Archives pour la catégorie France Musique

Protest songs..Bobby Dylan

Photo iphone, village, vigne..

J’écoutais Ken Loach hier dans la matinale du samedi de France Culture. Il expliquait le rôle du cinéma dans l’exposition du maintenant et de la protestation contre les maux sociétaux..cela m’a évoqué Bob Dylan, les paroles de ses chansons alors  je suis repassée sur cette merveilleuse émission sur Bob Dylan,  lien: http://www.francemusique.fr/emission/banzzai/2016-2017/banzzai-bob-dylan-10-13-2016-19-00

Les souvenirs des chansons qui ont bercé mon adolescence sont diverses, Woody Guthrie, of course une grande influence de Dylan, « This land is your land » quand les grandes propriétés faisaient rage et les agriculteurs mourraient de faim, nous avons tous lu « Les Raisins de la Colere » de Steinbeck..déjà là on construisait des murs..

 

« As I went walking I saw a sign there
And on the sign it said « No Trespassing. »
But on the other side it didn’t say nothing,
That side was made for you and me.

In the shadow of the steeple I saw my people,
By the relief office I seen my people;
As they stood there hungry, I stood there asking
Is this land made for you and me?

Nobody living can ever stop me,
As I go walking that freedom highway;
Nobody living can ever make me turn back
This land was made for you and me. »

Mais comme disait Guthrie cette terre est à tous..enfin elle devrait l’être mes amis, quand on construit des murs , on exclut, que ce soit un mur végétalisé ou pas.

L’émission commence par un grand classique de Bob Dylan – Subterranean Homesick Blues

« Look out kid
It’s somethin’ you did »

Ken Loach disait hier que le gouvernement sanctionne les Daniel Blake et Katie et les convainc que c’est de leur faute s’ils sont au chômage, s’ils n’arrivent pas à joindre les deux bouts..Nous voyons ceci tous les jours dans les queues de Pole Emploi, on essaie de nous faire accepter que le chômage est un fait de société, qu’à 50 ans tu es recalé et bon à signer un contrat pour aider un jeune sinon rien de plus, que entre 18 et 24 ans, 25% de notre jeunesse, que tu manques de l’expérience et que l’on a rien à te proposer que tu sois artiste ou poète ou plombier tu finiras aux 3/8 en usine..si usine il reste..

« Look out kid
It’s somethin’ you did »

On prenait la route, la route du blues à cette époque, on laissait les aimés derrière..

Sitting on top of the world

« Went to the station
Down in the yard
Gonna get me a freight train
Work’s done got hard
Now she’s gone
An’ I don’t worry »

Attiré par le jazz et la cause du mouvement noir, Bob Dylan écrivit une chanson en hommage à Hurricane Carter..

« Yes here comes the story of the Hurricane
The man the authorities came to blame
For something that he never done
Put in a prison cell but one time he could-a been
The champion of the world. »

Nothing’s changed..quand on voit ce qui ce passe aux States, les arrestations, les bavures, les meurtres de Blacks par la police américaine..Beware..Attention..ici on n’est pas plus blanc..on a le contrôle au faciès, on a la colère qui gronde dans les quartiers et les policiers au front en prennent plein mais à cause de qui..et quelle tristesse mais ne nous laissons pas prendre par les petites manifs de policiers d’extrême-droite, ceux qui appellent au port de l’arme, ceux qui exploitent la situation par dégoût de l’Etranger..On a l’exemple des EUs pourtant sous le nez, mais est-ce que nous sommes assez ouverts pour apprendre des autres ou préférons répéter les mêmes modèles..Who knows..qui peut le dire..

Je vous laisse finir cette belle émission et moi je vous offre une de mes chansons préférées de Dylan, une chanson de femme et d’amour..

« Nobody feels any pain
Tonight as I stand inside the rain
Ev’rybody knows
That Baby’s got new clothes
But lately I see her ribbons and her bows
Have fallen from her curls
She takes just like a woman, yes, she does
She makes love just like a woman, yes, she does
And she aches just like a woman
But she breaks just like a little girl »

Bon dimanche..

Francoise

Politique de basse cour..

Photo en noir et blanc de ma fille.

Bonjour Chers Lectrices et Lecteurs,

Je n’ai pas regardé la primaire de droite hier soir sur TF1. J’ai lu les commentaires des journalistes et de ma TL sur twitter et j’ai bien apprécié cette distance.

Puis j’ai lu la Une de France Culture: http://www.franceculture.fr/politique/les-grandes-priorites-des-candidats-de-la-primaire-droite

Alors que les statistiques montrent le désintérêt grandissant des Français pour la politique, on prend modèle sur le système américain qui a un taux d’abstention élevé aux élections. Quand je vois ce qui se passe aux Etats-Unis avec Donald Trump et Hilary Clinton je ne ressens que du dégoût pour ce procédé. Les Républicains doivent se mordre les doigts d’avoir choisi pour leur parti le nom de leur homologue américain.

Cette mode de droite et de gauche me fait sourire. On dit qu’elle est plus démocratique, or on voit que la course au pouvoir met en scène des acteurs politiques qui s’étalent, qui s’écoutent parler, qui pérorent, qui rivalisent puis se rejoignent quand il s’agit de choisir la/le futur élu(e) et déclarent soutien et loyauté. Comment peut-on y croire..

D’autre part la montée de l’extrême-droite en France et ailleurs est liée non seulement à la xénophobie mais aussi au divorce entre la vie quotidienne des Français et ce qui se passe au pouvoir. Nous assistons à un simulacre de démocratie et je le regrette. Et ce n’est pas fini..

Pour ne pas finir sur cette note, le service public tant décrié hier soir nous fait honneur, je vous recommande l’émission d’hier sur France Musique: Banzzaï Bob Dylan !

lien: http://www.francemusique.fr/emission/banzzai/2016-2017/banzzai-bob-dylan-10-13-2016-19-00

Bonne journée!

Francoise                     @Fran75GB

 

 

 

 

Les #PetitsMatinsfc – Une heureuse surprise

J’avais quitté une saison 2015-2016 un peu dubitatif, car les matins me laissaient perplexe… malgré mes immenses fidélités et mes rendez-vous fétiches, depuis des années…

Du coup, c’est avec un peu d’appréhension que je guettais cette rentrée sur France Culture. Parce que le matin, quand je ne pédale pas sur mon vélo, j’écoute la radio… et que France Culture c’est un peu ma maison, mon lit, ma musique, mon doudou et mon utopie.

Et depuis le 29 août, c’est une vraie joie et une vraie découverte… En MC avisée, Emilie Chaudet nous crée un bel espace plein de sourires et de complicités – déjà. Elle met ce fameux liant dans l’équipe, sans forcer, sans excès et avec une voix superbe elle jongle entre les faits crus, têtus et la poésie.

Une vraie réussite… Avec pour commencer l’image du jour – on n’a pas besoin de la voir, même si ici… on peut en zieuter une… On n’a pas besoin de la voir car Emilie Chaudet nous la chante, nous la trace, nous la présente. La radio, c’est l’image même.

Puis la joie de la culture, avec l’actualité juste à sa place – pas plus, pas trop… Avec Amélie Perrier, fidèle et excellente.

François Angelier est un régal matinal, avec ses « émois« … Et puis bien entendu nos cadors… : Jacques Munier, Thierry Garcin. En passant par le Paso Doble de Tewfik Hakem, (dont le format raccourci gagne en densité, à mon avis).

Peut-être un petit regret ? Pourquoi Emilie Chaudet s’impose-t-elle la revue de presse nationale, travail supplémentaire que l’ami Thomas Cluzel faisait à la perfection, (dût-il s’y ennuyer ? ;-))

Denis Mollat, « Manifeste pour la Librairie et les lecteurs »

Photo Lire en ligne.net

La photo était belle alors je l’ai choisie mais moi j’aime le livre de papier, de sa couverture, à ses pages, à ses couleurs, à son arôme..Quand je le feuillette en librairie ahhh je me dis un livre qui sent bon la lecture, un livre qui m’invite!

Pour promouvoir la librairie, ses livres et ses lecteurs! A Fabienne! #VendrediLecture et pour mon amie Aude!!!

D’après le dossier du jour de la Matinale Culturelle de France Culture, avec Vincent Josse, le 22 Mars 2016.

lien: http://www.francemusique.fr/player/resource/125867-151877

 » Dennis Mollat d’une grande librairie de Bordeaux, qui a 55 libraires déroule ses souvenirs.

Vincent Mosse « croise des libraires qui ont peur d’Amazon et disent on ne va pas résister mais Dennis Mollat a un discours positif. »

Dennis Mollat répond « qu’en effet la vente en librairie c’est 80% de l’achat du livre! et la dernière étude de l’IFOP dit que les Français pensent que la lecture a la plus grande valeur culturelle! Et le nombre global de lecteurs a augmenté, donc c’est une excellente nouvelle!Ne pas avoir peur d’Amazon c’est une conviction. On sait que 60% des clients veulent avoir une relation sociale dans une librairie donc un échange avec un libraire. Ce coté, poser des questions, ce coté découverte, ça joue beaucoup. »

Vincent Josse: « Vous écrivez qu’un libraire c’est un métier d’accompagnement, de contact, d’encyclopédiste, un des derniers, un libraire c’est un médiateur, une mémoire vivante, un guide et aussi un commerçant soumis à la loi du marché qui achète d’un coté et revend de l’autre et vous avez ajouté Dennis Mollat, ce n’est surtout pas un censeur, qu’est-ce que vous avez voulu dire par là? »

Dennis Mollat:  » Ce n’est pas à un libraire d’écarter certains livres il faut respecter le goût  de tout le monde.  »

Vincent Josse: » Vous parliez d’échange, vous en avez fait un lieu de culture, pas simplement pour acheter des livres ou recevoir des dédicaces, on y rencontre des auteurs.. »

Dennis Mollat:  » Au début il y a eu la période des dédicaces, puis la période des rencontres et maintenant celle du théâtre, nous avons la chance d’avoir une salle de théâtre où nous avons reçu 200 auteurs. Il faut beaucoup de libraires pour s’y retrouver quand vous avez 180 000 titres.. »

Vincent Josse:  » Et j’en connais un Paul Emmanuel Roger (@PaulERoger), c’est un militant du livre et de la culture. Je le vois c est quasiment un journaliste quand il est sur le terrain. »

Dennis Mollat: » Certains libraires sont pratiquement volontaires et c est aussi une occasion pour eux de voyager, d’aller à Dublin, Berlin, Venise, c’est le libraire globetrotter. »

Vincent Josse: » Vous donnez souvent la parole donnée à d’autres, Jean-Philippe Toussaint, Michel Onfray.. »

Et je vous laisse écouter la fin comme d’habitude, voilà une librairie qui donne envie par son ambition mais je dois dire que je suis fan de la petite librairie où je dois dénicher la perle rare, celle de l’envie du moment..Elle ira d’ailleurs s’ajouter à la pile sur ma table de chevet car il faut que je visualise le potentiel, le livre à venir et le choix à venir..

Bon jour férié chers amies amis pour ceux qui ne travaillent pas!

Francoise

@Fran75GB

Fabrice Luchini, l’invité du jour

Photo iphone, le lac Léman

lien: http://www.francemusique.fr/emission/la-matinale-culturelle/2015-2016/fabrice-luchini-dossier-du-jour-le-printemps-des-poetes-la-session-musicale-juanjo

D’après Fabrice Luchini dans la Matinale Culturelle de Vincent Josse, France Culture.

Très anti-psychanalyse ce matin, et ceci avec beaucoup d’humour, un peu malade, la voix cassée mais tout aussi perçant que d’habitude!: « Tout le monde est à temps complet sur son moi! » dit F. Luchini ou  » Un tas de bobards élevés au rang de savoir » disait son professeur de philosophie.

Un très joli de choix de musique matinale..« Quand on écoute Bach, on est dans la quintessence des choses, dit F.Luchini qui écoute 2h, 2h30 de musique par jour, le piano et le violoncelle. »

Vincent Josse lui parle de son nouveau livre  » Comédie Française » et Luchini préfère Philinte à Alceste dans le Misanthrope de Molière puis récite merveilleusement cet extrait de l’Acte Premier Scène Première:

« Mon Dieu, des mœurs du temps mettons-nous moins en peine, Et faisons un peu grâce à la nature humaine;

Ne l’examinons point dans la grande rigueur,

Et voyons ses défauts avec quelque douceur.

Il faut, parmi le monde, une vertu traitable;

A force de sagesse, on peut être blâmable;

La parfaite raison fuit toute extrémité,

Et veut que l’on soit sage avec sobriété.

Cette grande roideur des vertus des vieux âges

Heurte trop notre siècle et les communs usages;

Elle veut aux mortels trop de perfection :

Il faut fléchir au temps sans obstination;

Et c’est une folie à nulle autre seconde

De vouloir se mêler de corriger le monde.

J’observe, comme vous, cent choses tous les jours,

Qui pourraient mieux aller, prenant un autre cours;

Mais quoi qu’à chaque pas je puisse voir paraître,

En courroux, comme vous, on ne me voit point être;

Je prends tout doucement les hommes comme ils sont

J’accoutume mon âme à souffrir ce qu’ils font;

Et je crois qu’à la cour, de même qu’à la ville,

Mon flegme est philosophe autant que votre bile ».

C’est une critique de la société actuelle et F. Luchini m’a fait rire quand il décrit  » Vous imaginez tous les portables auxquels on pense, on doit se dire ça quand on voit dans les tgvs les enfants qui hurlent, les femmes qui crient leur privé, leur petite existence, oui alors tu comprends je lui ai dit que j’en avais marre, j’ai dit au chef de service t’es une saloperie, mais qu’est-ce qu’on en a à foutre! Alors on met des casques et on écoute Bach. J’entends les portables dans les restaurants où les gens nous dégueulent leur vie privée. J’ai dû en faire autant parce que je ne suis pas mieux qu’eux. » Toutefois sa grossièreté me surprend, un contraste à propos peut-être, le choc des registres! Entre la langue de Molière et l’actualisation des mœurs..

Philinte était bon, un sage tel Molière..Vous écouterez la suite évidemment je vous ai mis le lien. Je m’achèterai le livre je pense. Et je relirai même le Misanthrope..

Françoise

@Fran75GB

 

 

Emmanuel Carrère dans la Matinale Culturelle

photo: Emmanuel Carrère, laregledujeu.org

lien du podcast: http://www.francemusique.fr/emission/la-matinale-culturelle/2015-2016/emmanuel-carrere-dossier-du-jour-le-concert-pour-les-refugies-berlin-la-session

Vincent Josse interviewe Emmanuel Carrère le 3 mars 2016 dans la Matinale Culturelle.

Emmanuel Carrère a écrit la saison une d’une série « Les Revenants », puis il a fait 2 films un film documentaire qui s’appelle « Retour à coté de Nietzsche » tourné dans une petite ville russe, « une jeune femme qui travaillait avec eux a été sauvagement assassinée pendant le tournage, ce qui était un documentaire sur la vie dans une petite ville russe est devenu quelque chose de beaucoup plus intime, tragique, moi et le personnel ainsi que les membres de cette famille. C’est un documentaire auquel je suis attaché ».et un film de fiction avec Vincent Lindon.

Puis on écoute la première de 3 études de Frédéric Chopin au piano, dont l’auteur dit que « la musique qu’il écoute moins en général est marquée dans son esprit. »

  • Rien de linéaire, dans cette station balnéaire,
  • Rien que je pusse oublier dans ce voyage russe
  • Qui l’eut cru? la  mort d’une jeune femme proche
  • Dans ce village sans reproche..
  • Union intime des personnages
  • Autour de ce carnage
  • Et pourtant un souvenir
  • Auquel on peut tenir..

Vincent Josse lui rappelle une phrase qu’il a dite: « Il faut se laisser guider par les embardées de la vie » et commente que « vos livres c’est ca, on se laisse guider en même temps que vous par les personnes que vous rencontrez, par les événements qui peuvent se produire, par les accidents qui se produisaient. » et Emmanuel Carrère rétorque que  » moins on va où on avait prévu absolument prévu d’aller plus on va dans une direction intéressante.J’en  ai fait l’expérience c’est un peu ennuyeux. »

  • Se laisser emporter ainsi par le mot
  • Sans tourner autour du pot
  • Se laisser emporter par le moment
  • Sans savoir le pourquoi du comment
  • Se laisser inspirer au détour d’une fable
  • Se laisser tenter que diable!

 » François Truffaut disait à propos de Hitchcock que le cinéma ça consistait à essayer ce qu’il y ait le moins de déperdition possible entre ce qu’on a imaginé au départ et ce qu’on fait à l’arrivée. Moi, je sais que je fonctionne absolument à l’opposé, c’est-à-dire que l’idée qui  me guide c’est que plus il y aura d’espace entre ce qu’on avait imaginé au départ et  ce à quoi on aboutit, plus c’est différent mieux c’est, ça veut dire plus long et plus accidenté aura été le voyage. »

  • J’aime cette incertitude
  • Ne pas savoir de quoi est fait le lendemain
  • J’aime cette solitude
  • Ne pas avoir à décider main dans la main
  • J’aime cette amplitude
  • Avoir devant soi l’infini
  • J’aime cette quiétude..

Puis Emmanuel Carrère a raconté « le moteur » de l’écriture de « Limonov, » d’un reportage à un livre de 500 pages..

Vous finirez l’écoute de ce podcast? je ne sais pourquoi il m’a inspirée quelques vers, moi aussi je me suis laissé emporter entre la voix d’Emmanuel Carrère et la musique de Schubert..

Françoise

@Fran75GB

 

 

Philippe Torreton, Deuxième Partie

D’après la Matinale Culturelle de Vincent Josse sur France Musique le 25 janvier 2016, quelques extraits.. (suite)

Philippe Torreton, un comédien engagé, répond à Vincent Josse que l’actualité l’intéresse:

« Oui, notre pays, l’Europe, le monde..on est tous reliés. On est reliés souvent par des choses désagréables, comme le réchauffement climatique, les guerres, les attentats qui provoquent des effets domino. Ce serait bien d’être reliés par autre chose que des choses négatives mais comment? »

Si seulement..c’est au moment où on en a le plus besoin que justement la désunion prend le dessus..la politique de partis, les élections, l’arrivée au pouvoir semblent être le souci principal des hommes politiques de nos jours.

« Moi je n’arrive pas à m’extraire de ça, de mettre les choses entre parenthèses comme ça, ajoute-t-il. »

J’ai le même ressenti..plus que jamais..j’ai l’impression que c’est une chose après l’autre, après ce débat destructeur sur la déchéance de nationalité, maintenant nous sommes confrontés au changement du code du travail alors qu’il y a tellement de chômage??

Philippe Torreton continue: » Notre avenir dépend de décisions que l’on prend là ou que l’on ne prendra pas et du courage politique de nos représentants. »

Le courage politique? Parlons-en, il faut déjà se rendre à l’AN ou au sénat et voter..quand on regarde l’absentéisme le soir du vote pour ou contre la prolongation de l’Etat d’Urgence, on peut soulever la question de la représentativité et de la responsabilité des représentants face aux citoyens français.

Puis Philippe Torreton exprime clairement sa déception dans le gouvernement de François Hollande. Il n’en attendait pas grand-chose mais suite au discours du Bourget il avait repris espoir. Ainsi on peut dire que dans la Matinale il accuse le rôle d’Emmanuel Macron, le fait que « l’on plaigne plus l’entreprise que l’ouvrier ». 

Il insiste sur le fait que « dans un pays comme la France, tenir des propos comme celui de rêver qu’une partie de la jeunesse devienne milliardaire, c’est nier une histoire, une civilisation culturelle. Puis il rappelle que le rôle du Premier Ministre est d’expliquer, que l’on ne peut refuser l’explication par rapport à des actes aussi terribles, on se doit d’expliquer. »

Philippe Torreton conclura sur l’importance des sciences humaines et de la sociologie: »Associer le travail des sociologues, de ceux qui interrogent la société à une sorte de culture de l’excuse et de la bien-pensance c’est jeter le discrédit sur une science humaine, les chercheurs,. Il faut comprendre. Il faut s’interroger sur ce qui nous arrive, sur les citoyens qui commettent de tels actes. »

Philippe Torreton, acteur, comédien, écrivain, un homme qui a le courage de ses convictions et les expriment clairement ce matin-là sur @francemusique.

Je clos ce billet par une citation de Cynthia Fleury dans « Les Irremplaçables » qui me semble bien illustrer les propos de Philippe Torreton : »L’instant à saisir, c’est l’obligation éthique pour l’homme de l’engagement. Il ne suffit pas de l’espérer. Il faut le créer. »

Françoise                                @Fran75GB

 

 

 

Philippe Torreton, Première Partie

philippe-torreton-jouera-cyrano-de-bergerac-demain_1811743_660x372

Photo:

Philippe Torreton. De Mémé à Cyrano de Bergerac

letelegramme.fr

D’après la Matinale Culturelle de Vincent Josse sur France Musique le 25 janvier 2016, quelques extraits..

La derniere fois que j’ai vu Philippe Torreton c’était comme invité de Ruquier  à #ONPC quand ce dernier recevait Mme Taubira et j’ai été impressionnée par sa fougue et son verbe..donc ravie de voir qu’il était l’invité de la Matinale Culturelle.

Vincent Josse reçoit Philippe Torreton avec un air d’une chanteuse, Jeanne Added, qu’il a choisie pour la force de sa voix. Je vous ai choisi la chanson que j’aime bien: You Tube

Découvrir les goûts musicaux des autres est toujours passionnant je trouve. Il y a également cette émission de BBC Radio 4, oh qui doit dater des Calanques et qui s’appelle « Desert Island Discs », ce sont les disques que nous emporterions sur une île déserte. Eh bien qui aurait cru que Philippe Torreton était fan de François Valéry dans son enfance! Voila « Dreaming Blue » où il chante avec Sophie Marceau: You Tube

Mouhahahaha  il fallait que je fasse ce petit retour en arrière :)))

Philippe Torreton se décrit comme quelqu’un de timide, « un impulsif calme »-« un oxymore » ajoute-t-il- qui  » aspire au silence et dont les yeux ont besoin d’un grand paysage, de plages de rien. » 

Grande tristesse car Philippe Torreton devait jouer « Othello » avec le metteur en scène Luc Bondy qui vient de décéder. Il écrit un livre  à ce sujet. Il va donc jouer Cyrano au Théatre de la Porte St-Martin.

ll est vrai que j’ai acquis de bonnes ou mauvaises habitudes comme Philippe Torreton en ce qui concerne la nouvelle technologie. Ainsi il dit en parlant du « petit appareil »: »On peut écrire, on peut écouter de la musique, cela correspond  exactement  à mon impulsivité et j’ai besoin de ça, j ai besoin de quand j ai quelque chose à écrire de pouvoir le faire tout de suite et quand j’ai quelque chose à écouter.. » 

Pour moi il s’agit de ne pas oublier, je sais que la vie va me rattraper, que les mots vont me manquer et je me dirais mais qu’est-ce que c’était que j’ai entendu ce matin et qui me plaisait tant? Alors je note sur mon smartphone mais je repris l’usage de petits carnets depuis que j’écris sur le blog: les jolis carnets de Gallimard qui ressemblent  à de futurs livres que j’écrirais peut-être un jour :)) sourire, et je me sens ainsi sur le bon chemin de la case mémoire.

Voici la fin de cette première partie que je qualifierais de culturelle, la deuxième concerne les idées politiques actuelles de Philippe Torreton.

 

Françoise                          @Fran75GB

 

 

 

 

Et si les réfugiés avaient aussi besoin de culture?

D’après la Matinale Culturelle de Vincent Josse, le 18/01/2016, #FranceMusique.

Vincent Josse nous rappelle tout d’abord les besoins urgents des demandeurs d’asile et des réfugiés: » Aide pour se loger, se nourrir, se vêtir, aide juridique pour les démarches administratives, réseau pour trouver un emploi.  » Et la culture?

A cet effet « beaucoup d’artistes se mobilisent et rejoignent des associations dont l’association Singa. »(A voir le lien http://singa.fr) « Cette association propose « un échange culturel avec des Français. Il y a 17 000 bénévoles et des ateliers culturels. »

Cécile, reporter de @francemusique, nous emméne à la visite du Musée d’Art Moderne de Paris.

J’ai beaucoup aimé l’introduction du guide qui a dit en anglais à son groupe:  » Vous travaillez ici, vous payez vos impôts en France, ici c’est chez vous! »

#Échange, #culture, #territoire, #acceptation, #réfugiés #appartenance.

Et ceci devant l’oeuvre de Raoul Dufy,  » La fée électricité », « une oeuvre de 436 panneaux qui fait 624 m2. « (http://www.mam.paris.fr/fr/oeuvre/la-fee-electricite)

Intimidant sûrement! Peut-être pour montrer l’étendue de la culture française, de sa découverte pleine de possibilités et insister sur l’importance de leur appartenance dans ce partage culturel.

Je me suis alors demandée et moi, dans quel musée  je serais allée et quelle oeuvre d’art j’aurais montrée? Si la journée avait été belle, j’aurais préféré traverser le Jardin des Tuileries, aller au Musée de l’Orangerie, et faire ce discours d’approche devant les Nymphéas de Claude Monet.

Et vous cher lecteur?

Je vous incite à écouter la suite de ce podcast dont les interviews des membres du groupe de réfugiés.

Françoise      @FranGB75