Archives pour l'étiquette Whirlpool

La Matinale du Samedi comme souvent..

photo iphone de ma fille: Les vignes..

Nous apprenons tous les jours..enfin moi qui ne suis pas économiste en tout cas..je m’y attache..tant de choses à découvrir..

Extraits et Commentaires de l’itw de Philippe Askenazy. Emission de Caroline Broué sur France Culture.

Philippe Askenazy fait partie des Économistes Atterrés.

Lien: https://www.franceculture.fr/emissions/linvite-idees-de-la-matinale/philippe-askenazy-quelles-mecaniques-en-jeu-derriere-le-cas

Sur la visite à Whirlpool..

Philippe Askenazy: »..pour beaucoup de candidats la question de la désindustrialisation de la France était une question du passé, au sens que quantitativement, le gros de désindustrialisation a eu lieu dans les années 1970-1980 et on est en quelque sorte, non pas que c’est mineur, mais dans une situation de queue de comète où il n’y a plus que quelques territoires qui sont concernés, mais pour ces territoires c’est extrêmement douloureux, extrêmement grave.Et donc lorsqu’on regarde en masse d’électorat dans une économie qui est extrêmement tertiarisée, il pouvait y avoir le sentiment que la question était devenue secondaire.

Alors je pense que la question de Whirlpool n’est pas tant une question de l’industrie que effectivement une question des territoires, parce que pour le coup, on a des dynamiques que l’on voit dans l’ensemble des pays avancés de divergences territoriales au sein même des pays. On a des territoires dont la richesse ne cessent de croître, où les difficultés d’emploi sont relativement limités et puis d’autres qui sont soit en stagnation soit en situation de déclin. Donc je crois que c’est plutôt une problématique territoriale qu’une problématique de désindustrialisation même si en soi il faut bien comprendre quels sont les mécaniques qui sont en jeu derrière le cas Whirlpool.

Quand je pense que le secteur tertiaire, (c’est-à-dire l’ensemble des activités professionnelles de service comme le commerce, l’administration et l’information) a donc pris le dessus depuis déjà 37 à 47 ans et on a laissé le chômage s’accumuler durant toutes ces années au lieu de prévoir et d’encourager l’éducation des jeunes et la formation professionnelle pour éviter cette crise de l’emploi.

C’est vraiment un manque d’intelligence politique ou cela est une négligence voulue car l’appât du gain et du pouvoir malheureusement domine dans notre démocratie actuelle.

Caroline Broué: » C’est quand même des mécaniques de délocalisation..une question de l’Europe? »

Philippe Askenazy: » Je ne sais pas si c’est vraiment une question de l’Europe. Il y a 3 ans Whirpool a acheté Indesit qui était un leader italien de l’électroménager et ils se sont retrouvés avec des usines partout en Europe. Et donc on a plutôt que la problématique de « C’est l’Europe, la concurrence qu’il y a à l’intérieur », le résultat de cette fusion, c’est-à-dire qu’on est plutôt dans les mécaniques capitalistiques de fusion d’entreprise et de croissance des entreprises qui se traduisent par des rationalisations avec des disparitions de sites, le Whirpool d’Amiens mais en Italie on sait très bien qu’il y a plusieurs usines qui vont  fermer d’ici 2019.

Voyez ce n’est pas tant  une question européenne qu’une question de ces constitutions de ces grandes entreprises capitalistiques et c’est peut-être l’élément central du capitalisme d’aujourd’hui. On parle souvent y a des start-ups, des PMEs mais non la réalité c’est qu’on a des acteurs de plus en plus grands, de plus en plus gros, et qui de fait ne s’importent peu de savoir si on va garder une usine à tel endroit ou même un centre de recherche et développement. Ce n’est pas une question ouvrier versus emplois d’ingénieurs par exemple, ils sont hors nation et donc c’est un problème plutôt global que véritablement européen.

Donc quand MLP met la délocalisation en Pologne sur le compte de l’Europe, elle n’a rien compris ou elle sait mais veut exploiter la situation à Whirlpool pour faire campagne contre l’UE comme elle en a l’habitude. Je fais plutôt confiance aux compétences en Economie de Philippe Askenazy, chercheur au CNRS et professeur à l’ENS.

Et quand Macron d’un ton fataliste dit aux travailleurs de Whirlpool « qu’il y aura toujours des entreprises qui se comportent mal » et qu’il « ferait en sorte de rendre la fermeture supportable » il demande aux Français une acceptation du monde capitaliste tel qu’il se présente et dit qu’il ne fera que minimiser les licenciements.

Que le capitalisme des multinationales n’en ait rien à faire de ses employés nous en avons tous les jours l’expérience. 1900 usines ont fermé en France depuis la crise de 2008.

Sur le socle des droits sociaux de la Commission Européenne mercredi..

Philippe Askenazy: »Là c’est la montée des populismes en Europe qui font réagir la Commission Européenne, ce n’est pas qu’elle change d’idéologie ou que elle considère que d’un point de vue économique c’est un drame qu’il y ait au sein de l’Europe des délocalisations. Je crois que c’est véritablement la prise de conscience que le laissez-faire risque d’aboutir à la décomposition de l’Europe, et en ce qui concerne les organisations européennes la décomposition de l’Europe pour elles c’est leur disparition. Donc je crois qu’il y a souvent un raisonnement en opportunisme en soi. Mais prenons la chose telle qu’elle est, on a là une possibilité de prise en compte du monde du Travail. A suivre. »

Bon il a fallu combien d’années à la Commission Européenne pour considérer les droits sociaux de travailleurs?? Je ne m’attends pas à un éclat du capitalisme européen non plus.

Enfin chers Lectrices et Lecteurs, je vous conseille la fin de ce podcast dont vous trouverez le lien ci-dessus.

Bon dimanche

Françoise

@Fran75GB