Archives pour l'étiquette Livre

Ahh l’Arôme d’une bibliothèque..

Photo iphone: lire un bon bouquin..comme un poisson dans l’eau

Les Matins de France Culture invitent Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France:

lien: https://www.franceculture.fr/emissions/linvite-des-matins/bnf-elle-est-livre-dans-sa-tete

Laurence Engel:  » Tolbiac, une bibliothèque ouverte à tous comme le voulait François Mitterrand ! Richelieu une bibliothèque de recherche..On remonte au XIVe siècle. Le Roi: « tout ce qui se fait je veux que ce soit garder pour les générations futures ». On a lutté contre le manque de place depuis toujours, il y a la photographie, les estampes, jusqu’aux jeux vidéos qui sont conservés. A Richelieu on trouve les collections spécialisées, les manuscrits, les trésors royaux, le département des Arts du Spectacle, il y a le portrait de Sarah Bernard, des manuscrits de musique, des mondes.

Espace public, parce que ce qui était fermé sur soi, va devenir ouvert à tous, on va pouvoir le visiter, traverser cet ensemble de la rue Vivienne jusqu’à la Rue Richelieu. On va retrouver des salles d’exposition, des manuscrits de Proust, des estampes de Degas..

Le numérique transforme la vie des bibliothèques. Un endroit public et des collections accessibles à tous grâce au numérique, 4M de documents accessibles sur internet, bnf.fr

L’une des batailles s’est faite avec quelques polémiques, celle de passer par Google! Lorsque Google numérise ils peuvent récupérer les fichiers et les données associées à ces fichiers et donc les commercialiser. Ainsi on a voulu envoyer un message fort, celui de garder notre patrimoine.

Il y a des papyrus mais tout n’est pas numérisé. On a 800 000 lecteurs qui viennent dans ces murs mais 16M de lecteurs sur Internet. On fait l’usage le plus démocratique qui soit de la numérisation, mais on a besoin de voir de toucher et d’être présent.

Il n’y a pas que le dépôt légal mais il y a des achats, des acquisitions comme le manuscrit de Nadia de Breton, c’est toute l’histoire de cette oeuvre car les photographies qu’a choisies Breton ne sont pas celles qui sont publiées par exemple.

Le Trésor National laisse le temps de se mobiliser pour pouvoir acheter les documents qui sont importants pour nous. »

Quelle merveille! Je vais y aller! Pas vous? Deuxième partie avec Pierre Nora,historien! Bonne écoute!

Françoise

@Fran75GB

Denis Mollat, « Manifeste pour la Librairie et les lecteurs »

Photo Lire en ligne.net

La photo était belle alors je l’ai choisie mais moi j’aime le livre de papier, de sa couverture, à ses pages, à ses couleurs, à son arôme..Quand je le feuillette en librairie ahhh je me dis un livre qui sent bon la lecture, un livre qui m’invite!

Pour promouvoir la librairie, ses livres et ses lecteurs! A Fabienne! #VendrediLecture et pour mon amie Aude!!!

D’après le dossier du jour de la Matinale Culturelle de France Culture, avec Vincent Josse, le 22 Mars 2016.

lien: http://www.francemusique.fr/player/resource/125867-151877

 » Dennis Mollat d’une grande librairie de Bordeaux, qui a 55 libraires déroule ses souvenirs.

Vincent Mosse « croise des libraires qui ont peur d’Amazon et disent on ne va pas résister mais Dennis Mollat a un discours positif. »

Dennis Mollat répond « qu’en effet la vente en librairie c’est 80% de l’achat du livre! et la dernière étude de l’IFOP dit que les Français pensent que la lecture a la plus grande valeur culturelle! Et le nombre global de lecteurs a augmenté, donc c’est une excellente nouvelle!Ne pas avoir peur d’Amazon c’est une conviction. On sait que 60% des clients veulent avoir une relation sociale dans une librairie donc un échange avec un libraire. Ce coté, poser des questions, ce coté découverte, ça joue beaucoup. »

Vincent Josse: « Vous écrivez qu’un libraire c’est un métier d’accompagnement, de contact, d’encyclopédiste, un des derniers, un libraire c’est un médiateur, une mémoire vivante, un guide et aussi un commerçant soumis à la loi du marché qui achète d’un coté et revend de l’autre et vous avez ajouté Dennis Mollat, ce n’est surtout pas un censeur, qu’est-ce que vous avez voulu dire par là? »

Dennis Mollat:  » Ce n’est pas à un libraire d’écarter certains livres il faut respecter le goût  de tout le monde.  »

Vincent Josse: » Vous parliez d’échange, vous en avez fait un lieu de culture, pas simplement pour acheter des livres ou recevoir des dédicaces, on y rencontre des auteurs.. »

Dennis Mollat:  » Au début il y a eu la période des dédicaces, puis la période des rencontres et maintenant celle du théâtre, nous avons la chance d’avoir une salle de théâtre où nous avons reçu 200 auteurs. Il faut beaucoup de libraires pour s’y retrouver quand vous avez 180 000 titres.. »

Vincent Josse:  » Et j’en connais un Paul Emmanuel Roger (@PaulERoger), c’est un militant du livre et de la culture. Je le vois c est quasiment un journaliste quand il est sur le terrain. »

Dennis Mollat: » Certains libraires sont pratiquement volontaires et c est aussi une occasion pour eux de voyager, d’aller à Dublin, Berlin, Venise, c’est le libraire globetrotter. »

Vincent Josse: » Vous donnez souvent la parole donnée à d’autres, Jean-Philippe Toussaint, Michel Onfray.. »

Et je vous laisse écouter la fin comme d’habitude, voilà une librairie qui donne envie par son ambition mais je dois dire que je suis fan de la petite librairie où je dois dénicher la perle rare, celle de l’envie du moment..Elle ira d’ailleurs s’ajouter à la pile sur ma table de chevet car il faut que je visualise le potentiel, le livre à venir et le choix à venir..

Bon jour férié chers amies amis pour ceux qui ne travaillent pas!

Francoise

@Fran75GB