Archives pour l'étiquette impact

Les Révolutions de l’Information

Photo iphone: Ice…

Les Discussions du Soir avec Frédéric Worms, philosophe sur France Culture..et Ce soir l’invité est Michel Serres, philosophe, épistémologue, membre de l’Académie française.

A ne pas rater chers Lectrices et Lecteurs, un sujet qui nous préoccupe beaucoup, le Monde de l’Information, car nous voulons recevoir ces connaissances mais nous sommes toujours à la recherche de la vérité je dirais.

Pourtant nous avons notre esprit critique, qui toutefois peut être dupé de nos jours, à ma grande stupéfaction je dois dire, j’ai pu être dupée par les faits déformés ou les mensonges tout simplement, et petit à petit je suis devenue cynique..eh oui je doute avant d’accepter mais il y a tout de même cet espoir au fond de moi, qui me dit que la vérité est là et qu’il y a d’ailleurs des journalistes dont sa recherche est une quête et un métier..

Extraits choisis.

Lien: https://www.franceculture.fr/emissions/les-discussions-du-soir-avec-frederic-worms/la-revolution-de-linformation

Michel Serres: « Quand il y a du nouveau vraiment, il est rare qu’on sache le lire et le voir.Quand il y a un vrai découvreur, on le saura après coup, par les effets et même par l’éclairage qu’il donne au contenu précédent. Donc le nouveau est très difficile à percevoir. »

Et encore une fois qu’il est perçu, je me disais, est-il compris, est-il apprécié à sa juste valeur..parce qu’il y a un décalage..dans le temps, dans l’époque..

C’est l’histoire, ce sont les archives qui peuvent nous permettre de l’estimer, de le mesurer, de nous le rappeler à l’esprit, de nous dire ah mais elle ou il avait raison, de la ou le justifier une fois les événements passés.

Comme dans la vie humaine en fait, on peut tirer les leçons du passé mais on ne peut les revivre, c’est ainsi, il faut donc accepter. Il y a bien des événements que l’on ne voudrait revivre de toute façon, les choses sont bien faites dans ce cas. Je pense à l’information qu’ils ont portée. Des événements individuels ou collectifs qui ont marqué notre vécu, que nous avons sélectionnés, portés en nous. Nous sommes Information..

Michel Serres est sur France Info: » La chaîne d’information produit très peu d’information, elle est répétitive et surtout tragique, les morts, les catastrophes alors que les nouveautés réelles se voient très mal. Je me souviens très bien des critiques que j’ai reçues quand je parlais d’Hermès en disant que demain la société serait une société de communication mais les gens étaient tout à fait dans la production à l’époque, c’était plutôt Prométhée plutôt qu’Hermès, c’est-à-dire le dieu du feu, de la révolution industrielle plutôt que le Dieu des transmissions de messages. »

Frédéric Worms: » France Info vous propose un sujet,comment faire le lien entre la nouveauté de surface et la nouveauté en profondeur?  »

Michel Serres:  » D’abord prendre du recul, cette nouveauté a déjà eu au XVIIIe siècle par exemple, ou alors consulter l’étymologie, le mot révèle des choses inattendues et puis toujours des points de vue obliques. »

Frédéric Worms: » Ces nouvelles qui n’en sont pas vous dites que ce sont des nouvelles de mort et de destruction, est-ce que les nouvelles qui sont, la nouveauté réelle est toujours un acte de création? »

Michel Serres: » Il n’y a rien de plus répétitif que l’instinct de mort nous le savons, le mot le plus répété à la télévision c’est le mot mort, mais absolument on a fait ce calcul-là, ou alors des émissions de dérision qui prennent le point de vue comique. C’est ou tragique ou comique, c’est ou Corneille ou Courteline. Donc si vous voulez dans ce type de média je préfère éviter le tragique et le comique de ce genre.

Par exemple aujourd’hui je trouve que nous ne savons pas lire vraiment l’actualité parce qu’on a tellement l’habitude que l’actualité soit dominée par la violence que dès le moment que nous en sommes en paix on ne sait pas vraiment déchiffrer le contemporain parce que précisément la paix prédomine, alors personne ne le croit.

Il y a trois caractéristiques du contemporain qui m’ont beaucoup frappé, premièrement si vous tapez sur internet, causes de mortalité dans le monde, vous allez vous apparaître un tableau où il y a les classifications des mortalités, il y a les maladies tropicales, il y a les maladies coronariennes et ainsi de suite et savez la cause de mortalité la plus faible qui occupe le dernier rang et qui est considérée par le tableau comme quasi-négligeable? C’est guerre, violence, terrorisme, c’est moins de 1% et d’autre part on voit comme ce chiffre n’arrête pas de baisser dans les 20 dernières années. »

Frédéric Worms: »Est ce que l’effet d’un attentat terroriste par exemple est quantitatif? »

Michel Serres: »Bien sûr il est proportionnel à la paix que nous sommes en train de vivre. »

Frédéric Worms: »et aussi à l’effet sur les cerveaux des spectateurs, par exemple un attentat dans une rue ou dans un lieu-le Bataclan dit Michel Serres-un lieu que cet attentat vient briser dans son essence-même, est-ce que ça n’atteint pas tous ceux qui ont un rapport à ce lieu? est-ce que ça ne tue pas quelque chose, ou ça ne vise pas à atteindre quelque chose chez des millions de personnes meme s’il n’y a qu’une victime réelle? »

Michel Serres: »Oui oui c’est incontestable, d’autant plus si vous voulez que les médias aujourd’hui font que cet attentat va être diffuser dans le monde entier.-

Il y a une différence entre la philosophie et l’histoire. Il vaut mieux lire le contemporain tel quel, tel qu’il est, de façon lucide et clair. Par exemple les chiffres sont terribles, pour 2015, 17 Américains sont morts au Moyen-Orient et 400 000 sont morts pour cause de tabac, vous voyez..et 50 000 sont morts à cause du port d’arme, par homicide par conséquent les chiffres sont vraiment accablants. »

Donc tout est relatif..mais il y a notre ressenti personnel n’est-ce pas..et il y a cette exposition constante au fait communiqué qui nous fait réagir ou pas..Les chiffres, nous en avons eu encore des exemples récemment: l’élection de Trump et les voix d’Hilary Clinton..et ce week-end à la Primaire de la Gauche, manipulation des chiffres ou pas..Tant de faits qui nous font douter des chiffres et/ou de leur impact sur notre quotidien, notre monde, alors que nous avons besoin d’une réalité tangible..y-a-t-il certitude, that is the question :)))

Je pense à l’émission de l’humoriste Anne Roumanoff, « On ne nous dit pas tout » qui me faisait toujours rire mais rire jaune quand on se rendait compte des dessous du sketch, oui la dérision, l’ironie nous aident toutefois à soulever les questions..sans devenir complotistes ou paranoïaques, entendons-nous bien, mais le doute et le mensonge entraînent la folie chez certains qui perdent leur discernement..

Tant de questions chers Lectrices et Lecteurs, je vous laisse découvrir le reste de cette émission fascinante et tellement à propos..

Bonne journée

Françoise

@Fran75GB