Archives pour l'étiquette Trump

Affaires Etrangères: L’Europe face à Trump

photo iphone: Pluie romande..

Horripilant d’avoir à vous parler de Trump. Tous les jours ma TL est pleine du visage de Trump 🙁 et moi-même je tweete les articles concernant les décrets successifs et les réactions internationales à ces décrets.

Pourtant je ne suis pas du tout pour faire de la pub à Trump et je dis toujours que même la pub négative c’est de la pub quand je parle du Fhaine entre autres..

Mais je ne peux m’empêcher de réagir aux événements que cet odieux personnage provoque: Par exemple la destruction de l’Obamacare, on se demande s’il va y arriver. Mes amies américaines, souffrantes de la LAM, maladie pulmonaire chronique pour laquelle je suis soignée en France, se disent qu’elles ne pourront plus payer les médicaments ou obtenir les greffes dont elles ont tant besoin..

Puis l’#immigrationban des 7 pays musulmans: Comment peut-on être assez stupide pour rendre des peuples ou des religions entières responsables d’actes terroristes, je répète stupide car cela montre un manque de raisonnement et de discernement. Cet homme souffre de démence sénile, ou autre forme de démence:  Lui a-t-on fait les tests neuropychologiques nécessaires avant qu’il rentre à la Maison Blanche??

En tout cas merci au juge de Seattle qui a objecté à ce geste anti constitutionnel! Je le répète je fais confiance au peuple américain pour faire basculer Trump et sa politique.

Il est vrai que la haine politique peut être sans limite..Les Nazis nous l’ont prouvé il n’y a pas si longtemps..oui je dis Nazi car cet homme parle de la torture en toute impunité. Enfin écoutons l’émission et nous pourrons en savoir plus sur ce que l’Europe peut ou ne peut pas faire à cet égard..

D’après Affaires Etrangères, émission de France Culture avec

Lien: https://www.franceculture.fr/emissions/affaires-etrangeres/leurope-face-donald-trump
Enrico Letta: « Le verre à demi-plein, c’est que les Européens ne veulent pas faire le 3ème après les Républicains et les Démocrates américains, c’est-à-dire ceux qui ont passé leur temps à commenter ce que Trump disait, ce que Trump faisait sans être en condition de mettre sur la table leur propre agenda.  Et Trump a gagné parce qu’il était au centre de la scène et les autres se limitaient à réagir, commenter, être d’accord, pas d’accord, s’indigner. Il faut que les Européens évitent de faire le 3e temps de ce désastre.
La seule possibilité est celle d’agir d’une voix commune. Je prends un exemple. Trump crée ce chaos avec le Mexique. C’est un grand problème. Le Mexique va perdre beaucoup et le monde va perdre beaucoup. Eh bien je pense que l’Europe a fait un bon choix, celui, sans trop de polémique, de mettre en discussion et entamer la discussion sur un nouvel accord commercial entre Europe et Mexique. Alors moi je pense qu’il faut absolument éviter de laisser à Trump le centre de la scène, il faut réagir mais il faut surtout agir.
Il faut d’une voix unie sur les grands sujets, le commerce, la politique étrangère, le choix des finances, des grandes questions qui sont liées aux migrations, le fait que Trump accuse les Européens sur les réfugiés c’est quelque chose d’incroyable. La plus grande partie des réfugiés viennent d’Irak, d’Afghanistan et Syrie, donc ce sont les guerres ratées par l’Occident et premièrement par Bush, donc le prédécesseur républicain de Trump. Donc que ce soit maintenant l’Europe qui est en train de payer l’addition de tout ça, c’est de la folie.
Donc j’aurais préféré que Trump ne soit pas là mais je le dis franchement c’est une grande chance pour l’Europe, parce que l’Europe peut trouver avec une menace extérieure si difficile, si forte des raisons réelles pour comprendre que seulement unis on est plus forts. »
Jacques Rupnik: » C’est une situation sans précédent, un Président américain qui ouvertement encourage une désagrégation de l’Europe, la façon dont il a applaudi le Brexit, la façon dont il a accueilli Theresa May. Je dois dire qu’avec Bush, on a eu pour la première fois, avec la guerre en Irak et Vieille Europe contre Nouvelle Europe, l’idée qu’on faisait de la division européenne une vertu dans la relation transatlantique. C’était déjà un premier pas.
Là on va bien au-delà et nous sommes ouvertement dans une entreprise de désagrégation, Brexit d’un coté, on se tourne vers Poutine de l’autre. Implicitement avec la politique très dure qui a été adoptée avec la question migratoire, il y a quelques jours. Il a choqué une partie de l’Amérique qui est donc divisée et il a choqué une partie des Européens qui sont à la fois choqués mais aussi divisés parce qu’il y a toute une série de partis populistes qui ont fait de la question migratoire, leur thème central et on voit au sein de l’UE des pays qui approuvent: Viktor Orban, Premier Ministre hongrois qui dit moi j’ai construit la clôture, lui veut construire le mur, il me donne raison, nous sommes avec lui; le Président tchèque et le Premier Ministre polonais disent la même chose, c’est le droit de chaque pays de décider librement qui ils laissent rentrer sur leur territoire. Et donc explicitement ils donnent raison à Donald Trump.
Donc les Européens, c’est là qu’est la difficulté, car un défi c’est la question migratoire et la question des frontières et là on voit qu’ils sont divisés et Trump bien sûr il appuie là où ça fait mal. Les Européens ont quelques enjeux majeurs auxquels ils doivent répondre. Et il faut espérer qu’à Rome les Européens seront capables de répondre. Si ce n’était pas le cas, le scénario Trump serait menaçant. »
Mark Leonard: »Les Européens ont commencé à avoir de vraies discussions et après l’enjeu de Theresa May qui est allée à Washington toute seule et qui a essayé d’avoir un accord spécial pour le Royaume Uni pour les citoyens de double nationalité, il y a un danger que tout le monde aille faire son deal séparément.
Je pense qu’il y a une prise de conscience que Trump représente une énorme menace au projet européen, à l’ordre de sécurité européen, à l’architecture et aux institutions de la gouvernance mondiale sur le commerce, sur le climat. Même s’il y a des politiques très importantes que l’UE a su avancer comme par exemple l’accord avec l’Iran sur son programme nucléaire et les sanctions envers la Russie pour l’annexation de la Crimée qui sont refusées par Trump. On entend plus ou moins l’inverse des membres de l’Administration américaine que l’on entend de Trump et il réussit à être sur les 2 cotés de beaucoup de ces questions, il est très imprévisible, personne ne sait qui parle de ces questions, si c’est Trump lui-même ou si c’est des secrétaires d’Etat et c’est un peu sa méthode, il a écrit que l’imprévisibilité est source de force.
Je ne pense pas qu’on puisse être très optimiste avec la Libye et qu’un accord concernant les migrants va marcher. Essayer de répéter ce qu’on a fait avec la Turquie, y a pas énormément de chance que ça va marcher et le nombre de migrants augmente. Il y a eu un déplacement des routes migratoires mais aussi tellement de pression de l’Afrique. Je pense que ça va etre la prochaine crise. Mais je pense que Trump fait tellement peur aux Européens surtout avec les propos qu’il a avancé sur la Russie qu’il y aura peut-être plus de solidarité cette fois-ci que dans la première crise migratoire. »
Joachim Fritz-Vannahme : » Je n’en suis pas du tout sûr. Pour 2 raisons, d’abord il faut étudier la liste de Trump dans le détail, il a fait un affront contre le monde musulman en soi, mais il a bien choisi des pays où les EUs n’investissent pas. Deuxièmement ça peut résonner en Europe avec la rupture de valeurs communes transatlantiques. »
J’arrête là car Joachim Fritz-Vannahme fait des amalgames à vomir sur les musulmans dont on pourrait se passer..
A vous chers Lectrices et Lecteurs de finir cette émission..en fait nous avons appris que Trump rivalise avec l’Europe en essayant de nous entraîner dans des guerres qui ne sont pas les nôtres ou d’amplifier des problèmes que nous avions déjà. Diviser pour mieux régner, n’est-ce pas en invitant T. May en premier, en accusant l’Iran, en s’attaquant à une partie du monde musulman et en protégeant celle avec laquelle il a des échanges commerciaux.. Un scénario infernal..l’Europe saura-t-elle agir comme ils l’ont dit ci-dessus et retrouver sa solidarité, je ne sais pas réellement..Qu’en pensez-vous?
Bonne soirée
Françoise                       @Fran75GB

Revue de Presse Internationale: #ImmigrationBan..etc

Photo de ma fifille: Hide away!

Oui il y a de quoi se cacher au chaud en ce moment..entre les annonces de la montée du FN et les heures d’exposition médiatique de Philippot que l’on a retrouvé sur toutes les ondes dimanche et encore ce matin sur France Culture..il doit dépasser le quota du CSA ce n’est pas possible que l’on nous inflige de l’Extrême-Droite alors que tant se passe dans le monde aujourd’hui!

On savait que Trump allait assommer les Américains de ses décrets, de manière dictatoriale, et éradiquant tout le bien qu’a voulu faire son prédécesseur pour le peuple américain, ce dernier bienheureusement fait entendre sa voix.

lien: https://www.franceculture.fr/emissions/revue-de-presse-internationale/revue-de-presse-internationale-mardi-31-janvier-2017

D’après la Revue présentée par Thomas Cluzel @hairkerazer. Extraits.

 » Le décret anti-immigration de Trump, ce pirate en chef comme l’appelle une chroniqueuse du New Yorker, continue à semer la zizanie. Pour preuve événement rare, sinon rarissime, de la part d’un ex-président Barack Obama est sorti de son silence, à travers son porte-parole, a dit qu’il désapprouvait toute discrimination fondée sur la croyance ou la religion et qu’il entendait ainsi joindre sa voix à la majorité de démocrates qui demandent l’invalidation du décret. »

Voir le lien du WashingtonPost:

https://www.washingtonpost.com/politics/obama-in-a-rare-move-for-an-ex-president-breaks-silence-to-criticize-trump-on-immigration/2017/01/30/2d221bca-e72d-11e6-80c2-30e57e57e05d_story.html?hpid=hp_hp-top-table-main_obama-0849pm%3Ahomepage%2Fstory&utm_term=.85deb00a4ec6

« Tout aussi inhabituel mais révélateur du dégoût qu’inspire le Président américain, au Royaume-Uni, une pétition signée par plus de 1.5M de Britanniques réclament l’annulation de la visite de Donald Trump prévue en 2017, et même si la Première Ministre Theresa May a fait savoir que la visite était maintenue, le débat a rebondi au Parlement ou un député travailliste, Dennis Skinner, a traité Trump de fasciste. »

Lien du Independent: http://www.independent.co.uk/news/donald-trump-fascist-video-mp-dennis-skinner-boris-johnson-a7553881.html

J’ai beaucoup aimé l’intervention de Dennis Skinner qui a dit que Trump n’était pas digne de marcher dans les pas de Nelson Mandela. La Reine avait en effet reçu Nelson Mandela comme nous le savons. Il a également accusé le gouvernement de Theresa May de marcher main dans la main avec Trump. Accusation grave et méritée puisqu’elle a été la première à lui apporter son soutien.

 » Ignorant ostensiblement l’évidence, Trump a même twitté que tout se passe bien avec très peu de problèmes, en réalité Trump a carrément viré hier la Ministre de la Justice, laquelle avait ordonné au Procureur de ne pas défendre le décret limitant  l’Immigration, un limogeage non seulement gratuit puisqu’elle attendait d’être remplacée mais surtout un geste spectaculaire témoignant de l’attitude intransigeante de ce Président à l’égard tous ceux qui opposent à sa vision sordide du monde une conception morale. »

Nous savons que depuis qu’il est arrivé au pouvoir, Donald Trump, à part avoir annulé Obamacare et promulgué ce décret contre l’Immigration de 7 pays musulmans a également, comme le rappelle Forbes, annulé ou promulgué toute une série de décrets qui vont affecter la vie des Américains.

lien: http://www.forbes.com/sites/waynecrews/2017/01/16/obamas-legacy-heres-a-raft-of-executive-actions-trump-may-target/#4652bd2059a0

Chers Lectrices et Lecteurs je vous laisse le soin de finir d’écouter la chronique de Thomas Cluzel qui couvre la presse internationale à ce sujet.

Bonne journée, Françoise

 

Après Obama Care..la santé sous Trump

Photo iphone: The road ahead is going to be a tough one..

Extraits de l’émission, The Documentary du BBC World Service: « After Obama Care – Health under Trump »

Philippa Thomas raconte que quand elle a travaillé aux Etats-Unis pour BBC News, elle s’est rendu compte que le coût des frais de santé pouvait vous mettre sur le carreau.

En fait c’est la première cause de faillite aux Etats-Unis.

Et voilà que le premier décret de Trump, dans l’heure qui a suivi son investiture, c’est d’avoir aboli Obama Care.

Je suis révoltée, je ne m’attendais pas à mieux mais j’ai lu tout le discours ce matin, discours d’une démagogie infinie, promettant au peuple américain de faire ce que nul n’a fait avant lui, en lui redonnant le pouvoir etc.. Et le premier acte impopulaire, le premier crime contre l’humanité, contre la compassion a laissé une marque indélébile.

lien: http://www.bbc.co.uk/programmes/p04py5dw

Philippa est donc retournée aux Etats-Unis et a discuté avec des patients:

Meena: »J’ai parlé au médecin et il m’a dit vous avez une tumeur. Je lui ai demandé de quel type de tumeur il s’agit, une tumeur maligne? Qu’est-ce que c’est? »

« Meena se souvient du moment où on lui a dit qu’elle avait le cancer à l’âge de 25 ans. » « Philippa Thomas est dans l’Etat de West Virginia et elle pose la question que va-t-il se passer si Trump révoque la réforme de la santé promulguée par Obama. »

Meena: « Il m’a dit sa taille, où elle était située et que c’était probablement une tumeur maligne. J’étais seule à la maison et c’était dur. Je faisais du footing tous les jours et ils m’ont dit c’est probablement une lésion due au footing, reposez-vous. Mais la douleur et l’inflammation ne partaient pas, alors..Quand ils m’ont dit vous avez bien fait de venir quand j’ai fini mon irm, j’ai tout de suite pensé que j’avais déchiré un ligament, jamais je n’avais pensé au cancer. Tous vos plans d’avenir s’envolent, le temps s’arrête. »

Philippa: » La famille de Meena avait pris une assurance sous le couvert de The Affordable Care Act, connu sous le nom d’Obama Care, loi votée en mars 2010. »

Meena: « Ma famille m’a dit que j’étais couverte par eux jusqu’à l’âge de 26 ans. Et j’ai bien eu besoin de cette assurance car j’ai eu 5 opérations, on m’a mis un genou artificiel, j’ai eu une année de chimio et beaucoup de médicaments..ça a coûté quelque chose comme 200 000 dollars. Mes parents s’en sont occupé car j’étais très tendue. Une fois j’ai vu le prix d’une de mes piqûres, il s’agissait de 2000 dollars et ça m’a choquée. »

Philippa: »Rien que le mot d’Obama Care a divisé le pays, est-ce que ça a changé vraiment quelque chose? Les opposants disaient que ce ne devait pas être un service procuré par le gouvernement.  »

Len Nicholls, professeur à George Mason University, en Virginie: » La première chose que je dirais à votre auditoire, c’est de se souvenir que les Etats-Unis croient en l’individualisme et le libéralisme économique, tout un chacun est seul. Nous n’avons pas la même conscience solidaire que l’Europe. Donc nous pensons que nous devons nous débrouiller seuls.

La plupart d’entre nous en fait obtiennent l’assurance médicale à travers leur employeur, ce qui est subventionné par notre code fiscal. La cotisation patronale et salariale pour l’assurance médicale n’est pas imposable. 70% d’entre nous obtiennent leur assurance médicale ainsi.

Aucun assureur ne veut couvrir quelqu’un qui est agé et malade, donc les retraités ont vu que ce marché ne fonctionnait pas pour eux. Par conséquent on a dit on va faire comme les Britanniques un système pour les personnes âgées, Medicare, qui d’ailleurs fonctionne bien pour les gens au-dessus de 65 ans et les invalides. Puis on a dit il y a des gens en situation de précarité qui n’ont pas les moyens de payer pour leurs soins, donc on a subventionné leur accès à l’assurance. »

Philippa: » Obama Care a subventionné 38M d’Américains qui passaient à travers le filet, les bas salaires. Avant Obama Care les assureurs faisaient ce qu’ils voulaient, arrêtaient leur couverture, choisissaient leurs soins etc.. »

Je vous laisse écouter le reste mais nous avons compris l’essentiel: 38M d’Américains vont se retrouver sans couverture médicale. Et je peux vous dire que je sais de source sûre que les assureurs avaient déjà commencé à manipuler la situation dès l’élection de Trump. Certains malades chroniques avaient reçu préavis de la suppression de leur prise en charge ou l’augmentation de leurs médicaments.

My heart bleeds..

Bonne soirée

Françoise                     @Fran75GB