importantes que l’UE a su avancer comme par exemple l’accord avec l’Iran sur son programme nucléaire et les sanctions envers la Russie pour l’annexation de la Crimée qui sont refusées par Trump. On entend plus ou moins l’inverse des membres de l’Administration américaine que l’on entend de Trump et il réussit à être sur les 2 cotés de beaucoup de ces questions, il est très imprévisible, personne ne sait qui parle de ces questions, si c’est Trump lui-même ou si c’est des secrétaires d’Etat et c’est un peu sa méthode, il a écrit que l’imprévisibilité est source de force.
Je ne pense pas qu’on puisse être très optimiste avec la Libye et qu’un accord concernant les migrants va marcher. Essayer de répéter ce qu’on a fait avec la Turquie, y a pas énormément de chance que ça va marcher et le nombre de migrants augmente. Il y a eu un déplacement des routes migratoires mais aussi tellement de pression de l’Afrique. Je pense que ça va etre la prochaine crise. Mais je pense que Trump fait tellement peur aux Européens surtout avec les propos qu’il a avancé sur la Russie qu’il y aura peut-être plus de solidarité cette fois-ci que dans la première crise migratoire. »
Joachim Fritz-Vannahme : » Je n’en suis pas du tout sûr. Pour 2 raisons, d’abord il faut étudier la liste de Trump dans le détail, il a fait un affront contre le monde musulman en soi, mais il a bien choisi des pays où les EUs n’investissent pas. Deuxièmement ça peut résonner en Europe avec la rupture de valeurs communes transatlantiques. »
J’arrête là car Joachim Fritz-Vannahme fait des amalgames à vomir sur les musulmans dont on pourrait se passer..
A vous chers Lectrices et Lecteurs de finir cette émission..en fait nous avons appris que Trump rivalise avec l’Europe en essayant de nous entraîner dans des guerres qui ne sont pas les nôtres ou d’amplifier des problèmes que nous avions déjà. Diviser pour mieux régner, n’est-ce pas en invitant T. May en premier, en accusant l’Iran, en s’attaquant à une partie du monde musulman et en protégeant celle avec laquelle il a des échanges commerciaux.. Un scénario infernal..l’Europe saura-t-elle agir comme ils l’ont dit ci-dessus et retrouver sa solidarité, je ne sais pas réellement..Qu’en pensez-vous?
Bonne soirée
Françoise                       @Fran75GB

Le Temps d’Antenne..

photo iphone: Brouillard..

Hier il y avait cette émission du Grain à Moudre de France Culture sur les temps de parole et temps d’antenne, émission à propos parce que je me dis pourquoi est-ce que nous sommes envahis par Philippot et Macron sur les ondes, je n’en peux plus! Eh bien ils ont fait le plein car comme l’explique Hervé Gardette, le temps compté est régulé par le CSA et les consignes commencent aujourd’hui jusqu’au 10 avril.

Une autre question que je me pose c’est qu’il y a les candidats puis il y a ceux qui parlent pour eux..ce matin il y avait un pro-Macron aux Matins de France Culture et Macron sur France Inter..ou comment réussir un doublé!

« Présidentielle : tous les candidats méritent-ils le même temps d’antenne ? » Extraits.

lien: https://www.franceculture.fr/emissions/du-grain-moudre/presidentielle-tous-les-candidats-meritent-ils-le-meme-temps-dantenne

Vincent Lemerre: » On est soumis à une surveillance qui passe par la remise de tableaux trimestriels, il y a un pilotage mais les séquences les plus cruciales interviennent vers la fin du semestre où l’on doit rééquilibrer ce qui doit l’être. Là on est dans un moment différent qui est celui de la campagne, où les règles vont changer, où les tableaux vont être remis à zéro au bout de 5, 6 semaines donc évidemment ça va être un investissement important pour les patrons de chaines, pour les responsables de rédaction qui vont devoir piloter au jour le jour la production de leurs antennes. »

Hervé Gardette: « Comment est-ce que vous allez gérer cet investissement Céline Pigalle à BFMTV,  est-ce que vous avez des postes qui vont être dédiés cette surveillance-là, est-ce que vous allez embaucher? »

Céline Pigalle: »Absolument il faut recruter des personnes supplémentaires pour faire face à ses nouvelles règles et pour pouvoir comptabiliser ce nouveau sujet qu’est le temps d’antenne, pas seulement où un certain nombre de responsables politiques s’expriment mais aussi les moments où l’on parle d’eux, et là on parle d’un travail titanesque parce que l’antenne de BFMTV  est ouverte 24h par jour et il faut savoir quels sont les candidats dont on a parlé pendant combien de temps. »

Je vais être mauvaise langue mais vu que BFMTV se répète une bonne partie de ces 24 heures, il suffira de faire copier coller..Toutefois oh joie que les chaines doivent employer du personnel supplémentaire même si je souhaite bonne chance aux employés qui devront comptabiliser tout cela.

Sylvie Pierre-Brossolette: » A la dernière présidentielle tout le monde s’est plaint de la trop longue période d’égalité qui bloquait complètement la capacité des chaines à organiser des débats et à faire vivre la campagne parce qu’il fallait mettre tout le monde sur un pied d’égalité pendant des semaines et des semaines. Donc le CSA avait tiré la conclusion qu’il fallait assouplir ces règles, ça consiste en une équité mais une équité encadrée. Tout le monde n’aura pas le même temps de parole ou temps d’antenne mais ce sera respectueux d’un certain nombre de critères et surtout aussi d’un certain nombre de moments dans la journée, il n’y aura pas les candidats du jour et les candidats de la nuit! »

Jean-Marie Charon: » Je pense que le problème est ailleurs. Si on n’est pas capable de transmettre la parole des politiques, de les exposer au public, eh bien finalement le travail d’information n’est pas fait dans de bonnes conditions. C’est quoi le travail d’information d’un média et de l’audiovisuel? C’est pas de transmettre la parole des politiques. C’est d’accompagner le public, de l’aider à comprendre ce qui est en jeu dans un débat public. L’ aider à comprendre ça veut dire enquêter, ça veut dire analyser. Dans une période de post-vérité, ça veut dire beaucoup vérifier. Cette obsession sur le temps des candidats enlevait du temps pour etre capable de faire un vrai travail d’investigation, un vrai travail de traitement de l’information politique. Ensuite j’ai l’impression qu’on est dans une période surréaliste, on est encore dans une période à 3 chaines et où les spectateurs sont obligés de regarder ces chaines. »

Je me dis que cela va être très compliqué tout cela..au nom du temps, on est dans le contrôle du contrôle de la liberté d’expression et de l’égalité de la liberté d’expression.  

Il est vrai que certains sont plus commentés que d’autres et donc on peut remarquer que les dénommés Macron et Fillon en ce moment sont plus que commentés.. »Bulle médiatique » dit-on, en ce qui concerne ces deux derniers la bulle a explosé! Place aux autres mais tout dépend de qui!! ^^

Et nous avons le choix, nous consommateurs des ondes, d’éteindre ou de zapper, mais quelquefois nous sommes restreints dans nos possibilités s’il y a écho sur toutes les chaines auxquelles nous sommes habitués. 

Chers Lectrices et Lecteurs je vous laisse écouter la fin de cette émission.

Bonne soirée

Françoise         @Fran75GB       

 

 

 

 

 

 

Revue de Presse Internationale: #ImmigrationBan..etc

Photo de ma fifille: Hide away!

Oui il y a de quoi se cacher au chaud en ce moment..entre les annonces de la montée du FN et les heures d’exposition médiatique de Philippot que l’on a retrouvé sur toutes les ondes dimanche et encore ce matin sur France Culture..il doit dépasser le quota du CSA ce n’est pas possible que l’on nous inflige de l’Extrême-Droite alors que tant se passe dans le monde aujourd’hui!

On savait que Trump allait assommer les Américains de ses décrets, de manière dictatoriale, et éradiquant tout le bien qu’a voulu faire son prédécesseur pour le peuple américain, ce dernier bienheureusement fait entendre sa voix.

lien: https://www.franceculture.fr/emissions/revue-de-presse-internationale/revue-de-presse-internationale-mardi-31-janvier-2017

D’après la Revue présentée par Thomas Cluzel @hairkerazer. Extraits.

 » Le décret anti-immigration de Trump, ce pirate en chef comme l’appelle une chroniqueuse du New Yorker, continue à semer la zizanie. Pour preuve événement rare, sinon rarissime, de la part d’un ex-président Barack Obama est sorti de son silence, à travers son porte-parole, a dit qu’il désapprouvait toute discrimination fondée sur la croyance ou la religion et qu’il entendait ainsi joindre sa voix à la majorité de démocrates qui demandent l’invalidation du décret. »

Voir le lien du WashingtonPost:

https://www.washingtonpost.com/politics/obama-in-a-rare-move-for-an-ex-president-breaks-silence-to-criticize-trump-on-immigration/2017/01/30/2d221bca-e72d-11e6-80c2-30e57e57e05d_story.html?hpid=hp_hp-top-table-main_obama-0849pm%3Ahomepage%2Fstory&utm_term=.85deb00a4ec6

« Tout aussi inhabituel mais révélateur du dégoût qu’inspire le Président américain, au Royaume-Uni, une pétition signée par plus de 1.5M de Britanniques réclament l’annulation de la visite de Donald Trump prévue en 2017, et même si la Première Ministre Theresa May a fait savoir que la visite était maintenue, le débat a rebondi au Parlement ou un député travailliste, Dennis Skinner, a traité Trump de fasciste. »

Lien du Independent: http://www.independent.co.uk/news/donald-trump-fascist-video-mp-dennis-skinner-boris-johnson-a7553881.html

J’ai beaucoup aimé l’intervention de Dennis Skinner qui a dit que Trump n’était pas digne de marcher dans les pas de Nelson Mandela. La Reine avait en effet reçu Nelson Mandela comme nous le savons. Il a également accusé le gouvernement de Theresa May de marcher main dans la main avec Trump. Accusation grave et méritée puisqu’elle a été la première à lui apporter son soutien.

 » Ignorant ostensiblement l’évidence, Trump a même twitté que tout se passe bien avec très peu de problèmes, en réalité Trump a carrément viré hier la Ministre de la Justice, laquelle avait ordonné au Procureur de ne pas défendre le décret limitant  l’Immigration, un limogeage non seulement gratuit puisqu’elle attendait d’être remplacée mais surtout un geste spectaculaire témoignant de l’attitude intransigeante de ce Président à l’égard tous ceux qui opposent à sa vision sordide du monde une conception morale. »

Nous savons que depuis qu’il est arrivé au pouvoir, Donald Trump, à part avoir annulé Obamacare et promulgué ce décret contre l’Immigration de 7 pays musulmans a également, comme le rappelle Forbes, annulé ou promulgué toute une série de décrets qui vont affecter la vie des Américains.

lien: http://www.forbes.com/sites/waynecrews/2017/01/16/obamas-legacy-heres-a-raft-of-executive-actions-trump-may-target/#4652bd2059a0

Chers Lectrices et Lecteurs je vous laisse le soin de finir d’écouter la chronique de Thomas Cluzel qui couvre la presse internationale à ce sujet.

Bonne journée, Françoise

 

Du Grain à moudre, Extraits du Club!

photo iphone..la glace toujours la glace..symbole??

lien: https://www.franceculture.fr/emissions/du-grain-moudre/le-club-primaire-de-gauche-ne-partons-pas-faches

Extraits du Grain à moudre: ‘’Primaire de gauche : ne partons pas fâchés ?’’

Hervé Gardette:« En choisissant Valls et Hamon les électeurs ont choisi les 2 pôles les plus éloignés du quinquennat? »

Cécile Amar: « 2 options très différentes de cette primaire »

Christelle Bertrand: » Voter pour Hamon comme une forme de revanche sur les promesses du Bourget et le quinquennat »

Sylvain Kahn: » Je suis surpris que l’on ne se soit pas encore interrogé sur la place de JL. Mélenchon et E. Macron. Certains ont mis en place cette stratégie, voter Hamon pour faire basculer certains vers la candidature Macron et des électeurs de Mélenchon qui ont voté Hamon pour exprimer à l’équipe Hollande/Valls leur désaccord. »

Philippe Manière: »L’idée s’est installée que ce quinquennat n’a pas été à gauche, mais si on regarde la fiscalité, il n’y a jamais eu de telles augmentations de la fiscalité en France. »

Hervé Gardette: » Le débat sur le revenu universel, sur la place du travail, de ce que représente le travail? »

Cécile Amar:  » Ce sont les gens de gauche qui ont arrêté de voter pour ce pouvoir. La réduction du temps de travail a toujours été un mouvement de la gauche. Mais Manuel Valls c est lui qui commence à dire que les 35h c’est un problème. Il a remis cette question-là au centre du débat politique. »

Christelle Bertrand: » M. Valls reprend le discours de N. Sarkozy sur la défiscalisation des heures supplémentaires. On dit le travail c’est important chez Hamon, chez Mélenchon parce que c’est un vieux débat de la gauche. »

Sylvain Kahn: » les 2 finalistes ne sont pas sur la même stratégie, la question du revenu universel vient de chez certains communistes libéraux ou certains philosophes. Une des raisons de la désaffection des électeurs de gauche c est que sous le quinquennat, la gauche a cessé de faire rêver. Ça a commencé avec Cahuzac. Par rapport à ça Hamon parvient à nouveau à donner un horizon et à prendre le contre-pied de Macron sur l’ubérisation, alors que M. Valls ne cherche pas à prendre le PS, il cherche à être au 2e tour de l’élection présidentielle. »

Philippe Manière: » Il y a aussi une tradition à gauche que le travail est noble. La gauche a évolué au cours du temps parce que le PCF a disparu et elle continue de caresser des chimères, il faut partager le travail ou indemniser les gens qui ont perdu leur travail. Il y a cette chose bizarre en France qui dit on n’a pas assez baissé le temps de travail mais on a aussi le plus de chômage et on recommence avec cette idée. C’est évident. »

Hervé Gardette: » Est-ce que autour de cette question du travail, est ce que ça pourrait continuer de constituer un socle pour cette élection présidentielle, est-ce un thème qui peut aider à unir la gauche aujourd’hui? »

Cécile Amar: » Il y a des divergences philosophiques fondamentales comme Martine Aubry ou JL Mélenchon qui pensent qu’il faut travailler pour obtenir un revenu. Chez les écolos par contre le revenu universel est populaire. »

Sylvain Kahn: » Globalement depuis 1978 la France est le pays qui n’arrive pas à revenir au niveau du chômage incompressible. B.Hamon dit contre le chômage on a tout essayé donc ce n’est pas totalement utopique. »

Christelle Bertrand: » Jusqu’à présent cette notion du travail clive le PS parce qu’une partie du PS s’est déplacé à droite, vers le centre, qu’il y a ces clivages-là. »

Hervé Gardette: » On n’arrête pas de dire Macron est à gauche, ça dépend de qui? »

Sylvain Kahn: » L’offre et même le nombre de candidats est dans le cadre de la Ve République, s’il n’y avait pas la Ve République on n’aurait pas un candidat qui, parce qu’il avait été voir Jeanne D’Arc, se présente parce qu’il a entendu des voix. »

Très drôle ce dernier commentaire sur Macron..

Puis il y a eu un retour sur le Parti Socialiste et ses sénateurs passés je dirais..on va voir quelle sera l’issue de cette Primaire de Gauche..J’ai bien aimé la discussion du Club intelligente comme d’habitude.

Bonne soirée chers Lecteurs et Lectrices

Françoise

@Fran75GB

 

 

 

 

 

Les Révolutions de l’Information

Photo iphone: Ice…

Les Discussions du Soir avec Frédéric Worms, philosophe sur France Culture..et Ce soir l’invité est Michel Serres, philosophe, épistémologue, membre de l’Académie française.

A ne pas rater chers Lectrices et Lecteurs, un sujet qui nous préoccupe beaucoup, le Monde de l’Information, car nous voulons recevoir ces connaissances mais nous sommes toujours à la recherche de la vérité je dirais.

Pourtant nous avons notre esprit critique, qui toutefois peut être dupé de nos jours, à ma grande stupéfaction je dois dire, j’ai pu être dupée par les faits déformés ou les mensonges tout simplement, et petit à petit je suis devenue cynique..eh oui je doute avant d’accepter mais il y a tout de même cet espoir au fond de moi, qui me dit que la vérité est là et qu’il y a d’ailleurs des journalistes dont sa recherche est une quête et un métier..

Extraits choisis.

Lien: https://www.franceculture.fr/emissions/les-discussions-du-soir-avec-frederic-worms/la-revolution-de-linformation

Michel Serres: « Quand il y a du nouveau vraiment, il est rare qu’on sache le lire et le voir.Quand il y a un vrai découvreur, on le saura après coup, par les effets et même par l’éclairage qu’il donne au contenu précédent. Donc le nouveau est très difficile à percevoir. »

Et encore une fois qu’il est perçu, je me disais, est-il compris, est-il apprécié à sa juste valeur..parce qu’il y a un décalage..dans le temps, dans l’époque..

C’est l’histoire, ce sont les archives qui peuvent nous permettre de l’estimer, de le mesurer, de nous le rappeler à l’esprit, de nous dire ah mais elle ou il avait raison, de la ou le justifier une fois les événements passés.

Comme dans la vie humaine en fait, on peut tirer les leçons du passé mais on ne peut les revivre, c’est ainsi, il faut donc accepter. Il y a bien des événements que l’on ne voudrait revivre de toute façon, les choses sont bien faites dans ce cas. Je pense à l’information qu’ils ont portée. Des événements individuels ou collectifs qui ont marqué notre vécu, que nous avons sélectionnés, portés en nous. Nous sommes Information..

Michel Serres est sur France Info: » La chaîne d’information produit très peu d’information, elle est répétitive et surtout tragique, les morts, les catastrophes alors que les nouveautés réelles se voient très mal. Je me souviens très bien des critiques que j’ai reçues quand je parlais d’Hermès en disant que demain la société serait une société de communication mais les gens étaient tout à fait dans la production à l’époque, c’était plutôt Prométhée plutôt qu’Hermès, c’est-à-dire le dieu du feu, de la révolution industrielle plutôt que le Dieu des transmissions de messages. »

Frédéric Worms: » France Info vous propose un sujet,comment faire le lien entre la nouveauté de surface et la nouveauté en profondeur?  »

Michel Serres:  » D’abord prendre du recul, cette nouveauté a déjà eu au XVIIIe siècle par exemple, ou alors consulter l’étymologie, le mot révèle des choses inattendues et puis toujours des points de vue obliques. »

Frédéric Worms: » Ces nouvelles qui n’en sont pas vous dites que ce sont des nouvelles de mort et de destruction, est-ce que les nouvelles qui sont, la nouveauté réelle est toujours un acte de création? »

Michel Serres: » Il n’y a rien de plus répétitif que l’instinct de mort nous le savons, le mot le plus répété à la télévision c’est le mot mort, mais absolument on a fait ce calcul-là, ou alors des émissions de dérision qui prennent le point de vue comique. C’est ou tragique ou comique, c’est ou Corneille ou Courteline. Donc si vous voulez dans ce type de média je préfère éviter le tragique et le comique de ce genre.

Par exemple aujourd’hui je trouve que nous ne savons pas lire vraiment l’actualité parce qu’on a tellement l’habitude que l’actualité soit dominée par la violence que dès le moment que nous en sommes en paix on ne sait pas vraiment déchiffrer le contemporain parce que précisément la paix prédomine, alors personne ne le croit.

Il y a trois caractéristiques du contemporain qui m’ont beaucoup frappé, premièrement si vous tapez sur internet, causes de mortalité dans le monde, vous allez vous apparaître un tableau où il y a les classifications des mortalités, il y a les maladies tropicales, il y a les maladies coronariennes et ainsi de suite et savez la cause de mortalité la plus faible qui occupe le dernier rang et qui est considérée par le tableau comme quasi-négligeable? C’est guerre, violence, terrorisme, c’est moins de 1% et d’autre part on voit comme ce chiffre n’arrête pas de baisser dans les 20 dernières années. »

Frédéric Worms: »Est ce que l’effet d’un attentat terroriste par exemple est quantitatif? »

Michel Serres: »Bien sûr il est proportionnel à la paix que nous sommes en train de vivre. »

Frédéric Worms: »et aussi à l’effet sur les cerveaux des spectateurs, par exemple un attentat dans une rue ou dans un lieu-le Bataclan dit Michel Serres-un lieu que cet attentat vient briser dans son essence-même, est-ce que ça n’atteint pas tous ceux qui ont un rapport à ce lieu? est-ce que ça ne tue pas quelque chose, ou ça ne vise pas à atteindre quelque chose chez des millions de personnes meme s’il n’y a qu’une victime réelle? »

Michel Serres: »Oui oui c’est incontestable, d’autant plus si vous voulez que les médias aujourd’hui font que cet attentat va être diffuser dans le monde entier.-

Il y a une différence entre la philosophie et l’histoire. Il vaut mieux lire le contemporain tel quel, tel qu’il est, de façon lucide et clair. Par exemple les chiffres sont terribles, pour 2015, 17 Américains sont morts au Moyen-Orient et 400 000 sont morts pour cause de tabac, vous voyez..et 50 000 sont morts à cause du port d’arme, par homicide par conséquent les chiffres sont vraiment accablants. »

Donc tout est relatif..mais il y a notre ressenti personnel n’est-ce pas..et il y a cette exposition constante au fait communiqué qui nous fait réagir ou pas..Les chiffres, nous en avons eu encore des exemples récemment: l’élection de Trump et les voix d’Hilary Clinton..et ce week-end à la Primaire de la Gauche, manipulation des chiffres ou pas..Tant de faits qui nous font douter des chiffres et/ou de leur impact sur notre quotidien, notre monde, alors que nous avons besoin d’une réalité tangible..y-a-t-il certitude, that is the question :)))

Je pense à l’émission de l’humoriste Anne Roumanoff, « On ne nous dit pas tout » qui me faisait toujours rire mais rire jaune quand on se rendait compte des dessous du sketch, oui la dérision, l’ironie nous aident toutefois à soulever les questions..sans devenir complotistes ou paranoïaques, entendons-nous bien, mais le doute et le mensonge entraînent la folie chez certains qui perdent leur discernement..

Tant de questions chers Lectrices et Lecteurs, je vous laisse découvrir le reste de cette émission fascinante et tellement à propos..

Bonne journée

Françoise

@Fran75GB

 

 

 

 

Benoit Hamon vs Pascal, les Chemins de la Philosophie

photo de ma fille: Reflet..

Lien: https://www.franceculture.fr/emissions/petit-precis-de-philosophie-lusage-des-candidats/benoit-hamon-vs-pascal-une-question-de

Un petit  exercice philosophique certes mais de décodage sémiotique qui est amusant, accessible et joliment présenté. Je vous l’ai transcrit dans sa totalité en ce dimanche car j’avais le temps. Cela fera un bon exercice didactique pour mes collègues de l’Institut Français de Londres pourvu que le sujet leur plaise!

« Benoît Hamon qui veut « faire battre le cœur de la France » et nous rappelle alors une certaine pensée de Pascal sur le cœur et ses raisons. »France Culture

Quand je lis l’introduction de l’émission qui concerne les propos des candidats de la Primaire de Gauche, je dois constater que c’est une approche enrichissante. Je n’aime pas la Primaire, ce procédé compétitif de la course au pouvoir mais à tort dans le cas qui suit, car oui cela me rappelle que la Primaire est aussi une plateforme d’expression.

En effet certains n’ont aucune chance d’être élus car ils ne se glissent pas dans le moule du personnage présidentiel et pourtant tout est si imprévisible en politique. Toutefois ces mêmes candidats ont l’opportunité de s’exprimer et de faire entendre leur opinion à toute la France et ainsi peut-être de modeler la nôtre. 

Dans le cas de Benoît Hamon je vois un homme sincère, humaniste même utopique par ses poursuites mais je lui sais gré d’être présent pour éclairer notre lanterne. Ses propos dont le cœur est au centre nous manquent profondément dans la politique d’aujourd’hui. Un peu de chaleur humaine dans ce monde déshumanisé de la finance et de la réussite ne fait que du bien.

Benoît Hamon: « Si on se laisse guider par l’air du temps on pourrait croire que le cœur de la France s’est arrêté, on finirait presque par oublier que quand on regarde la France en face, le cœur de la France est bien robuste. Le problème de la France, ce n’est pas que son cœur se soit arrêté, le problème de la France c’est que ce cœur ne gouverne plus. C’est pourquoi je défends une vision résolument optimiste et volontariste de notre avenir. »

Géraldine Mosna-Savoye:  » Le cœur en politique est comme le cœur en philosophie. Il n’est jamais absent mais il reste quand même tenu à distance. C’est que le cœur renvoie aux passions, à ce qui est irrationnel et relève a priori de la pure passivité. C’est que surtout et comme  dit la célèbre pensée 423 de Pascal: »Le coeur a ses raisons que la raison ne connaît point. »

« De quoi effrayer chefs politiques et savants en tout genre, ces têtes pensantes qui préfèrent la raison au cœur. Alors pourquoi un tel appel au cœur de la part de Benoît Hamon? S’il serait malvenu et faux d’en déduire qu’il n’est pas une tête, pourquoi lui qui prétend diriger,qui prétend se hisser à la tête d’un pays, veut-il tant faire battre ce cœur? »

Benoît Hamon:  » A mes yeux le cœur de la France c’est déjà la Justice Sociale, et la Justice Sociale ce sera demain le revenu universel d’existence, la Sécurité Sociale du XXIe siècle, qui changera notre rapport au travail et éradiquera la pauvreté. Le cœur de la France c’est la fraternité qui s’incarnera dans une République métissée, qui fera vivre la Démocratie et donnera véritablement du pouvoir à chaque citoyen. »

Géraldine Mosna-Savoye: « Donner du pouvoir à chaque citoyen, voilà ce que signifie faire battre le cœur de la France selon Benoît Hamon. Il veut que le cœur de la France gouverne le pays, c’est-à-dire que chacun de ces citoyens à égalité et avec justice en constitue ainsi la tête. Il inverse ainsi la donne ou mieux égalise la donne, entre la tête et le cœur, le chef et la masse. mais faire gouverner le cœur de la France est-ce aussi gouverner avec le cœur? L’ enjeu est important car il s’agit de savoir si le cœur et ce qu’il comprend de force et aussi d’élans incontrôlables est capable de gouverner et de conduire un pays dont le droit est bon chemin.

Pour Pascal le cœur est justement loin d’être une source d’errance et d’émotion vague. Alors certes il est le siège de l’affectivité, mais il est aussi cette faculté qui donne à la pensée humaine ses principes et c’est la 110 ème pensée cette fois qui nous l’indique, je cite:

 » Nous connaissons la vérité non seulement par la raison mais encore par le cœur. C’est de cette dernière sorte que nous connaissons les premiers principes, et d’ajouter, le cœur sent et les principes se sentent. »

Benoît Hamon: » Le cœur de la France c’est enfin la tempérance,ce qui nous permettra de construire un modèle de développement qui ne sera plus obsédé par la croissance, sera tourné vers la construction européenne mais engagera résolument la transition écologique et la transition énergétique. »

Géraldine Mosna-Savoye: »En déclarant que le cœur de la France est aussi la tempérance, ce qui permet de construire un modèle raisonné et durable, Benoît Hamon retrouve ainsi le sens pascalien du cœur, comme fond de la raison et de la volonté à rebours des Romantiques mais reste toutefois cette question, si le cœur de la France est à la fois pour le candidat du revenu universel, les citoyens et leur mode d’action, si c’est à la fois la matière et la manière, c’est qu’il identifie encore le peuple au cœur, au sens et aux sentiments, à l’intuition et à l’instinct. Certes le peuple n’est plus opposé à la tête, au gouvernement et à la raison, il y est même associé mais en reste-t-il pas quand même bien distinct? »

Adèle Van Reeth: » Alors quel conseil donnez-vous à Benoît Hamon Géraldine? »

Géraldine Mosna-Savoye: » Eh bien je lui conseillerai d’aller jeter un coup d’œil à un autre philosophe qui a donné une place de choix au cœur dans la République, Platon qui fait du cœur bien éduqué, non pas seulement l’allié de la raison, mais ce qui fusionne et enthousiasme la tête. »

Le choix de Platon est bien astucieux Géraldine et pour conclure je citerai les 2 phrases suivantes qui apportent de l’eau au moulin de Benoît Hamon:

“L’homme est la mesure de toute chose”

“L’ essentiel n’est pas de vivre, mais de bien vivre”

Bon dimanche chers Lectrices et Lecteurs,

Françoise

@Fran75GB

 

 

 

 

 

 

 

Pessimisme?

photo iphone..Neige et Brouillard..

Olivia Gesbert reçoit Pierre Haski de Rue89 dans la Grande Table de France Culture.

lien: https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-2eme-partie/la-france-peut-elle-renouer-avec-la-fierte

Pierre Haski: » On va plutôt  bien individuellement et mal collectivement. C’est l’impression que donne la France. Les études qui montrent que les Français sont plus pessimistes que les Afghans alors que les Afghans sont en guerre depuis 40 ans! C’est un peu surréaliste mais j’ai l’impression qu’individuellement les gens ont des stratégies de survie qui sont plus efficaces. »

Une belle introduction..Nous sommes nourris par les déclinistes, certains écrivains, philosophes, médias qui nous décrivent comme une nation morose. Pourtant nous sommes un pays de survivants, l’histoire nous l’a prouvé, nous avons survécu face à l’adversité de la guerre, des attentats et nous le ferons encore.

Même si individuellement je vous avoue que je me sens amputée. Oui plus que blessée par les morts inutiles de mes concitoyens et autres visiteurs de la France, par la désolation de la précarité des gens qui dorment dans la rue l’hiver et ne trouvent pas refuge, par la souffrance de ces femmes, hommes, enfants qui cheminent sans fin, qui attendent l’asile et l’acceptation mais font face aux murs et au rejet.

La douleur, la tristesse restent présents au fond de moi, c’est ainsi. Mais j’ai confiance nous avancerons blessés. 

Pierre Haski: » Je suis parti de ce regard décalé, j’ai beaucoup vécu à l’étranger et quand on regarde la France de l’étranger, d’abord on a des étrangers qui nous disent pourquoi la France va mal, elle a tellement d’atouts et de qualités, surtout comparé à nous disent-ils quand ils sont dans des situations un peu plus troublées que la nôtre.

Et puis surtout on a l’impression qu’on ne comprend plus ce qui nous arrive, c’est cette part d’incompréhension qui provoque le désarroi, les peurs, la recherche aussi de boucs-émissaires pour nos problèmes et que c’est au cœur de cette équation-là que nous nous trouvons depuis 10 ans, c’est-à-dire 2005.

C’est une année fatidique, le non au traité européen et les émeutes de banlieue qui ont aussi marqué fortement les esprits, puis c’est la fin de la période Chirac molle, et c’est le début des 2 présidents suivants qui, il faut bien le dire, n’ont pas laissé une trace forte, en tout cas dans la capacité à rebondir et à repenser l’avenir. »

Ahhhh le bonheur..j’ai trouvé une jolie citation tirée de Harry Potter! Eh oui la vérité vient de la bouche des enfants, non?

« On peut trouver le bonheur même dans les moments les plus sombres… Il suffit de se souvenir d’allumer la lumière. »

Je vous laisse écouter la suite?

Bonne soirée

Françoise

@Fran75GB