Archives pour l'étiquette Politique

Le Journal des Idées.

Les Petits Matins, Le journal des idées, chronique de Jacques Munier sur France Culture.  Vous pouvez écouter le podcast et lire la chronique sur le site de France Culture.

Quelques réactions personnelles cette semaine suite à l’écoute de cette chronique.

  1. « Une charte pour l’Islam » le 31.01.2017

lien: https://www.franceculture.fr/emissions/le-journal-des-idees/une-charte-pour-lislam-de-france

Une question difficile pour le pays de la laïcité que celle de vouloir s’ingérer dans la religion islamique dans ce cas puisqu’il s’agit de créer une charte à titre préventif pour réguler l’Islam de France, pour empêcher la radicalisation. C’est en quelque sorte rendre les Musulmans responsables d’actions terroristes alors qu’il s’agit d’actions politiques et non religieuses, c’est leur faire porter le chapeau. Puis l’Etat et la Société y ont leur part de responsabilité. On ne peut le nier.

2. » Le vote utile » du 30.03.2017

lien: https://www.franceculture.fr/emissions/le-journal-des-idees/le-vote-utile?xtmc=Le%20vote%20utile&xtnp=1&xtcr=1

On y parle de l’implosion ou non du PS suite à l’annonce de l’adhésion de Valls à Macron. Les partis changent et évoluent mais les idées sont bien là. Macron représente la droite et se vend comme la droite de la gauche.  On se demande à quoi a servi cette Primaire de Gauche si c’était pour élire Hamon puis le rejeter avec opportunisme. 

Je suis bien d’accord que « le vote utile est un déni de démocratie ». Quand je pense que certains veulent voter pour « le candidat contre » dès le premier tour, je me dis que c’est la peur qui les motive. La France a peur. 

3. « Elections sous bénéfice d’inventaire » le 29.03.2017

lien: https://www.franceculture.fr/emissions/le-journal-des-idees/elections-sous-benefice-dinventaire

Il est vrai que l’on a en ce moment à considérer des exemples flagrants de remise en question de la démocratie:

Le Brexit oui, dont le suffrage pour a divisé le Royaume Uni en deux. Un dilemme pour un chef de gouvernement mandaté par le peuple britannique mais que Theresa May semble porter comme une couronne! Une couronne qui risque de désunir le Royaume Uni et dont l’Ecosse et l’Irlande du Nord remettent le pouvoir de Londres en question.

Puis l’élection de Trump, un milliardaire, odieux personnage de télé-réalité, qui a nommé ses amis, sa famille aux postes clés du gouvernement. Un président élu grâce à une constitution vieillotte. Comment tout cela peut-il se passer sans protestations à part celles de démocrates esseulés..une forme de dictature à laquelle j’espère le peuple américain réagira.

Et enfin nous, la France, dont la constitution du Général De Gaulle me semble bien dépassée. Cette campagne présidentielle à laquelle assistent les Français et le reste du monde récemment est assez cocasse ou tragique selon votre perception. Les révélations du Canard sur Fillon qui continue sa campagne quoique, le manque de loyauté de Valls vis-à-vis du candidat socialiste choisi par la Primaire Benoit Hamon, la guerre des egos qui fait que les uns ne veulent s’associer avec les autres..On n’en voit pas la fin et surtout on ne voit pas de projet enthousiasmant qui fasse une différence. Tout ceci risque de dissuader les électeurs d’ aller aux urnes.

Voici chers Lectrices et Lecteurs, je vous conseille cette chronique matinale..

Bon week-end

Francoise

@Fran75GB

 

 

 

Benoit Hamon vs Pascal, les Chemins de la Philosophie

photo de ma fille: Reflet..

Lien: https://www.franceculture.fr/emissions/petit-precis-de-philosophie-lusage-des-candidats/benoit-hamon-vs-pascal-une-question-de

Un petit  exercice philosophique certes mais de décodage sémiotique qui est amusant, accessible et joliment présenté. Je vous l’ai transcrit dans sa totalité en ce dimanche car j’avais le temps. Cela fera un bon exercice didactique pour mes collègues de l’Institut Français de Londres pourvu que le sujet leur plaise!

« Benoît Hamon qui veut « faire battre le cœur de la France » et nous rappelle alors une certaine pensée de Pascal sur le cœur et ses raisons. »France Culture

Quand je lis l’introduction de l’émission qui concerne les propos des candidats de la Primaire de Gauche, je dois constater que c’est une approche enrichissante. Je n’aime pas la Primaire, ce procédé compétitif de la course au pouvoir mais à tort dans le cas qui suit, car oui cela me rappelle que la Primaire est aussi une plateforme d’expression.

En effet certains n’ont aucune chance d’être élus car ils ne se glissent pas dans le moule du personnage présidentiel et pourtant tout est si imprévisible en politique. Toutefois ces mêmes candidats ont l’opportunité de s’exprimer et de faire entendre leur opinion à toute la France et ainsi peut-être de modeler la nôtre. 

Dans le cas de Benoît Hamon je vois un homme sincère, humaniste même utopique par ses poursuites mais je lui sais gré d’être présent pour éclairer notre lanterne. Ses propos dont le cœur est au centre nous manquent profondément dans la politique d’aujourd’hui. Un peu de chaleur humaine dans ce monde déshumanisé de la finance et de la réussite ne fait que du bien.

Benoît Hamon: « Si on se laisse guider par l’air du temps on pourrait croire que le cœur de la France s’est arrêté, on finirait presque par oublier que quand on regarde la France en face, le cœur de la France est bien robuste. Le problème de la France, ce n’est pas que son cœur se soit arrêté, le problème de la France c’est que ce cœur ne gouverne plus. C’est pourquoi je défends une vision résolument optimiste et volontariste de notre avenir. »

Géraldine Mosna-Savoye:  » Le cœur en politique est comme le cœur en philosophie. Il n’est jamais absent mais il reste quand même tenu à distance. C’est que le cœur renvoie aux passions, à ce qui est irrationnel et relève a priori de la pure passivité. C’est que surtout et comme  dit la célèbre pensée 423 de Pascal: »Le coeur a ses raisons que la raison ne connaît point. »

« De quoi effrayer chefs politiques et savants en tout genre, ces têtes pensantes qui préfèrent la raison au cœur. Alors pourquoi un tel appel au cœur de la part de Benoît Hamon? S’il serait malvenu et faux d’en déduire qu’il n’est pas une tête, pourquoi lui qui prétend diriger,qui prétend se hisser à la tête d’un pays, veut-il tant faire battre ce cœur? »

Benoît Hamon:  » A mes yeux le cœur de la France c’est déjà la Justice Sociale, et la Justice Sociale ce sera demain le revenu universel d’existence, la Sécurité Sociale du XXIe siècle, qui changera notre rapport au travail et éradiquera la pauvreté. Le cœur de la France c’est la fraternité qui s’incarnera dans une République métissée, qui fera vivre la Démocratie et donnera véritablement du pouvoir à chaque citoyen. »

Géraldine Mosna-Savoye: « Donner du pouvoir à chaque citoyen, voilà ce que signifie faire battre le cœur de la France selon Benoît Hamon. Il veut que le cœur de la France gouverne le pays, c’est-à-dire que chacun de ces citoyens à égalité et avec justice en constitue ainsi la tête. Il inverse ainsi la donne ou mieux égalise la donne, entre la tête et le cœur, le chef et la masse. mais faire gouverner le cœur de la France est-ce aussi gouverner avec le cœur? L’ enjeu est important car il s’agit de savoir si le cœur et ce qu’il comprend de force et aussi d’élans incontrôlables est capable de gouverner et de conduire un pays dont le droit est bon chemin.

Pour Pascal le cœur est justement loin d’être une source d’errance et d’émotion vague. Alors certes il est le siège de l’affectivité, mais il est aussi cette faculté qui donne à la pensée humaine ses principes et c’est la 110 ème pensée cette fois qui nous l’indique, je cite:

 » Nous connaissons la vérité non seulement par la raison mais encore par le cœur. C’est de cette dernière sorte que nous connaissons les premiers principes, et d’ajouter, le cœur sent et les principes se sentent. »

Benoît Hamon: » Le cœur de la France c’est enfin la tempérance,ce qui nous permettra de construire un modèle de développement qui ne sera plus obsédé par la croissance, sera tourné vers la construction européenne mais engagera résolument la transition écologique et la transition énergétique. »

Géraldine Mosna-Savoye: »En déclarant que le cœur de la France est aussi la tempérance, ce qui permet de construire un modèle raisonné et durable, Benoît Hamon retrouve ainsi le sens pascalien du cœur, comme fond de la raison et de la volonté à rebours des Romantiques mais reste toutefois cette question, si le cœur de la France est à la fois pour le candidat du revenu universel, les citoyens et leur mode d’action, si c’est à la fois la matière et la manière, c’est qu’il identifie encore le peuple au cœur, au sens et aux sentiments, à l’intuition et à l’instinct. Certes le peuple n’est plus opposé à la tête, au gouvernement et à la raison, il y est même associé mais en reste-t-il pas quand même bien distinct? »

Adèle Van Reeth: » Alors quel conseil donnez-vous à Benoît Hamon Géraldine? »

Géraldine Mosna-Savoye: » Eh bien je lui conseillerai d’aller jeter un coup d’œil à un autre philosophe qui a donné une place de choix au cœur dans la République, Platon qui fait du cœur bien éduqué, non pas seulement l’allié de la raison, mais ce qui fusionne et enthousiasme la tête. »

Le choix de Platon est bien astucieux Géraldine et pour conclure je citerai les 2 phrases suivantes qui apportent de l’eau au moulin de Benoît Hamon:

“L’homme est la mesure de toute chose”

“L’ essentiel n’est pas de vivre, mais de bien vivre”

Bon dimanche chers Lectrices et Lecteurs,

Françoise

@Fran75GB

 

 

 

 

 

 

 

Michel Onfray et l’Occident..

Photo iphone: My thoughts exactly! Je déteste le déclinisme!

Michel Onfray, invité des Matins de France Culture. Des extraits.

lien: https://www.franceculture.fr/emissions/linvite-des-matins/loccident-est-il-son-meilleur-ennemi

Michel Onfray: » Oui j’ai l impression que c’est une culture de cartes postales, on sait que les civilisations sont mortelles, on pense que son voisin est mortel mais on ne pense pas qu’on soit mortel.

L’égorgement du Père Hamel, c’est plus important que Mai 68. La raison sert à justifier la foi jusqu’à la découverte du manuscrit de Lucrèce. Mai 68 est un grand moment de déchristinisation. Je suis un défenseur de Mai 68. Il s’agit d’une décadence à gauche. Un moment de négativité qui fait que les…profs ne parlent plus de la même façon à leurs élèves, mais cela n’a proposé aucune valeur. L’idée du consumérisme sexuel, est-ce que c’était une meilleure chose? On boit, on se drogue, on prend des psychotropes donc on se dit non ce n’était pas une grande idée.

Cette idée est essentielle, celle exprimée par Paul Valéry et elle est anti-marxiste, le schéma chrétien ça devient celui de la Révolution Française et que la vision marxiste c’est que nous allons vers un monde de progrès. On a justifié le goulag par cette vision du progrès, on a décapité pour cette vision du progrès. Le progrès suppose des moments de négativité.

L’histoire de l’Islam est inséparable de celle de l’Occident…il y a une relation dialectique, récurrent depuis le 7e siècle et nous retrouvons un nouvel épisode avec cette relation aujourd’hui. Il y a un Islam de minorité agissante et un Islam de majorité silencieuse. Ce n’est pas la même chose. Notre rapport à l’Islam n’est pas pacifié.

Il y a dans tous les textes sacrés manière à trouver le meilleur et le pire. Il y a un déisme catholique chez Hitler. Le prélèvement des versets du Coran pourra justifier l’un et l’autre.

En parlant de Rushdie il dit le romancier a le droit à tout car on est dans la fiction, et l’occident ne l’a pas défendu. »

Très documenté comme toujours. Il a sa théorie qu’il poursuit. Moi je suis athée et je n’ai aucune éducation judéo-chrétienne car mes parents étaient athés. Donc tout ce propos sur les origines chrétiennes du monde ne m’a jamais intéressée. En fait je me sens ainsi préservée du monde dans lequel baigne son discours, celui de la religion et donc il m’est difficile de visualiser la décadence de ce monde qui pour moi n’a jamais existé.

Il a ses dates et ses monstres..réduire Mai 68 à un dialogue libéré et un consumérisme sexuel me semble une déformation historique, L’égorgement du Père Hamel tout à fait condamnable, mais quoi de neuf, il a oublié Sétif bien que ce ne fût pas sur le sol français en effet mais pour lui c’est une marque de décadence alors que moi j’ai été plus choquée par Charlie, le Bataclan et le camion de Nice. Pour moi ce sont les atteintes à la liberté d’expression et à la vie des Français qui me choquent.

Son rationnel tend à l’inéluctable et ceci est une croyance. Une contradiction en soi. Il est le produit de sa civilisation et de sa création. 

Voila quelques réflexions personnelles, je vous laisse écouter la 2eme partie.

Bonne journée

Françoise

@Fran75GB

Pour une radio publique de qualité!

Photo iphone

Quelquefois j’écoute des émissions qui me font dire que nous sommes dans l’exploitation de l’affect, que l’on essaie d’influencer l’Autre sans lui laisser la voix et la réponse. L’ Autre c’est nous tous, heureusement que nous avons les réseaux sociaux pour pouvoir libérer notre expression et je veux ajouter de manière argumentée pas en lançant des accusations personnelles, gratuites et vides de sens. Tout ce coté tabloïd et « people » me répugne. Ainsi il faut chercher à comprendre ces mécanismes et leurs implications.

D’après les Matins de France Culture, le 5/10/2016 et aujourd’hui aux NCC de France Culture, Frédéric Lordon invité pour parler de son livre « Les Affects de la Politique ».

Lien: https://www.franceculture.fr/emissions/linvite-des-matins/frederic-lordon-le-retour-des-passions-politiques?xtmc=Frederic%20Lordon&xtnp=1&xtcr=2

Frédéric Lordon explique le fond de son ouvrage: » Lorsqu’on dit qu’il y a des passions en politique, on livre un énoncé sur lequel beaucoup de gens peuvent se retrouver d’accord mais jusqu’à un certain point seulement. La théorie de ce livre c’est d’amener le lecteur au-delà de ce certain point qu’il refuse de dépasser…La politique est un monde d’emportement. »

« Par affect on entend d’habitude les émotions..mais les affects chez Spinoza c’est bien plus que les émotions, affect c’est la dénomination la plus générale de l’effet produit par une chose sur une autre, dont l’effet produit par un homme sur un autre, par un groupe d’hommes sur un autre, par la multitude sur chacun de ses membres etc..et dans ces conditions sous cette redéfinition extrêmement étendue, les idées cessent d’être un terme antinomique aux affects et aux passions. Et on le sait bien car les idées ne nous touchent dans certaines conditions particulières et ces conditions c’est qu’elles soient accompagnées d’une certaine manière précisément par des affects et c’est cela même qui nous rend sensible à ces idées. »

« Tout dépend de ce qu’on attend exactement par idée, Spinoza prend le mot d’idée au sérieux. En tant qu’elles ne sont considérées  simplement comme idéelles, les idées n’ont pas d’effet sur les corps, Spinoza dit de manière imagée: « L’idée du chien ne mord pas. » or en effet « les petits producteurs intellectuels » comme dit Bourdieu, ont eu tendance à soutenir que les idées mènent le monde au terme d’un syllogisme qui était cousu de fil blanc car si les idées mènent le monde et que nous sommes les producteurs d’idées alors c’est nous qui menons le monde. Mais si on suit la ligne Spinoziste il n’en est rien, les idées ne mèneront le monde qu’à certaines conditions très particulières et ces conditions sont d’ordre passionnel, à savoir que si ces idées sont accompagnées d’affects qui ont été produits adéquatement pour affecter le plus grand nombre puisque c’est ça l’affaire de la politique. »

« Marx avait dit ça à sa façon,  » Les armes de la critique ne sauraient remplacer la critique des armes mais la théorie peut devenir une arme si elle s’empare des masses ». Alors là tout est dit. »

En effet et je vous laisse savourer les NCC ce matin pour en savoir plus..

Très bonne journée chers Lectrices et Lecteurs et fidèles auditrices et auditeurs.. Pour une radio de qualité!

Francoise

@Fran75GB

 

La Politique..

D’après Les Rencontres de Pétrarque, « Débattre, Réinventer la Politique. » Emission de France Culture présentée par Hervé Gardette (France Culture) et Jean Birnbaum (Le Monde).

Lien: http://www.franceculture.fr/emissions/les-rencontres-de-petrarque/debattre-reinventer-la-politique-0

C’était le 15 juillet, le jour après l’attentat de Nice..Réinventer la Politique, ou plutôt réinventer ceux qui la font, non?, carriéristes, amoureux de pouvoir, manipulateurs, bien entourés par les Médias qui en vivent.

J’ai un arrière-goût dans la bouche. Enfin je suppose que ce n’est pas nouveau. Je sais que c’est un métier que je n’aurais pas voulu choisir. Quand j’étais jeune je croyais que je pouvais changer les choses maintenant je rumine et je suis cynique. Triste moi! Donc je compte sur la Jeunesse, cette jeunesse rafraîchissante que j’ai entendue dans Jeunesse 2016, son enthousiasme, son vouloir vivre mieux, son besoin de liberté, d’internationalisme, sa tolérance!

Et je les suivrai! Montrez-nous donc le chemin parce que les Anciens ont perdu le sens du bon sens et du bien commun. Je lui recommanderai Sénèque qui écrivait à Lucilius: » Hâte-toi de bien vivre et songe que chaque jour est à lui seul une vie! »

Dominique Schnapper: »Nous sommes beaucoup concentrés autour de ces problèmes du renouvellement des pratiques démocratiques, et ça n’est pas sans importance, parce que être démocrate, c’est respecter les institutions et les pratiques démocratiques.

Cela nous force à nous demander si dans nos démocraties nous ne sommes pas excessivement concentrés autour des problèmes sociétaux ou sociaux au sens large du terme et que nous n’avons pas un peu négligé le problème fondamental pour lequel l’Etat a été créé, c’est-à-dire celui de la sécurité des individus, la sécurité intérieure, la sécurité extérieure et la menace terroriste est un double défi, puisque la distinction entre intérieur et extérieur devient de plus en plus floue, et que ceux qu’on appelle les ennemis peuvent être intérieurs à notre société et la défense extérieure vis-à-vis du reste du monde, donc la démocratie est devant ce double défi qui a une face interne et une face externe.

C’est ce que l’événement récent nous rappelle en nous disant que l Etat n’est pas seulement un Etat de Protection Sociale, c’est aussi un Etat régalien qui doit défendre ses citoyens et à l’intérieur et à l’extérieur. »

Oupss… vous voyez comme réfléchir à chaud n’est jamais productif..Si cette dame croit que l’Etat s’est préoccupé de la Protection Sociale je ne me souviens plus exactement quand ce fut le cas, pas quand il a fait voter ou pas vu le 49.3, la Loi Travail par exemple.

Par contre la Sécurité on n’entend que ça et cela reste un mot. Oui parce que les attentats et les failles du système se répètent. Quand j’entends qu’un tel était connu des services je frémis, je compte nos morts et nos blessés. Alors oui l’Etat a ce double devoir de nous protéger mais l’histoire récente me prouve le contraire. 

Thierry Pech: »Si ces événements sont l’épisode suivant de la liste noire que nous connaissons depuis un an, à la fois ils nous éloignent et ils nous rapprochent de ce que pourrait être une réinvention de la politique. Ils nous en éloignent parce que la Peur est la plus mauvaise conseillère pour repenser la politique, mais en même temps la peur est au cœur du contrat de l’Etat et des citoyens, il faut se rappeler que l’Etat est là d’abord pour assurer la sécurité des citoyens.

Mais en même temps si ces événements sont l’oeuvre d’un terrorisme de type djihadiste comme nous avons connu par le passé, alors il nous rappelle aussi ce qu’est la politique dans nos démocraties: la politique ne tire son principe d’aucun au-delà dans nos démocraties, d’aucune hétéronomie radicale, d’aucune extériorité qu’on l’appelle tradition, spiritualité, ou autre d’une certaine façon, ce qui est attaqué dans ces attentats…c’est notre conception de la politique en démocratie et c’est précisément ça qui est aussi contesté dans ce genre de terrorisme. »

Manuel Cervera-Marzal: » Comme l’ont dit les deux intervenants précédents, c’est très compliqué de s’exprimer sur ce sujet quelques heures après, il y a la sidération, il y a la tristesse, il y a la souffrance des familles des victimes, on pense à tout ça et donc on a du mal. J’ai d’autant plus de mal à m’exprimer aujourd’hui car je fais partie de ceux qui pensent que l’Etat de droit est sur une pente liberticide, une pente sécuritaire.

On a vu au cours du précédent semestre de multiples manifestations à travers la brutalité policière, ces violences qui restent impunies, ces personnes qu’on assigne à résidence sur des présomptions qui se révèlent au final totalement infondées, ces yeux crevés, ces corps marqués à vie et j’en passe. Et du coup toute la difficulté c’est que là on a besoin de davantage de sécurité, on a envie d’ appeler à plus de police, plus de renseignement, à plus d’interventions en Syrie et en Irak.

C’est justement contre toutes ces tentations que il faut résister et vous disiez Dominique Schnapper qu’on avait peut-être trop mis en avant les problèmes sociaux au lieu de la question sécuritaire, mais moi je suis convaincu qu’il y a un lien très profond entre ces deux, entre ces attentats et les problèmes sociaux qui persistent, on connait les chiffres sur la misère, sur les inégalités qui se creusent etc. On connait le parcours de… ces individus et on ne peut pas oublier ça, ce n’est pas une façon d’excuser ces actes. On voit que les mesures sécuritaires sont inefficaces…, qu’on est sous l’Etat d’Urgence et on voit que cela ne fonctionne pas pour une raison simple c’est que les gens qui font ça agissent de manière solitaire, qui sont de toute façon prêts à mourir et que vous pourriez mettre des policiers tous les 10 mètres, excusez moi je suis très prosaïque, cela n’empêchera pas ce genre d’acte à se reproduire. »

Bien dit Manuel sur le rôle de l’Etat et des problèmes sociaux, sur la misère en France, sur cette tentation au tout-sécuritaire qui pour l’instant n’a rien prouvé..

Chers Lectrices et Lecteurs je vous laisse continuer votre écoute et peut-être la suite vous apportera des solutions au problème..

Bon dimanche!

Francoise

@Fran75GB

 

Une semaine en France..(Première partie)

D’après le podcast d' »Une Semaine en France » présenté par Julie Gacon sur France Culture, « Nice, retour sur une surenchère politico-médiatique / 35 heures : une crispation française », le 23 juillet 2016

Lien: http://www.franceculture.fr/emissions/une-semaine-en-france/nice-retour-sur-une-surenchere-politico-mediatique-35-heures-une

Chers Lectrices et Lecteurs, je vous laisse lire l’introduction de Julie Gacon sur la page de l’émission.

Julie Gacon: » Puisque les mots importent, quels sont ceux que vous emploieriez pour décrire cette séquence politique à laquelle on a assisté depuis le drame de Nice? »

Stéphane Rozès: « Comme les Français le choc comme lors de chaque attentat par la monstruosité touchant des victimes innocentes, ensuite la sidération par la nature même de l attentat qui peut se dérouler partout et selon une modalité très simple, troisièmement une attente, comment le pays va réagir et comment la classe politique va réagir, et comme finalement c’est plus la division qui a été mis en exergue, une profonde inquiétude sur le pays, pas seulement sur le rapport au terrorisme islamiste, le fait de trouver de bonnes réponses et de le combattre, mais une inquiétude plus diffuse, même sur qu’est-ce qui nous tient ensemble et qu’est-ce que le troisième attentat révèle de nous-même. »

Julie Gacon: »Qu’est-ce qu’elle révèle de nous-même? Qu’est-ce qu’elle révèle de ceux qui nous dirigent, Bruno Dive?

Bruno Dive: » S’il fallait résumer, je dirais exaspération de la population, vis-à-vis de la poursuite des attentats, de cette violence avec laquelle il faut s’habituer à vivre et avec laquelle on ne s’habitue pas à vivre heureusement et aussi exaspération dans une moindre mesure vis-à-vis de la classe politique, et de ses réactions..et celle-ci n’ira qu’en s’accroissant je crains s’il y d’autres attentats. »

Je retiens « inquiétude » et « exaspération ». Je me dis que la classe politique est maintenant partie en vacances, enfin le parlement est en vacances, après avoir voté la loi sur l’Etat d’Urgence, ce qui aurait dû nous rassurer mais ne nous a guère apaisés.

Pour des raisons diverses, on a l’impression que l’Etat, n’étant plus à la hauteur, nous sature de lois sécuritaires mais dans la pratique, démontre une incapacité à maîtriser la situation.  Puis on suit les médias et on voit que ces attentats ne se passent pas qu’en France, il vient d’y avoir 80 morts à Kabul, toujours causé par ces terroristes de Daech, puis le dépressif de Munich, sans parler des haches et des couteaux, enfin on se dit mais dans quel monde on vit.

Puis nous avons les dissensions des politiques de droite et de gauche qui offrent un spectacle désolant et renforce le mécontentement des Français. On se renvoie la balle et cherche à blâmer au lieu de se mettre au travail et de réfléchir. 

Déjà il faudrait un gros investissement social, j’ai parlé de justice sociale nombre de fois dans ce blog, et on est toujours à subir des réductions budgétaires et un manque de considération pour les plus démunis. On peut constater l’effet désastreux que ces plans d’austérité successifs ont eu non seulement sur les effectifs du secteur public mais aussi sur la santé mentale de certains plus fragiles et aptes à commettre des actes irréversibles.

L’ émission continue et nous parle de Charlie, de l’après-Charlie et de « l’Union sacrée » qui s’est fragilisée jusqu’aux attentats de novembre et semble maintenant se briser.

Bruno Dive rappelle entre autres un homme qui, devant le Bataclan, a interpellé Manuel Valls et lui a dit  » Tout ça c’est de votre faute. » C’est pour lui « un signe avant-coureur des sifflets de Nice ».

Julie Gacon: » Finalement,Stéphane Rozès, l’attentat nous rappelle que dans l’histoire de la Ve République l’Union Sacrée c’est plutôt l’exception que la règle? »

Stéphane Rozès: « L’Union Sacrée c’est l’effet d’un choc extérieur sur une Nation française depuis de longues années en dépression. C’est-à-dire qu’il faut bien évaluer ce choc extérieur vient fracasser un corps national qui tient ensemble par son histoire, sa mémoire, ses valeurs, et la République que le pays retrouve à partir des années 90 pour des raisons compliquées, liées à l’époque, et à la période, la France, l’Europe, le Monde, qu’est-ce qu’il se passe.

Donc, effectivement, qu’est-ce qui fait que peu à peu après le 11 janvier, ça tient avec les attentats de novembre et là on a le sentiment que tout part un peu dans tous les sens. Je crois que ça provient de la conjonction de 2 facteurs essentiels:  

Le premier, la modalité de l’attentat semble dire que n’importe qui d’un peu dérangé, islamiste, peut prendre un véhicule et foncer dans une foule. Ça veut dire que l’attentat n’est pas dans les représentations facilement prévisible et facilement contrôlable par nos services et un appareil. Tant que ce sont des cellules djihadistes, on pense que l’Etat a les moyens de lutter. Et avec l’attentat de Nice, les Français comprennent que l’attentat islamiste devient contingent et les Français n’aiment pas la contingence. Ils pensent que l’Etat doit tout faire pour contrôler et si ça ne va pas ils blâment l’Etat.

La seconde raison, c’est que cette fois-ci l’exécutif et notamment François Hollande, n’a pas pris la mesure de la question symbolique du pouvoir..le Président n’a pas eu l’attitude qu’il fallait. Il n’a pas redonné de la symbolique sur ce qui nous tient ensemble. Il a fait une déclaration de qualité mais il a saucissonné les choses, il a laissé les autres faire le travail.

Et troisièmement ça a été dit, on n’insiste pas, il y a eu la surenchère liée à la primaire  à droite et des attitudes chez certains inconvenantes à droite, chez les Républicains. Il y a toujours des attitudes inconvenantes chez les hommes politiques, le problème essentiel c’est pourquoi ça a pu se passer, ça s’est passé parce que au préalable l’Exécutif n’a pas pris la mesure de ce qui devait se passer tout de suite, les normes, la symbolique et ce qui nous tient ensemble. »

Il est certain que plus on a eu d’attentats plus les Français se sont posés des questions, à juste titre, sur la capacité de l’Etat à prendre en charge cette situation à répétition.

Alors François Hollande joue toujours le « good cop », fan des commémorations, des discours et des voyages à l’étranger. C’est dans la tradition des Présidents de France, c’est plus facile de faire porter le chapeau à son chef de gouvernement, le Premier Ministre et d’en changer en faisant des remaniements quand cela va trop loin. Mais il a laissé le rôle de « bad cop » à Manuel Valls trop longtemps ainsi qu’à Bernard Cazeneuve. 

Non mais je n’en revenais pas quand je l’ai vu au Portugal l’autre jour alors que le pays est en deuil. Non, je n’en veux plus ni de lui, ni de ces Présidents symboliques égocentriques qui préfèrent dépenser plus de 9000 euros chez leur coiffeur et parader plutôt que de s’occuper des affaires intérieures du pays. Je pense que cela renforce le manque de communication et il est temps que nous passions à une autre République avec un régime parlementaire, représentatif du peuple français . 

Bon dimanche chers Lectrices et Lecteurs et un grand merci à Julie Gacon pour son excellente émission ainsi qu’à France Culture pour ses invités de qualité.

Francoise

@Fran75GB

 

« L’Etat devrait-il promouvoir le bonheur? »

 

 

Photo: Cosmopolitan.fr

Chanson de Barbra Streisand pour me faire plaisir: https://youtu.be/x9NpWs5gM84

D’après l’émission de Thinking Allowed de BBC Radio 4 présentée par Laurie Taylor le 20 avril 2016. Invités Danny Dorling, Halford Mackinder professeur de géographie à l’ Université d’Oxford et Paul Ormerod, économiste.

lien: http://www.bbc.co.uk/programmes/b077gt3g

Laurie Taylor nous explique que Danny Dorling a fait une enquête:  » Dites quels sont les 4 événements qui ont été les plus importants cette année pour vous ou votre famille? » La plupart ont répondu que rien d’important ne leur était arrivé, d’autres ont dit qu’ils avaient débuté ou terminé une relation amoureuse, étaient allés en vacances, avaient déménagé, avaient eu des problèmes de santé, ou la mort d’un proche. »

« Puis Danny Dorling a associé ce résultat avec ce que les gens révélaient sur leur ressenti du bonheur. Il pouvait donc lier les événements de la vie avec un bonheur relatif et ainsi découvrir ce qui importait le plus dans la vie des gens, et par extension quels actes de politique publique pourraient être mis en place pour les rendre plus heureux et rendre ces événements qu’ils trouvaient tristes moins tristes. »

Oh j’entends la droite anglaise s’écrier contre le Nanny State ou la droite française nous donner une leçon sur l’Assistanat ou encore les ingrats me traiter de Bisounours^^

Danny Dorling:  » J’ai lu ce document en 2010… sur le fait que les choix économiques personnels et non seulement les gènes avaient une importance pour le bonheur. Et j’ai pensé oh cela correspond aux résultats de l’enquête. Ce que nous avons trouvé c’est que les ruptures ou la mort de proche affectaient le bonheur durant l’année, et les autres événements comme les naissances et débuter une relation amoureuse avaient un effet énergisant sur les choses matérielles comme se payer des vacances de luxe. L’année dernière l Office des Statistiques Nationales a produit les résultats suivants montrant que le montant de richesses qu’avaient les gens en actions, en immobilier ou en retraite n’augmentait pas le bonheur mais les petites épargnes oui car cela permettait d’avoir une liberté économique. »

Voilà l’extrême richesse n’apporte que des complications, la peur de la perte, de la crise financière, on compte plus qu’on respire, on se lamente..Charles Fourier le disait en 1819, cela en fait des Scrooge, c’est malsain, indécent mais je ne sais pas si cela fait le malheur de tous, pas de tous ces philanthropes qui essaient de se rattraper en s’achetant des Grâces ou des réductions d’impôts, la bonne conscience a un prix…

J ai adoré le tweet de Pizza Hut UK au rappeur Kanye West: » Stop telling everyone you need dough and try kneading some dough. We got your C.V. today. You start at 9am tomorrow. » C’est un jeu de mots parce que « dough » c’est de la pâte à pain mais aussi du fric en argot donc  » Arrête de dire à tous que tu as besoin de fric et viens pétrir la pâte. On a ton cv et tu peux commencer demain matin à 9h ». Bon on pourrait se dire qu’au royaume des aveugles les borgnes sont rois puisque Pizza Hut est une subsidiaire de Yum! Brands l’entreprise de fast food la plus riche au monde..

Laurie Taylor:  » Il y a eu de nombreuses études sur le bonheur matériel ces dernières années, les gouvernements divers se sont penchés sur la question,  où se situe votre étude? »

Danny Dorling: » Notre travail est différent parce que nous observons des événements individuels. Nous avons déterminé 34 événements qui pouvaient affecter le bonheur en un an, par exemple réussir son permis de conduire.

« L’Etat pourrait corriger certains des effets négatifs de ces événements dans la vie des gens, par exemple il y a 6000 enfants qui meurent chaque année, une des mortalités les plus élevées d’ Europe, les effets sur la personne sont dévastateurs, donc cela vaudrait la peine que l’Etat s’attache à réduire la mortalité infantile, pas seulement pour le bonheur de la Nation mais aussi pour l’importance de l’action en elle-même. En ce qui concerne la Santé nous sommes le pays d’Europe de l’Ouest qui dépense le moins, les Suisses dépensent le plus, deux fois plus que les Allemands qui dépensent 50% de plus, pourquoi est-ce que nous sommes le pays qui dépense le moins alors que nous avons une NHS très efficace qui ne peut pas accomplir plus avec un budget si réduit. »

Laurie Taylor à Paul Ormerod: » Quelle est votre évaluation générale de cette étude? »

Paul Ormerod:  » Les économistes accueillent positivement les études sur le bien-être, plus que le simple PIB pour mesurer la richesse d’un pays, ce qui n’a jamais été l’objectif quand il a été créé pour la première fois après la Grande Dépression des années 30. Un des points, en ce qui concerne la politique publique ce n’est pas très utile car nous avons un retard de 50/60 ans sur le bonheur populaire, mais cela ne change rien, en fait la plupart du temps les gens sont assez contents de leur vie. La chose qui a changé le plus dans les dix dernières années, est ce qui est appelé « life evaluation » (l’évaluation de la vie quotidienne littéralement, je pense plutôt au ressenti que nous avons de notre vie en général) eh bien c’est lié au revenu, plus les gens gagnent plus ils sont heureux.. »

Vous croyez que c’est spécifique aux Anglosaxons ou aux économistes de nous livrer cette notion du bonheur?? J’attends vos développements et vos commentaires chers Lectrices et Lecteurs..

Danny Dorling contredit: « Mais quand le revenu des gens augmente ou qu’ils sont promus, leur bonheur augmente moins que le malheur qu’ils ressentent quand leur revenu baisse. Donc une société plus stable avec moins de précarité, avec des gens qui n’ont pas à recevoir des augmentations suivies de baisses de revenu serait une société plus heureuse. Et les gens s’adaptent très facilement alors dans l’année où ils sont promus quand leur revenu augmente, le niveau de bonheur augmente également mais les gens s’y adaptent très rapidement, et voila pourquoi notre ressenti du bonheur n’a pas tellement changé durant cette décennie car notre niveau de vie a augmenté mais pas notre ressenti du bonheur.

L’autre point important c’est qu’il y a un équilibre incroyable entre ce qui nous rend malheureux et ce qui nous rend heureux. Donc on peut dire que ces événements s’équilibrent dans le temps mais l’Etat pourrait beaucoup faire pour atténuer le malheur et prendre en considération le bien-être du peuple. Il y a des gens qui considèrent que gagner la loterie serait un plus mais il a été prouvé que cela ne change pas votre condition de vie alors qu’avoir de l’argent de coté, ne pas avoir à emprunter de l’argent a un effet énorme sur le bien-être.  »

Vous savez je pense que l’on nous propose tout le temps la mobilité sociale comme solution au chômage sinon on nous traite de fainéants mais je vois les familles décomposées et les problèmes des jeunes parents qui n’ont plus l’entourage familial proche pour les conseiller quand ils élèvent les enfants, il n’y a plus cet attachement familial aux grands-parents et cette transmission qu’ils apportaient et qui me semble toujours essentiel. Cet héritage se perd et je trouve cela bien dommage. Je lis ces sondages sur la morosité des Français et je vois que nous ne sommes pas les seuls, est-ce la mondialisation et l’institution du capitalisme qui en est la cause je vous laisse votre réponse si vous m’avez lue vous connaissez la mienne. Je vous encourage à finir l’écoute du podcast si vous le désirez.

Bonne soirée chers amies et amis lecteurs et merci de vos commentaires, de vos tweets et de vos mails. Ce blog existe pour vous et j’espère que vous êtes nombreux à nous lire.

Francoise

@Fran75GB

 

 

 

 

 

« Sortir de l’impuissance »: #NuitDebout?

D’après l’émission du 6 avril 2016 de la Grande Table de Caroline Broué avec le philosophe Jean-Luc Nancy

lien: http://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-2eme-partie/sortir-de-l-impuissance

Étrange de comparer la « ferveur » du djihadisme et celle de la construction du mouvement #NuitDebout, un monde en changement entre le désir de mort et celui de la vie..

La France a toujours été un pays de débats publics, les Etats Généraux par exemple. S’arrêter, arrêter le temps pour discuter, partager et réfléchir ne peut être que bénéfique après le dégoût de la trahison du socialisme enfin de ceux qui y ont cru au changement et aux promesses et le pessimisme punitif du politique qui s’ensuivit..

Le philosophe Jean-Luc Nancy a posé la question de Lénine  » Que faire? » dans son livre..: « faire l’amour », « faire avec », faire tout le temps » puis « produire » ou « suspendre le temps »

« Faire avec » c’est un peu « faire aller »..tant de gens font aller.. D’autres sont toujours à la recherche..j’étais intéressée et surprise à la fois qu’il y ait des représentants du CNRS, à #NuitDebout à juste titre vous me direz, Frédéric Lordon et les Pinçon Charlot.

Jean-Luc Nancy nous dit » On ne peut pas penser tout est politique de la même manière. » « Politique ne doit pas être confondu avec théologie, philosophie, utopie, forme de vie. Il y a souvent des manières de projeter sur ce mot tout ce qu’on peut projeter ailleurs. C’est là que le face à face avec un djihadisme théologique entièrement politisé et une sorte de hyper politisation qui représente une autre forme tendanciellement de salut, là il y a quelque chose qui mériterait d’être ausculté »

Dialectique et réaction..oui suite à la destruction de l’année 2015, confronté à l’assassinat, au gâchis inexplicable, inexcusable de vie humaine et à la souffrance, il est bon de s’arrêter un moment, justement de ne pas réagir sans avoir discuté avec l’Autre, échangé et prendre le temps sur cette Place de la République et ailleurs en France.

Jean-Luc Nancy: « la technique..on ne peut pas revenir en arrière.. »

La technique peut être au service du peuple justement pas seulement au service du « méchant capitalisme » comme disait Jean-Luc Nancy..je vois #jardindebout mais aussi #radiodebout et #tvdebout..que d’emplois judicieux de la technique..

Chers Lectrices et Lecteurs, échangeons ici pour voir plus loin..

Francoise

@Fran75GB

 

 

Prendre soin..éthique de la sollicitude

D’après l’émission de the Essay, @BBCradio3, du 15 mars 2016, Episode 1. Madeleine Bunting, auteure et journaliste devant the British Academy: Qui va prendre soin de qui?

lien: http://www.bbc.co.uk/programmes/b0739tq7

« Presque tous les jours nous lisons des articles sur les soins apportés aux plus vulnérables dans la presse, ou pas, souvent il s’agit d’une histoire sordide qui élabore sur la crise dans ce secteur: une femme abandonnée dans sa chaise roulante à cause du manque de personnel par exemple. »

Quand on voit l’histoire de Vincent Lambert, accidenté en 2008, toujours à la une des journaux 8 ans plus tard, et la manière dont la justice tergiverse autour cette tragédie, on voit l’ambiguïté des soins apportés en fin de vie par exemple.

« Tout est une question de budget, de réductions budgétaires et de gestion pour organiser les soins nécessaires. Nous remarquons une anxiété profonde en ce qui concerne la qualité des soins des maisons de retraites ou autres établissements de soins. Pourtant la scène politique ne semble pas prendre les choses suffisamment au sérieux, et il y a un certain sentiment de frustration alors que notre société vieillit. »

A ce sujet je vous rappelle l’article du Monde daté du 21 janvier 2016, « La France à l’épreuve du Grand Age »http://www.lemonde.fr/economie/article/2016/01/20/la-france-a-l-epreuve-du-grand-age_4850612_3234.html

« Dans le temps, il y avait surtout des institutions religieuses, ce qui ne veut pas dire que cela garantissait la compassion. Depuis le XXe siècle, nous voyons des établissements privés dont le but est de faire du bénéfice. Comment une entreprise fondée sur le coût de la gestion d’un tel établissement peut-elle être compatible avec une haute qualité de soins? Pourtant cela fonctionne dans la restauration et l’hôtellerie alors s’occuper des malades et des personnes âgées devraient recevoir la même attention. On parle de nos jours de l’industrie des services et les établissements de soins en font partie. »

Or on voit souvent de la maltraitance que je mets sur le compte du manque de personnel et de formation de haut niveau. A lire également:http://www.lefigaro.fr/retraite/2014/11/03/05004-20141103ARTFIG00185-la-quasi-totalite-des-maisons-de-retraite-en-etat-de-sous-effectifs-permanent.php

« Notre capacité à prendre soin des autres est ce qui nous rend humain: elle inclut l’attention, le soin, la responsabilité, la prévenance et l’entraide. D’abord il s’agit d’une activité pratique qui soutient le bien-être du patient, et aussi de réflexion, penser à la personne,lui apporter de l’attention, montrer de l’empathie. Cela peut être un fardeau lourd à porter pour le proche aidant. »

Les deux dernières années j’ai été très sollicitée comme proche aidant, un père de 87 ans et une mère de 88 ans, avec de multiples problèmes, divorcés et vivant dans une région différente ont eu raison de ma santé. Et il est difficile d’organiser l’aide à domicile pour l’un et l’apport émotionnel, la compagnie face à une grande solitude; pour l’autre c’est le refus de la dépendance qui est un combat quotidien mais également un poids pour la personne dans le déni qui veut la vie d’antan mais ne peut pas assurer..enfin je vous laisse imaginer les problèmes de l’age qui devrait être aussi des joies si seulement l’entourage était plus présent. Or nous sommes dans un monde où prime la mobilité sociale, la mobilité dans le travail et la distance qui s’ensuit.

Pour  conclure « food for thought »:« Sénèque voyait la capacité de porter soin à quelqu’un comme venant des Dieux. Les hommes pouvaient atteindre la bonté par la raison, mais à la bonté s’ajoutait la perfection, qui dépendait de l’offre de soins à autrui. Pour les Stoïques, prendre soin de l’autre complétait notre potentiel humain. »

Francoise

@Fran75GB

Philippe Torreton, Deuxième Partie

D’après la Matinale Culturelle de Vincent Josse sur France Musique le 25 janvier 2016, quelques extraits.. (suite)

Philippe Torreton, un comédien engagé, répond à Vincent Josse que l’actualité l’intéresse:

« Oui, notre pays, l’Europe, le monde..on est tous reliés. On est reliés souvent par des choses désagréables, comme le réchauffement climatique, les guerres, les attentats qui provoquent des effets domino. Ce serait bien d’être reliés par autre chose que des choses négatives mais comment? »

Si seulement..c’est au moment où on en a le plus besoin que justement la désunion prend le dessus..la politique de partis, les élections, l’arrivée au pouvoir semblent être le souci principal des hommes politiques de nos jours.

« Moi je n’arrive pas à m’extraire de ça, de mettre les choses entre parenthèses comme ça, ajoute-t-il. »

J’ai le même ressenti..plus que jamais..j’ai l’impression que c’est une chose après l’autre, après ce débat destructeur sur la déchéance de nationalité, maintenant nous sommes confrontés au changement du code du travail alors qu’il y a tellement de chômage??

Philippe Torreton continue: » Notre avenir dépend de décisions que l’on prend là ou que l’on ne prendra pas et du courage politique de nos représentants. »

Le courage politique? Parlons-en, il faut déjà se rendre à l’AN ou au sénat et voter..quand on regarde l’absentéisme le soir du vote pour ou contre la prolongation de l’Etat d’Urgence, on peut soulever la question de la représentativité et de la responsabilité des représentants face aux citoyens français.

Puis Philippe Torreton exprime clairement sa déception dans le gouvernement de François Hollande. Il n’en attendait pas grand-chose mais suite au discours du Bourget il avait repris espoir. Ainsi on peut dire que dans la Matinale il accuse le rôle d’Emmanuel Macron, le fait que « l’on plaigne plus l’entreprise que l’ouvrier ». 

Il insiste sur le fait que « dans un pays comme la France, tenir des propos comme celui de rêver qu’une partie de la jeunesse devienne milliardaire, c’est nier une histoire, une civilisation culturelle. Puis il rappelle que le rôle du Premier Ministre est d’expliquer, que l’on ne peut refuser l’explication par rapport à des actes aussi terribles, on se doit d’expliquer. »

Philippe Torreton conclura sur l’importance des sciences humaines et de la sociologie: »Associer le travail des sociologues, de ceux qui interrogent la société à une sorte de culture de l’excuse et de la bien-pensance c’est jeter le discrédit sur une science humaine, les chercheurs,. Il faut comprendre. Il faut s’interroger sur ce qui nous arrive, sur les citoyens qui commettent de tels actes. »

Philippe Torreton, acteur, comédien, écrivain, un homme qui a le courage de ses convictions et les expriment clairement ce matin-là sur @francemusique.

Je clos ce billet par une citation de Cynthia Fleury dans « Les Irremplaçables » qui me semble bien illustrer les propos de Philippe Torreton : »L’instant à saisir, c’est l’obligation éthique pour l’homme de l’engagement. Il ne suffit pas de l’espérer. Il faut le créer. »

Françoise                                @Fran75GB