Archives pour l'étiquette RU

Ken Loach à la Matinale du Samedi!

Photo iphone..Aller chercher la lune..

Ken Loach dans la Matinale du samedi 22/10/2016 avec Caroline Broué: https://www.franceculture.fr/emissions/la-matinale-du-samedi/ken-loach-laurence-de-cock

 » La cruauté délibérée du traitement des gens qui vivent d’allocations, des retraités, des gens qui avaient des certificats médicaux pour dire qu’ils ne pouvaient pas travailler et on leur demandait de mettre un chapeau sur la tête ..Daniel Blake avait eu une crise cardiaque et pendant la visite médicale il avait eu une autre crise cardiaque et ne pouvait pas répondre aux questions et pour ceci il a été puni, on lui a enlevé ses allocations.! »

« Ça a commencé sous Blair mais les Tories ont renforcé ce fait. Le système économique qui cause le chômage de masse est fait exprès. Ils veulent le profit à tout prix et ils veulent faire croire à ces gens que c’est de leur faute alors que nous savons que c’est un système endémique.

« Oui, ces agences du job centre, pole emploi, devaient présenter aux gens des emplois et les orienter mais il n y a pas d’objectif vraiment, les gens sont punis par la machine administrative. »

« Daniel est malade mais il sait tout faire sauf qu il ne connait pas la nouvelle technologie mais si l’économie était au service de gens comme ça, il aurait plein de possibilité d’utiliser un ordinateur et une  société juste prendrait soin de lui et il ne serait pas exclus. »

« Ce qui se passe à Londres c’est que les gens sont poussés hors de Londres et pas seulement les mères célibataires mais les enseignants, les pompiers. Il y a la gentrification et les appartements sont vendus pour des millions. Et puis ces gens sont poussés loin de leur famille. Puis Daniel rencontre Katie et on a voulu montrer une amitié entre Daniel et Katie, leur besoin d’être humain, et Daniel trouve une petite famille. »

« Il y a des choses que Katie va accomplir et qu’on n’a pas voulu filmer et qu’il vaut mieux laisser à l imagination du spectateur, on ne veut pas leur faire ce que l’Etat leur fait, c’est-a -dire leur enlever leur dignité..mais il faut des scènes choc comme quand Katie dit a Daniel si tu n acceptes pas cela, je ne pourrai pas plus continuer. On ne peut pas recréer de la réalité mais on veut être proche de la réalité.. »

« On raconte cet état de choses car il y a une acceptation alors que c’est inacceptable, prenez les « food banks », les soupes populaires, l année dernière plus d’un 1M ont mangé grâce a ces food banks et les gouvernements continuent leur train train, ce n’est pas acceptable. »

Caroline Broué: »Faire du cinéma social peut-il réveiller les consciences? »

« Le cinéma est capable oui, il y a un paradoxe important, il y a 40 ans on parlait du capitalisme mais la crise est arrivée et le capitalisme est affaibli et à mesure que ce système faiblit, l alternative aussi. La possibilité du cinéma de parler de ces choses est plus forte. Il ne faut pas perdre espoir. Le changement au Labour Party pour la première fois est extraordinaire, le leader Jeremy Corbin est attaqué par la presse et n’a aucune couverture médiatique, c est un moment très extraordinaire. J ai l impression que les gens en Europe n’ont pas compris ce qui se passe chez nous. »

« Le problème du débat autour de l Europe était un débat entre les gens de la droite qui était représentée largement, ils voulaient avoir de la liberté pour leurs grandes corporations, c’était un projet de néo-libéralisme donc il n a pas été possible de dire à gauche oui on veut soutenir ça..comme ce qui se passait en Grèce et la subtilité de ce choix on n en a pas rendu compte. »

A vous d’écouter la suite, Chers Lectrices et Lecteurs, très bien exprimé et traduit..

Bon samedi

Francoise                    @Fran75GB

Pauvreté et soupe populaire au Royaume Uni et en Europe..

Photo: Food Bank Trussell Trust

D’apres Thinking allowed, « Food bank Britain and Food poverty in Europe », @BBCRadio4, le 20 Juillet 2016, présenté par Laurie Taylor. Invités: Kayleigh Garthwaite, Leverhulme chercheuse au Centre for Health and Inequalities Research , Université de Durham ; Stewart Lansley, Economiste,Université de Bristol;  Owen Davis, Université du Kent.

Lien: http://www.bbc.co.uk/programmes/b07krdvv

Au moment où l’on parle du Brexit , de la richesse européenne des uns et des autres, des chaussures et de la fermeture éclair de la robe de Theresa May, on oublie la précarité, on oublie que de nombreux citoyens doivent aller faire leurs courses aux Restos du Coeur ou l’équivalent en Angleterre et ailleurs. Cette émission nous en parle.

Laurie Taylor: » 1 million de personnes ont faim et fréquentent ces soupes populaires et supérettes des associations caritatives. »

Kayleigh Garthwaite: » A Stockton c’est une réalité et cela affecte l’espérance de vie de nos citoyens, il y a une différence de plus de 17 ans entre un homme qui vit dans le centre ville et un homme qui vit en dehors de la ville. Pour les femmes il y a une différence de plus de 11 ans. »

« Les gens accèdent le service du Trussell Trust avec un coupon rouge donné par un professionnel de la santé, le Citizen Advice Bureau, leur médecin traitant ou assistant social. Le choix de nourriture est équilibré et décidé par un diététicien, 3 choix de repas jusqu’à un maximum de 3 fois pendant une période de crise. On vous donne des céréales, des baked beans, des boites de conserve comme de la viande ou du poisson en conserve, des jus, du sucre, du café par exemple. 90% de la nourriture vient de donations publiques. Ils sont partenaires avec le supermarché Tesco, il y a des gens qui viennent et laissent un billet de 20 livres. »

Je me souviens que quand je travaillais comme éducatrice spécialisée pour les services sociaux, mon mari et moi nous étions responsables d’un cottage de 9 enfants à l’époque, et le samedi c’était la fête, le supermarché Marks & Spencer nous apportait tous ses invendus. Je ne sais pas s’ils le font toujours je crois que pour ce qu’ils appellent Health and Safety ils sont obligés de jeter les choses qui ont dépassé la date puis de nos jours ils sont ouverts le dimanche.

Kayleigh Garthwaite: »Les gens ne deviennent pas accros aux donations de nourriture comme les médias peuvent le laisser entendre avec l’assistanat etc..J’ai vu les mêmes gens venir deux fois au maximum et j’étais là tout le temps. Quelquefois les gens qui venaient, avaient reçu des sanctions des services sociaux ou de Pole Emploi et ne recevaient pas leurs allocations, par exemple s’ils avaient fait des dettes ou s’ils n’avaient pas rempli leur formulaire de recherche d’emploi. Les sanctions étaient sévères, j ai parlé à un homme qui avait été sanctionné parce qu’il avait emmené sa mère à la chimio, un autre qui avait été sanctionné parce qu’il était parti en formation, envoyé par Pole Emploi donc il y avait souvent des erreurs commises. »

« Les gens pouvaient faire des demandes d’indemnité de subsistance mais souvent ils n’étaient pas au courant. Les gens ne prenaient pas plaisir à se rendre à l’association, ils avaient toujours l’air gêné ou avaient honte. Ils y venaient en dernier ressort. Mais une fois qu’ils étaient là, ils ne se sentaient pas aussi humiliés, souvent ils reviennent comme volontaires ou viennent prendre une tasse de thé de temps en temps. »

 » Les médias ou certains mal intentionnés racontent que des alcooliques ou des drogués viennent prendre la nourriture et la revendent pour leur addiction. Je pense que ces gens-là s’ils souffrent d’ un tel problème ce n’est pas une raison pour les priver de nourriture.  »

Laurie Taylor à Stewart Lansley:  » Il y a eu toute cette propagande autour des soupes populaires et D. Cameron a dit qu’il y avait un accroissement des fréquentations à cause de la publicité qui leur était faite. Qu’en pensez-vous? »

Stewart Lansley: » Non il y a un besoin réel car les gens manquent d’argent. La grande majorité des gens qui y vont sont évalués et c’est seulement après évaluation que l’on leur donne le coupon rouge. Apres la crise de 2008, il y a eu une forte récession qui a entraîné une grande pauvreté. C’est seulement les derniers mois que les choses se sont améliorées. Même chez les jeunes qui travaillent les choses restent difficiles. Ils touchent 6 ou 7% de moins de revenu qu’avant 2008. Le logement prend la moitié des revenus. »

« Le Big Bang de la coalition a voulu réduire les allocations et punir les gens, les chômeurs. Ils sont punis entre 3 mois et 3 ans et 50% de ces chômeurs n’ont pas d’autre revenu. Ils font appel mais cela peut durer des mois. Nous remarquons que le niveau de vie est tiré vers le bas au Royaume Uni. Les gens sont plus pauvres que par le passé. Les soupes populaires font maintenant partie du paysage social comme aux E-U ou au Canada. Le gouvernement abandonne les gens à leur sort. Il y a une institutionalisation de la distribution de nourriture par les associations caritatives, nous retournons aux années 30. En dépit de la création du salaire minimum nous savons que beaucoup de gens reçoivent moins que le salaire minimum. »

Je suis écœurée..Quand on pense que les riches deviennent de plus en plus riches, que les chômeurs sont humiliés et stigmatisés, que le niveau de vie des classes défavorisés a reculé, que le système social est revenu aux années 30 où les gens doivent mendier auprès des associations caritatives pour survivre. Ce n’est pas surprenant que Jeremy Corbyn et une gauche plus radicale répondent aux questions de la population. En attendant le Brexit et Theresa May, dont le mari travaille à la City pour un Hedge Fund, ne vont pas arranger les choses pour les plus démunis de Grande-Bretagne.

Owen Davis parle de l’insécurité sociale et du manque de nourriture, de famine dans le reste de l’Europe: » Nous avons regardé le mode de vie en Europe et nous nous sommes demandés si les gens pouvaient manger de la viande, du poulet ou du poisson ou un repas végétarien un jour sur deux ou si vous avez manqué de nourriture pendant l’année qui précède. Les statistiques montrent une relation entre le régime social du pays et la famine. Ils ont fait plusieurs groupes la Grande Bretagne et l’Irlande, l Europe du Nord, du Sud et de l’Est. En Grande Bretagne et en Irlande l’insécurité sociale et la famine ont doublé.  »

Chers Lectrices et Lecteurs je vous ai transcrit tout le podcast tellement il me semblait important car on nous brandit des modèles et on nous raconte des mensonges.

Laurie Taylor nous dit qu’il y a une résistance des autorités à admettre que ce soit vrai. Ils préfèrent colporter des mensonges sur les chômeurs et dire que ce sont des fainéants qui traînent au lit une partie de la journée devant la télé.

Stigmatisation!

Bon samedi!

Francoise

@Fran75GB

 

 

Le Post-Brexit..On en sait un peu plus..

Certains parlent d’une « désunion territoriale » , ceci écouté dans la Grande Table de Caroline Broué le mardi 28 juin 2016.

Lien: http://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-2eme-partie/europe-vers-la-desunion-territoriale

Michel Foucher d’après les chercheurs britanniques: « le niveau de diplôme, les revenus, un passeport peuvent faire la différence ainsi que la dimension régionale telle que l’Ecosse et les catholiques d’Irlande du Nord ont voté pour le Remain, Londres 28 borough sur 33 ont voté pour le Remain. L’âge de ceux qui, retraités, vivent tranquillement dans leur cottage a la campagne. ce que l’on appelle The Englishness, ont voté Leave, c’est l’Angleterre verte contre l’Angleterre noire, comme les régions désaffectées du Yorkshire et du Lancashire qui ont voté Leave et recevaient le plus de subventions de l’UE, l’information n’est pas passée. »

Je me suis demandée dans la poche de qui elles avaient atterri ces subventions européennes, on sait que pour l’agriculture c’est le Duke of Westminster, et le Duchy of Cornwall du Prince Charles qui en bénéficiaient le plus, car c’est la Couronne qui est le plus grand propriétaire terrien…

Michel Lussault nous rappelle le rôle de la mondialisation qui produit de la différentiation a toutes les échelles: « Il y a un processus qui fait que de plus en plus d’individus trouvent des vecteurs pour se différencier: la race, l’activité, le groupe social, l’âge, le niveau de diplôme, l’orientation sexuelle, la culture au sens anthropologique, le régime alimentaire que sais-je. Nous avons une territorialisation de cette variété qui est intense et une territorialisation de rivalité qui nous pose de vraies questions politiques, un défi majeur pour notre société. »

La lutte des classes, il ne faut pas chercher très loin..au niveau mondial elle a pris une dimension inéluctable.

Comme le rappelait Frances O’Grady, secrétaire générale du TUC (congres syndicaliste), dans le Morning Star online « il y a 4 millions d’emplois qui sont liés à l’UE. »  (https://www.morningstaronline.co.uk/a-9526-Post-Brexit-Britain-needs-answers#.V3ihmrgrI2w). Et déjà on reparle de réductions budgétaires et de plans d’austérité au niveau européen.

Michel Foucher: « Si on avait fait un référendum en France on aurait eu les mêmes clivages à une différence près, l’âge.Les anciens au RU, ont la nostalgie de l’Empire, ils ont gagné la guerre, ils n’ont pas besoin de l’UE pour leur rédemption, alors que les anciens en France ont la mémoire, ils ont encore le récit y compris les générations précédentes, ça c’est la grande différence. »

Ainsi Michel Foucher pense « qu’il y aura une négociation et il n’y aura pas de Brexit, car 16 Millions d’un coté et 17 Millions de l’autre il faut s’adresser aux deux dit Johnson dans le Daily Telegraph: pour les uns le frein migratoire pour les autres rien ne change on reste une puissance européenne. Il faut négocier le prix de ce maintien du RU dans l’UE. Et la Reine en fin de regne ne peut pas accepter le démontage de son royaume et d’ailleurs elle est à Balmoral et elle le dit. »

J’ai toujours pensé qu’il y aurait négociation, Hollande criait cocorico: On ne peut leur donner le beurre et l’argent du beurre, plus joliment exprimé^^ en termes politiques dignes de l’ENA mais le contenu est là. Laisser partir le Royaume Uni c’est impensable. Ils ont toujours été dedans et dehors et on les a laissé faire, eh bien on continuera et nous en paierons le prix ainsi que les classes populaires en paient déjà le prix dans les anciennes villes minières du nord chez eux et chez nous, le prix économique et le prix politique de voir le Fhaine raise its ugly head…

Un cauchemar dit l’Edito du musicien du Morning Star Online et un appel à la solidarité. Il pense aux 3 villes les plus désaffectées du nord de l’Angleterre, qui ont été négligées mandat après mandat, quel que fût le parti au gouvernement, aux journaux qui ont répandu la haine comme le Sun, l’Express et le Mail ainsi qu’à Johnson et Farage politiciens eurosceptiques d’extrême-droite.

« What a nightmare this all is. Solidarity, folks. At this moment I’m thinking of Barnsley, Hartlepool, Boston, three of the countless towns so devastated by years of cross-party neglect, places I have performed in many times and have friends who, I know, are at this very moment probably arguing with their fellow workers against the evil the likes of the Sun, Express, Mail, Johnson and, above all, Farage have sown in decent people’s hearts. We must heal rifts, come together, believe in better days. »

https://www.morningstaronline.co.uk/a-629d-Post-Brexit,-we-must-unite-for-better-days#.V3inRbgrI2w

Pas seulement y croire Monsieur le Musicien, ce sera la longue marche^^et déjà nous avons vu et voyons la colère dans les rues de France mais aussi le débat et la réflexion qui s’ensuit. Que l’été nous porte conseil mes amis.

Bonne fin de podcast et tous mes regrets pour le départ de Caroline Broué qui reviendra le samedi matin mais qui a agrémenté mes heures d’écoute sur France Culture.

Francoise

@Fran75GB

 

 

 

l’Election de Sadiq Khan met fin au règne du parti conservateur durant huit longues années!

D’après le Financial Times d’aujourd’hui et Global news du BBC  World Service: http://www.bbc.co.uk/programmes/p03tblt5 ainsi que News Hour: http://www.bbc.co.uk/programmes/p03snhs8

Sadiq Khan, le premier maire musulman de Londres et même d’une capitale européenne, fils d’un chauffeur de bus pakistanais, né à Londres , et âgé de 45 ans, député travailliste et avocat de profession, spécialiste des droits de l’homme  a gagné les élections malgré la campagne de dénigrement du parti conservateur à son égard. 

Les conservateurs ont tout fait pour l’allier aux extrémistes islamistes et se sont ridiculisés de manière éhontée. Toutefois ils ont perdu la bataille de l’intolérance et Londres a survécu. Cette élection montre que les électeurs londoniens ont un sens de la diversité, de l’acceptation culturelle qui manque ailleurs. 

 » Un musulman sur huit vit à Londres et on y parle 300 langues vivantes. Il n’y a que 45% de « white British »( si l’on veut employer la classification de discrimination positive dont les Anglosaxons sont friands.) »

Sadiq Khan s’est présenté ainsi: »Je suis Londonien, Européen, Britannique, Anglais, Musulman, d’origine asiatique, d’héritage pakistanais, un père de famille et un mari. » Puis il a ajouté pendant sa campagne: »Nous ne faisons pas que nous tolérer à Londres, nous nous respectons. »

« C’est aussi un homme qui a fait carrière dans le parti travailliste depuis son adolescence. Les attentes des Londoniens seront pesantes puisqu’il veut s’attaquer au problème du coût du logement et des logements sociaux »

Et ce ne sera pas facile car Londres est une ville extrêmement chère, on parle de plus en plus de la gentrification de l’est de Londres, « The East End » traditionnellement  populaire et les classes défavorisées sont repoussées à la périphérie.

« L’autre point à considérer sera la relation entre Sadiq Khan et le parti conservateur ainsi que les minorités ethniques, les minorités musulmanes de Londres. Les conservateurs devront y faire face. »

« Sadiq Khan a prêté serment dans la cathédrale de Southwark, le choix de l’endroit et des orateurs avait été planifié, il y avait la Baronne Lawrence, d’origine jamaïcaine, la mère de Steven Lawrence, assassiné dans une attaque raciste en 1993. »

« La Baronne Oona King est aussi travailliste et elle a travaillé auprès de Sadiq Khan pendant une dizaine d’années, voici sa réaction suite à la victoire: » Je me réjouis parce que nous avons une telle ambiance anti-pluraliste dans le monde en ce moment  entre Trump aux Etats-Unis, et la crise des réfugiés qui a fait ressortir tout ce qu’il y a de haineux chez certains en Europe et donc avoir Londres qui élit un maire musulman est une cause de réjouissance. « 

« Nous avons su gérer la diversité mieux que d’autres bien que nous soyons loin d’être un modèle. J’ai été élevée et considérée comme une métisse en Angleterre et les autres enfants me disaient de retourner dans mon pays mais j’étais une citoyenne britannique. Quand je suis allée à Paris et en Belgique où j’ai vécu 5 ans, avoir une peau noire ou brune n’était jamais acceptée. Donc nous avons de l’avance sur les autres pays. »

« S’agit-il d’une question de classe sociale? On a beaucoup dit de ce conte de fée, le fils du chauffeur de bus face au fils du millionnaire? Non je ne pense pas parce que sinon Boris Johnson,  n’aurait pas été élu pendant 8 ans. Mais il faut avoir une histoire, une narration, en politique et Sadiq Khan né dans un HLM dans un quartier désaffecté de Londres, d’une famille de 8 enfants qui a eu la capacité de devenir avocat, député et maire de Londres, ceci est un grand accomplissement pour la capitale. »

 » La campagne de dénigrement dans les journaux qui montraient la photo de Sadiq à coté du bus qui avait explosé lors des attentats de 7/7 était honteuse, simplement parce qu’il était musulman, s’est retournée contre le candidat multimillionnaire. Les gens ont peur partout et faire peur ainsi aux Londoniens est odieux mais ils ne l’ont pas acheté. Ils ont décidé de choisir le candidat qui allait leur apporter des améliorations dans les transports, le logement, la sécurité, la santé et les gens ont voté pour Sadiq. »

 » Sadiq est un homme posé, stratégique, il n’a rien à voir avec Boris Johnson qui était populaire pour son excentricité. Mais à la fin de la journée les gens veulent savoir comment ils vont payer leur loyer, comment ils vont survivre dans une ville qui est la plus inégale de la planète. Il y vient organisé avec son équipe. « 

 » On a l’impression que c’est un fait historique, peut-être aurons-nous un jour un  premier ministre black à Downing Street? Absolument il ne faut jamais sous-estimer le pouvoir du symbolisme. »

Eh bien good luck Sadiq Khan, nous avons bien besoin d’exemple de tolérance de l’Autre dans l’Europe d’aujourd’hui..

Bonne soirée chers Lectrices et Lecteurs et tomorrow is another day..

Francoise

@Fran75GB